Airmedic, la Québécoise aux accents suisses

Fondée en 2012, Airmedic célèbre cette année son dixième anniversaire. Seule entreprise privée au Québec exploitant une flotte d’avions et d’hélicoptères exclusivement dédiés aux secours médicaux d’urgence et au transport médical, Airmedic a le vent dans les voiles. Le modèle opérationnel développé par Airmedic s’inspire de celui de la Garde aérienne suisse de sauvetage (REGA). La filiation avec la Suisse ne s’arrête toutefois pas là, puisque qu’une bonne partie de la flotte des aéronefs d’Airmedic est constituée d’avions ambulance d’origine helvète.

Airmedic exploite en effet six appareils Pilatus PC-12 turbo-propulsés ainsi qu’un premier jet Pilatus PC-24 acquis en 2021. Ce PC-24 est doté d’une porte-cargo, rare caractéristique qui facilite son aménagement pour l’évacuation sanitaire. Ces deux types d’appareils conçus pour pouvoir utiliser de courtes pistes non pavées, sont particulièrement bien adaptées pour la desserte des communautés nordiques isolées. Lors du processus d’homologation, le Pilatus PC-24 a d’ailleurs démontré ses capacités d’utiliser de telles pistes en conditions hivernales… à Kuujjuaq dans le Grand Nord québécois.

Pilatus PC-12
Pilatus PC-24

Début novembre 2022, Airmedic triplait sa flotte d’hélicoptères. Aux deux Airbus EC-145 déjà en usage, s’ajoutent quatre appareils M.B.B./Kawasaki BK 117 similaires aux premiers. Déjà configurés en hélicoptères ambulance, ils furent acquis auprès de l’entreprise STARS, l’équivalent d’Airmedic dans l’Ouest canadien. Rappelons que ces hélicoptères sont dotés de portes arrière facilitant l’emport de civières. Airmedic souhaite ainsi probablement se positionner face à la promesse du Premier ministre du Québec, récemment réélu, d’investir des sommes conséquentes dans le transport médical héliporté. Rappelons que l’Aviation royale canadienne effectue certes des missions de recherche et sauvetage mais, sauf exceptions, n’offre pas d’évacuations médicales. Pas plus que les hélicoptères de la Sûreté du Québec dont le rôle se limite habituellement aux activités policières et, occasionnellement, à des opérations de recherche et sauvetage.

M.B.B./Kawasaki BK 117

Basée à l’aéroport de Longueuil–Saint-Hubert en banlieue sud de Montréal, Airmedic exploite une centrale de coordination à la fine pointe de la technologie 24/7/365. Par ailleurs, elle est la première entreprise en évacuation médicale aéroportée à obtenir la certification de Transports Canada autorisant le vol de nuit à l’aide de lunettes de vision nocturne. La croissance des activités d’Airmedic durant la dernière décennie est telle que l’entreprise a entrepris cet automne des travaux d’agrandissement de son hangar de Saint-Hubert et annonçait tout récemment la construction de nouvelles installations à l’Aéroport Jean-Lesage de Québec. Airmedic compte également des installations aux aéroports de Saint-Honoré au Saguenay ainsi qu’à ceux de Blanc-Sablon et de La Romaine sur la Côte-Nord.

Airmedic offre des abonnements individuels à coût modique tous en ciblant particulièrement les adeptes de plein air, les propriétaires de chalets ainsi que les résidents permanents des régions éloignées. Dans les dernières années, Airmedic a notamment forgé des liens privilégiés avec les communautés autochtones et réalise maintenant plus du trois quart de ses déplacements pour cette clientèle. Airmedic répond également aux besoins d’autres organismes publics, ainsi que d’entreprises minières et forestières. Airmedic offre même des forfaits à court terme pour les touristes étrangers désirant s’aventurer dans les contrées sauvages du Québec.

Bien que le Service aérien du Gouvernement du Québec offre déjà des services d’avion ambulance, la demande est telle qu’ Airmedic a su rapidement se tailler une place prépondérante dans ce marché spécialisé. Compte tenu de l’immensité du Québec dont la population est essentiellement concentrée au sud, 75 % de son territoire faiblement peuplé est inaccessible aux services ambulanciers réguliers. De plus, les centres de santé dans les régions éloignées n’offrent que des soins primaires. Pour des soins plus complexes, il faut transporter la personne vers les hôpitaux de Val-D’Or, de Sept-Îles ou de Chicoutimi. Quant aux soins spécialisés, ils sont offerts seulement dans les hôpitaux des grands centres urbains comme Québec, Montréal et Sherbrooke. Depuis 2012, Airmedic est devenu un véritable ange gardien déployant ses ailes sur l’ensemble du vaste territoire du Québec.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Marcel
Marcel
Fils d’un aviateur militaire (il est tombé dedans quand il était petit…) et biologiste qui adore voler en avion de brousse, ce rédacteur du Québec apprécie partager sa passion de l'aéronautique avec la fraternité francophone d’Avions Légendaires.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

5 Responses

  1. Article passionnant sur un sujet mal connu de ce côté-ci de l’Atlantique nord. Merci Marcel pour cet éclairage sur le sauvetage aéroporté et l’évacuation sanitaire au Canada francophone.

  2. Intéressant ! Par contre, selon la loi française la mention « publi-reportage » doit être notée quelque part, non ? ^^

    1. Publi-reportage? Toujours aussi rigolo le Palou. Par contre de moins en moins crédible dans vos commentaires.

    2. Les articles élogieux sur les aéronefs de Dassault et Airbus devraient être notés comme Publi-reportage selon votre logique…. Non ?

  3. Bonjour Arnaud et Marcel,

    Merci Marcel pour ce bel article , et j’en profite pour remercier Arnaud de partager sa passion avec autant de ferveur ! J’avoue que je me délecte aussi de certaines mises au point dans les commentaires ! Arnaud ne tourne pas les coins ronds ( comme on dit ici !)
    Un landais qui vit au Québec depuis 26 ans. A vous lire !

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

DFS Olympia Meise

Dans les années 1930, les prouesses aéronautiques fascinent les foules. Il était donc dans l’air du temps d’inclure le Vol à voile comme discipline de démonstration aux

Lire la suite...