Advenant que vous soyez en détresse dans les contrées sauvages du Canada et qu’un ange jaune descend du ciel pour vous secourir, vous n’êtes pas en proie à une hallucination. Il s’agit d’un aéronef de recherche et sauvetage (R&S) de l’Aviation royale canadienne (ARC). Les Canadiens ont en grande estime ces aéronefs jaunes ainsi que leurs équipages qui risquent leur vie pour sauver celle des autres.

Lorsque que l’ARC envisagea d’adopter une livrée basse visibilité pour ses nouveaux avions de R&S, cela provoqua une polémique. Face à la réprobation populaire, les Airbus CC-295 Kingfisher vont finalement revêtir la traditionnelle livrée jaune si chère aux Canadiens. Quant au nom Kingfisher, il fut choisi suite à une consultation populaire. En septembre dernier, le premier des seize CC-295 commandés par l’ARC a traversé l’Atlantique, puis le Canada, à destination de sa base d’attache située à Comox sur la côte du Pacifique. Ce premier appareil servira initialement à la formation des équipages. Plus discrètement, un 17ème appareil est arrivé à Comox en janvier 2020. Non doté de l’avionique de R&S, il sert plutôt de plastron pour la formation des techniciens d’entretien d’aéronefs. Rappelons que Comox fut désigné pour l’implantation du centre de formation des équipages et du personnel d’entretien des CC-295 Kingfisher. Les pilotes peuvent déjà s’y entraîner sur simulateur de vol avant de prendre les commandes de leurs nouveaux avions.

Airbus CC-295 Kingfisher

Il est prévu que la flotte des CC-295 soit pleinement opérationnelle à la fin de 2022. Ils seront graduellement déployés vers leurs bases d’attache pour y remplacer les CC-115 Buffalo et CC-130 Hercules actuellement affectés aux missions de R&S.

CC-115 Buffalo

À croire l’attachement des Canadiens pour leurs iconiques aéronefs jaunes, on peut penser qu’il s’agit d’une très longue tradition. La livrée des aéronefs de l’ARC dédiés aux missions de R&S a pourtant variée au fil des ans, jusqu’à l’adoption du jaune haute visibilité dans les années 1970. Durant la même décennie, le bilinguisme fit (enfin) son entrée au sein de l’ARC et le mot Sauvetage accompagne désormais Rescue sur le flanc des aéronefs de R&S. Aussi, sur la dérive des avions, l’actuel drapeau canadien adopté en 1965 remplaçait déjà le Red Ensign d’inspiration britannique. Sous l’impulsion de Wop May, les premiers aéronefs utilisés par l’ARC pour des missions de sauvetage, tel  le Noorduyn Norseman, n’affichaient pas encore la cocarde à feuille d’érable qui n’apparût qu’à compter de 1946.

Noordyun Norseman et sauveteurs-parachutistes

En 1947, l’ARC se dotait d’une structure officielle de R&S et recevait ses premiers hélicoptères dédiés à cette mission, soit des appareils Sikorsky Dragonfly. Ces hélicoptères arboraient la livrée jaune citron alors en usage aux États-Unis. La première mission de R&S héliportée au Canada fut effectuée l’année même sur la côte Atlantique pour se porter secours du pilote d’un Supermarine Seafire de l’aéronavale canadienne.

Sikorsky Dragonfly

La livrée jaune des Dragonfly ne fut pas adoptée pour les autres aéronefs de R&S utilisés par l’ARC. Pourtant surnommés «Bananes volantes», les Piasecki H-21 de R&S sont initialement sur métal nu, puis habillés avec la livrée bleue-blanc-rouge habillant également les Boeing-Vertol CH-113 Labrador qui leur succéderont.

Piasecki H-21 Workhorse
CH-113 Labrador : du bleu-blanc-rouge
CH-113 Labrador : au jaune

Quant au divers avions dédiés aux missions de R&S au sein de l’ARC, ils vont plutôt arborer pendant plus de deux décennies des bandes distinctives sur leur fuselage. Le rouge en bout d’ailes n’était pas distinctif puisque qu’utilisé sur tous les avions de l’ARC à cette époque. 

Lancaster Mk. X
Grumman Albatross
DHC-3 Otter
Douglas Dakota

Dans les années 1960, une livrée blanche fut privilégiée pour les aéronefs de l’ARC participant aux missions de paix de l’ONU, notamment au Moyen-Orient. Cette livrée blanche, avec l’ajout de bandes rouges, fut brièvement utilisée pour quelques aéronefs de R&S avant de passer au jaune.

CC-115 Buffalo
CH-118 Iroquois

Un nouveau chapitre de l’histoire de la mission R&S au sein de l’ARC s’ouvre avec l’avènement des CC-295 Kingfisher et un autre se clôt avec le retrait des CC-115 Buffalo. Nul doute que certains de ces vétérans couleront une retraite paisible dans des musées. Qui sait, d’autres connaîtront peut être une seconde carrière dans le civil. D’ici là, les CC-115 continueront à voler avec les autres aéronefs jaunes de l’ARC pour lesquels le remplacement n’est pas encore à l’ordre du jour, bien que les CC-138 Twin Otter prennent sérieusement de l’âge. Le successeur éventuel sera en toute logique le Viking Guardian 400 car, comme le dit l’adage, seul un Twin Otter peut remplacer un Twotter. Notons que ces avions de brousse, normalement basés à Yellowknife, remplissent aussi bien des missions de R&S que de soutien tactique auprès des Rangers canadiens dans le grand nord canadien.

DHC-6 Twin Otter

Pour ce qui est des voilures tournantes, le Canada annonçait en 2019 un programme de modernisation de sa flotte d’hélicoptères CH-149 Cormorant au standard des appareils récemment acquis par la Norvège. Cette modernisation prolongera la durée de vie des ces aéronefs jusqu’en 2042. Aussi, l’achat de nouveaux appareils permettra d’augmenter la flotte actuelle des CH-149 utilisés pour le sauvetage tant en mer que sur la terre ferme.

CH-149 Cormorant

Quant aux CH-146 Griffon, un autre programme de modernisation vise l’extension de leur carrière jusqu’en 2035. Connaissant la lourdeur du processus canadien de remplacement des aéronefs militaires, la réflexion sur un éventuel successeur du Griffon devrait être initié sous peu. À ne pas en douter, hélicoptéristes européens et nord-américains anticipent déjà ce lucratif contrat qui visera non seulement les appareils de R&S, mais bien l’ensemble de la flotte qui comptait initialement une centaine d’appareils.

CH-146 Griffon
Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Bonjour tous . . .
    On peut compléter ce beau reportage par un visite sur site . . . grâce à Google view street . . .
    On y voit clairement exposé devant l’aéroport de l’île de Vancouver une partie des appareils dont il est question dans cet article . . . ça fait un peu voyager en cette période de confinement . . . :-))

  2. Merci pour ce super article Marcel. Perso j’adore la livrée des Albatros, Lancaster, et Otter. Moins visible sans doute que le jaune canari actuel mais super élégante.

    • Moi aussi j’aime bien leur air rétro qui me rappelle ma tendre jeunesse… C’est plus élégant que la terne livrée grise basse visibilité qui affuble la plupart des avions militaires aujourd’hui !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom