La zone indo-pacifique est une des régions les plus sensibles du globe, avec une Chine toujours plus présentes là où elle ne devrait pas forcément être. Un état de fait que les États-Unis savent pertinemment depuis plusieurs années puisque c’est désormais leur principale préoccupation. C’est dans ce cadre que ce mercredi 23 mars 2022 une bombardier furtif Northrop B-2A Spirit de l’US Air Force a réalisé une patrouille aux côtés de chasseurs de la Royal Australian Air Force. Cette dernière est actuellement en première ligne dans la région, et ce au quotidien.

Pour les Américains ce genre de missions permet de renforcer les liens déjà forts avec leurs principaux alliés régionaux que sont les Australiens. Ces derniers avaient déployé pour l’occasion six avions de combat : deux Boeing EA-18G Growler, deux Boeing F/A-18F Super Hornet, et deux Lockheed-Martin F-35A Lightning II. Dans l’espace aérien australien un Boeing KC-135R Stratotanker de l’US Air Force, venu spécialement d’Alaska, appuyait les six chasseurs australiens et le bombardier américain.
Ce dernier était arrivé directement de son nid de Whiteman AFB dans le Missouri. L’US Department of Defense remit ainsi une piqûre de rappel quant au rayon d’action phénoménal du Northrop B-2A Spirit !

Durant plus d’une heure et demi les sept avions ont «patrouillé» l’océan Pacifique dans sa partie méridionale. Puis ils ont été rejoints par deux General Dynamics F-16 Fighting Falcon de l’US Air Force en mission d’Agressors. Jouant le rôle d’une chasse belliqueuse (au choix chinoise ou russe) ils ont tenté d’accrocher les chasseurs australiens mais aussi le bombardier américain. L’occasion pour les femmes et les hommes de la RAAF de pouvoir «protéger» l’avion d’arme le plus onéreux et sans doute un des plus aboutis de l’Histoire.
Ce déploiement a aussi été l’occasion du premier atterrissage d’une aile volante B-2A Spirit sur la base de RAAF Amberley dans le nord-est australien. Les personnels de la base ont pu raisonnablement approcher la bête.

Après la pause l’équipage du Northrop B-2A Spirit a repris les airs et le chemin de sa base, non sans avoir au passager été rejoint par deux chasseurs furtifs Lockheed-Martin F-22A Raptor venus d’Hawaï.

Une patrouille américano-australienne pas commune.

Ce genre de déploiement à trois intérêts. Le premier est purement tactique : vérifier la parfaite interopérabilité américano-australienne. La deuxième est stratégique : faire patrouiller un bombardier potentiellement armé d’une charge nucléaire dans une zone sensible. La troisième est éminemment diplomatique : prouver aux Chinois et aux Russes que l’Amérique demeure omniprésente dans la région. Car à n’en pas douter Moscou et Pékin ont scruter de près cette patrouille exercice.

Photos © US Air Force

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Il est vraiment super impressionnant ce B-2A Spirit. Les Américains font ça pour casser la dynamique chinoise autour de Taïwan. On verra dans quelques mois si ça marchera ou pas?

  2. Bonjour Arnaud,
    Pour compléter et en rapport avec la discussion, quelques précisions au sujet de l’AAE et ses projections à longue distance..
    Après les missions Skyros en 01.2021, et Heiphara sur Tahiti en 06.2021, l’AAE, avec ses missions endurantes de Dassault Rafale, soutenus par des Airbus A400M Atlas et A330 MRTT Phénix, intègre le club très fermé, avec les USA, des forces aériennes capables de se projeter à des dizaines de milliers de kms de leurs bases, pour défendre leurs territoires d’outre-mer.. Et s’il fallait convaincre encore un peu plus les Chinois, qui sont clairement les adversaires désignés par cette démonstration de force dans cette zone pacifique, une nouvelle mission est prévue en 2023, Cette fois-ci,, l’AAE envisage de « projeter » 20 Rafale et 10 A330 MRTT à 20.000 km de distance. contre 3 Rafale, 2 Phénix, et 2 Atlas en 06.2021. C’est aussi, un message fort adressé à AUKUS, nouvelle alliance militaire du Pacifique regroupant USA,GB, er AUSTRALIE,, quant à la position incontournable de le FRANCE dans cette zone potentiellement conflictuelle. Qui sait, aurons nous bientôt, une nouvelle alliance FRAUKUS…..? L’accélération du temps politique et décisionnaire, résultant de l’invasion de l’Ukraine, et son lot de revirements à 180° de certains états quant à leur politique de défense, n’excluent plus cette possibilité, même si cela serait une très grosse surprise….!

    NB : pour ceux qui s’intéressent aux enjeux de la ZEE française dans le monde, un très bon article, même si datant de 2017, sur le site GEOSTRATEGIA – https://www.geostrategia.fr/zone-economique-exclusive-francaise-11-millions-de-km%C2%B2-pour-quoi-faire/

    Amicalement

    • Bonjour Rafaletiger,

      Je laisse ton commentaire car il est comme souvent passionnant. Mais fais attention s’il te plait, il est à la limite du hors-sujet.

      • Bonjour Arnaud,
        Désolé, je me suis laissé emporter par mon Rafale……mais il est vrai que cette démonstration de force de l’AAE est à l’unisson de celle des USA avec leur B2A dans cette partie du monde très convoitée par les Chinois, Je ne serais pas étonné, et assez rapidement, lorsque la brouille entre les Kangourous et les Mangeurs de Grenouilles sera apaisée (changement de majorité en Australie possible dès 2022),, de voir les Rafales s’entrainer avec les Super Hornet et les F35 aussies, mais aussi, américains….!!!
        La suite, en 2023….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom