L’escalade dans l’horreur se poursuit en Ukraine ! Ce jeudi 3 mars 2022 en fin d’après-midi des avions d’attaque et de pénétration Sukhoi Su-34 Fullback appartenant aux forces aériennes russes ont bombardé la ville de Tchernihiv dans le nord ukrainien. Parmi leurs objectifs se trouvaient deux écoles ainsi qu’un quartier résidentiel. Le bilan provisoire donné par les services ukrainiens de secours s’établit à 33 civils lâchement assassinés.

Le dictateur russe Vladimir Poutine ne peut plus du tout prétendre que son aviation militaire cible les objectifs militaires. Nous savons désormais que c’est un mensonge. Ses pilotes frappent désormais quotidiennement des sites civils : bâtiments officiels, infrastructures de transports en communs, ou encore dépôts de carburant. Ce jeudi ils ont encore franchi un nouveau cap dans l’immonde, dans l’intolérable : deux écoles élémentaires de la ville de Tchernihiv ont été frappés par des missiles air-sol tirés depuis des biréacteurs d’attaque Su-34 Fullback.

Ces avions peuvent mener leurs actions de guerre en toute impunité la Russie ayant une totale maîtrise du ciel ukrainien depuis le début du conflit. Ses premières frappes avaient concernées les bases aériennes ukrainiennes, réduisant à néant la chasse et la DCA. La plus part des stations de détection radar ont également été détruites par les Sukhoi Su-24 Fencer et Su-25 Frogfoot russes.

Depuis maintenant une semaine les Ukrainiens vivent au rythme des alertes de bombardements russes. Avions d’attaque et de pénétration mais aussi missiles de croisière et obus d’artillerie tombent jours et nuits sur les villes, semant mort et terreur.
Les pilotes russes se déshonorent de tels actes. Ils profitent également de leur supériorité technologique et militaire sur leurs ennemis ukrainiens.
D’ores et déjà les 33 morts civils annoncés du bombardement des deux écoles et du quartier résidentiel de Stara Podsoudovka font réagir à l’ONU et au sein de l’Union Européenne. L’expression «crime de guerre» a d’ailleurs déjà été prononcé à l’encontre de Vladimir Poutine et de son aviation dans cette terrible affaire.

Photo © OTAN.

Publicité

8 COMMENTAIRES

    • Les divers pays de l’OTAN ont prévus de livrer dans les prochains jours quelques milliers de missiles anti-aérien Stinger et Strela-2 d’origine soviétique. Mais certains sont stockés depuis tellement longtemps qu’ils doivent être révisés avant d’être livrés…

  1. Bonne question que je pourrais formuler autrement : combien d’avions de chasse seraient nécessaires pour nettoyer le ciel Ukrainien des chasseurs Russes et de la défense aérienne surement déjà en place, sans, bien sûr, provoquer une escalade encore plus violente ? ( qui y va le premier ? )

  2. A mon humble avis l’option la plus pertinente est un engagement avec les forces ukrainiennes. L’interception et le blocage des forces armées russes contribuera à motiver les troupes à se mutiner, avec le haut commandement ne répondant plus au délire présidentiel.
    Comme le disait à l’époque Churchill, il sera important de traiter dignement les vaincus en leur offrant une porte de sortie digne.

  3. Pour reprendre le contrôle du ciel ukrainien: une force aérienne aux couleurs de l’ONU suite à l’adoption d’une résolution en ce sens par son Assemblée générale. Suivi du déploiement de casques bleus sur le terrain. Serait moins risqué qu’une intervention de l’OTAN qui pourrait dégénérer en guerre nucléaire. Je suis sans doute un rêveur, mais l’alternative est d’abandonner l’Ukraine à son triste sort.

    • Un seul avion estampillé OTAN et ce sera là l’excuse parfaite pour Poutine à déclarer une guerre totale contre le pays desdits avions.
      Alors, au vue de la surprenante nullité de l’armée russe sur le théâtre des opérations je pense que même nous ne risquerions rien.
      En revanche le recours à l’arme nucléaire sera probablement la réponse du dirigeant russe.
      Bref, pour rester sur le registre d’aviation, quelle surprise dee voir à quel point l’aviation n’est quasiment pas utilisée ici. Les quelques images qu’on a sont des avions qui volent à basse altitude, qui doivent donc craindre la moyenne/haute altitude. Du coup, tous les systèmes sol air (en dehors des Manpad) n’ont sûrement pas tous été détruit.
      Mais quand même, des missiles de croisière avec des précisons à 5m, des bombes non guidées, des roquettes thermobariques tirées à des dizaines de km, des bombes à sous munitions…
      Où est cette super armée modernes qu’on nous vend à grand coup de com’ depuis des années ?
      Le choc aura été double, celui de voir que Poutine n’a pas hésité à franchir le Rubicon, et qu’il l’avait même prévu de longue date, et celui de découvrir une armée Russe si mal organisée, si mal coordonnée, si mal équipée, etc…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom