Les déploiements de réassurance de l’OTAN sont parfois l’occasion de jolies rencontres entre les peuples mais aussi de nouvelles expériences. C’est ainsi que ce mercredi 14 septembre 2022 une équipe des Forces Armées Canadiennes a pu s’exercer à la récupération d’un blessé en zone de guerre avec un équipage d’hélicoptères de la Fortele Aeriene Romane. Pour l’occasion cette dernière avait mis à leur disposition un IAR I.A.R.330 Puma, la version locale du fameux biturbine français. Une équipe de commandos de l’US Army les accompagnaient.

L’équipe binationale canadienne et roumaine débarque du Puma.

L’exercice simulait la récupération d’un pilote de chasse éjecté et grièvement blessé en zone de combat, un scénario désormais totalement crédible aux regards des actions russes contre la souveraineté ukrainienne. Un hélicoptère Sikorsky UH-60L Blackhawk de l’US Army avait déposé un commandos afin de sécuriser les lieux et d’établir une DZ de fortune. C’est là que l’hélicoptère roumaine a pu se poser en toute tranquillité.

Canadiens et Roumains s’activent autour du « blessé ».

Le pilote et le copilote de l’I.A.R.330 Puma roumain ont ainsi pu faire débarquer leurs passagers, une équipe binationale de sauvetage médicalisée. Des soignants militaires canadiens et roumains qui ont dû apprendre à travailler ensemble, malgré des différences parfois criantes en matière d’équipement. Ainsi les militaires roumains ne posent normalement pas de voies sur leurs blessés tant qu’ils ne sont pas en zone sécurisée alors que leurs collègues canadiens le font. Par contre ils utilisent plus volontiers l’adrénaline et d’autres médications que les soignants nord-américains. Un exercice donc enrichissant à bien des égards. Pour les militaires canadiens cela a aussi été l’occasion de voler sur un des hélicoptères les plus robustes et les plus rustiques d’Europe centrale et orientale.

De retour à bord de l’I.A.R.330 Puma avec la victime.

C’est la base roumaine MK, pour Mihail Kogalniceanu, qui a fourni à la fois les équipes, l’hélicoptère, mais aussi le champ de manœuvre. Ce dernier est une zone d’environ trente hectares régulièrement utilisée pour ce type d’exercices.
L’exercice s’inscrit à la fois la mission canadienne de réassurance en Roumanie et dans la série de manœuvres appelées Maple Oak par les Canadiens.

Photos © OTAN.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom