En français cela s’appelle l’ironie du sort. La Japan Air Self Defense Force a annoncé avoir lancé un vaste chantier de modernisation de ses quatre avions de guet aérien radar Boeing E-767 afin de les rendre compatibles avec les autres AWACS de ses pays alliés, et notamment des États-Unis. Si plusieurs entreprises américaines sont concernées par ce contrat d’environ 101 millions d’euros c’est Boeing qui en a la maîtrise d’œuvre !

En fait les responsables de la Japan Air Self Defense Force cherchent à permettre à leurs avions-radars de pouvoir voler (et opérer) aux côtés des avions de l’US Air Force et de l’US Navy. En substance donc les Boeing E-767 seront, une fois ce chantier réaliser, plus interopérables avec les Boeing E-3 Sentry et Grumman E-2 Hawkeye américains.
Cela pourrait être une idée formidable si seulement elle n’était pas aussi ironique.

En effet les Boeing E-767 ont été conçu par les Américains à la demande expresse des Japonais afin de ne pas avoir à dépendre du Pentagone et de ses AWACS. Ce qui est originale c’est surtout qu’à leurs yeux acheter des E-3 Sentry était alors une mauvaise idée, puisqu’ils les jugeaient alors en voie d’obsolescence. Nous étions à cette époque au début des années 1990.

Le chantier a donc été confié à Boeing Company et à une demi-douzaine de sous-traitants qui vont avoir pour mission de rendre moins «nippons» ces fameux biréacteurs E-767. Les travaux seront successivement réalisés sur plusieurs sites différents aux États-Unis.
À l’horizon 2022 les quatre avions militaires embarqueront une avionique nouvelle avec notamment un système d’identification ami ou ennemi nouvelle génération AN/APX-119, un système TCAS plus récent, ou encore une chaine de communication totalement encryptée.

La décision japonaise de moderniser ces avions intervient alors même qu’ils sont actuellement à mi-vie, étant entrés en service en 2000 et devant le rester jusqu’au milieu des années 2030. Quand on regarde l’avionique sélectionner on comprend mieux que les Boeing E-767 sont appelés dans un proche avenir à opérer dans des missions n’ayant plus forcément à voir avec la seule autodéfense du Japon mais aussi avec un certain contrôle de l’espace aérien de la région. L’expansionnisme chinois de ces dernières années ou encore la course nord-coréenne à l’armement balistique nucléaire n’y semblant pas étranger du tout.

Photo © Wikimédia Commons.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom