C’est un ambitieux projet axé actuellement autour de cinq pays européens qui a été lancé officiellement il y a deux mois. C’est pourtant véritablement ce mercredi 24 novembre 2021 que le programme NGRC, pour Next-Generation Rotorcraft Capability, a pris forme lors de la conférence sur la sécurité de Berlin. Le NGRC doit permettre d’étudier le futur des hélicoptères multi-rôles au sein de l’alliance Atlantique pour l’horizon 2035-2040. En outre trois pays, dont les États-Unis, se sont déclarés observateurs du programme.

Sur le papier c’est le 21 septembre 2021 à Luxembourg que l’OTAN a signifié l’acte de naissance du programme NGRC. Dans les faits c’est bien hier à Berlin qu’il a été mis sur les bons rails. Les cinq pays membres fondateurs sont : l’Allemagne, la France, la Grèce, l’Italie, et le Royaume-Uni. Quant aux trois pays observateurs il s’agit donc de l’Espagne, des États-Unis, et les Pays-Bas. Trois autres nations ont mis leur participation ou leur observation en balance, pour une décision à donner dans le courant de l’année prochaine : le Danemark, la Hongrie, et la Roumanie.

Mais au fait c’est quoi un programme de Next-Generation Rotorcraft Capability ? Contrairement à une idée reçue il ne s’agit pas de se substituer aux hélicoptéristes européens que sont Airbus Helicopters et Leonardo. Non l’idée du NGRC est de donner une sorte de feuille de route commune, un cahier des charges permettant aux cinq nations membres fondatrices de définir ce que pourrait être un futur hélicoptère multi-rôle atlantiste d’ici quinze à vingt ans. Ensuite ce sera aux designers et ingénieurs de faire leur part de travail.

La cible du programme NGRC sera rien moins que le remplacement des actuelles flottes de trois modèles d’hélicoptères européens : l’Agusta-Westland AW.101 Merlin, l’Eurocopter EC725 Caracal, et enfin le NHIndustries NH-90TTH Caïman. C’est à dire des machines qui représentent actuellement les fleurons aéronautiques d’Airbus Helicopters et de Leonardo. Mais pour combien de temps encore ?

La version de transport tactique du NH-90 Caïman est l’hélicoptère le plus récent concerné par le programme NGRC. Il est vu ici sous les couleurs italiennes.

Une première ébauche du programme NGRC est attendue pour la fin de l’année 2022. Ensuite les décideurs de l’OTAN devront l’approfondir avec l’aide de spécialistes issus des hélicoptéristes.
Affaire donc à suivre.

Photos © ministères britanniques et italiens de la défense.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom