Un Elephant Walk… sans pilote.

Pour la photo de ce samedi nous vous proposons d’aller aux confins de l’Europe et de l’Asie, le pays émergent de l’industrie des drones militaires. Vous l’aurez compris nous allons aborder le cas du constructeur turc Baykar au travers de son nouvel avion sans pilote, le bimoteur à turbopropulseurs Bayraktar Akinci. Cet industriel a réalisé la semaine dernière un Elephant Walk avec sept de ces appareils de reconnaissance et d’appui tactique.

Ce n’est sans doute pas le plus impressionnant de tous les Elephant Walk que nous vous ayons ici présenté mais à coup sûr un des plus originaux. Habituellement en effet une telle manœuvre nécessite la coordination de pilotes dans les cockpits, ici par essence absents. Ce qui rend la démonstration encore plus impressionnante. Et avouons que ce Bayraktar Akinci a vraiment un petit quelque chose particulièrement attrayant.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

4 réponses

  1. Salut ARNAUD,
    Pure réaction d’un passionné aéronautique, ce drone vu de face a de la gueule, contrairement à son ainé, vedette médiatique des derniers conflits (Haut-Karabakh – Ukraine…). Évolution logique du monomoteur ( plus d’autonomie et charges utiles), il va couter aussi plus cher,normalement, alors que son emploi sera limité aux guerres dites asymétriques. En effet, dès que le ciel est contesté (aviation et défense anti-aérienne ), c’est le cas dorénavant en Ukraine (au début du conflit, l’excès de confiance et la relative impréparation des russes ont laissé des boulevards aux drones), l’utilisation de ce type de drone (reconnaissance/attaque) s’avère plus restreinte, et ce d’autant plus que son cout d’acquisition augmente. La dronisation du ciel en situation de Haute Intensité nécessite une évolution technologique basée sur la furtivité, la propulsion et l’IA entre autres., afin d’éviter des pertes trop importantes., donc coûteuses financièrement parlant. L’absence de pilote, donc de risque de perte humaine, justifie par contre totalement son emploi….Les constructeurs de drônes s’attèlent déjà à la tâche, et ce conflit Ukrainien de Haute Intensité est sans doute un tournant et un accélérateur de développement des futurs drones, en particulier de Haute Intensité.
    Voilà, c’était mon petit billet du WK, imparfait et incomplet sans doute, mais ouvrant le débat…
    Bon wk, même si ce n’est pas évident vu la canicule chez certains. Chez nous, en Bretagne, on respire, ce n’est pas la canicule…

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Blackburn T-4 Cubaroo

L’histoire de l’aviation est jalonnée de machines volantes qui pour bien des raisons ne connurent pas le succès escompté voire pas le moindre succès. Dans

Lire la suite...