Des MiG-31BM Foxhound-B russes annoncés en maraude au-dessus de l’Ukraine.

Pure propagande de la part d’un régime moscovite aux abois ou réalité démontrant l’incapacité d’une Russie à aligner ses chasseurs furtifs Sukhoi Su-57 Felon ? Toujours est t-il que Moscou annonce de plus en plus fréquemment la présence de chasseurs de supériorité aérienne Mikoyan MiG-31BM Foxhound-B au-dessus du théâtre d’opérations ukrainien. Désormais les porte-paroles du ministère russe de la défense n’hésite plus à parler de l’usage de missiles air-air hypersoniques R-37M. Ils revendiquent deux victoires aériennes au cours de la semaine passée, sans aucune confirmation de Kyiv.

Jusque-là les gros chasseurs d’origine soviétique brillaient par leur absence de «l’opération spéciale de dénazification» menée sur ordre du dictateur Vladimir Poutine. Ce vide a donc été comblé par Moscou qui annonce désormais leur présence au-dessus du nord et de l’est de l’Ukraine. Une manière sans doute de répondre à l’alliance Atlantique et à ses récents déploiements de chasseurs de haut niveau comme le Dassault Aviation Rafale F3R français et le Lockheed-Martin F-22A Raptor américain. Sur le papier le Mikoyan MiG-31BM Foxhound-B est sans doute encore ce qui se fait de mieux pour défendre un espace aérien. Surtout depuis que le Sukhoi Su-35 Flanker-E a fait la démonstration de son inutilité dans cette guerre.

Et afin de soutenir les allégations de présence des MiG-31BM Foxhound-B dans la région le ministère russe de la défense argue de deux victoires aériennes contre des avions militaires ukrainiens.
Ainsi si on en croit ses déclarations ce jeudi 27 octobre 2022 un avion d’attaque Sukhoi Su-24 Fencer porteur des marquages de nationalité ukrainienne aurait été la cible d’un de ces chasseurs russes. Il l’aurait abattu à l’aide d’un missile air-air hypersonique R-37M alors que l’avion ukrainien survolait la région de Kherson. Ce lundi 31 octobre 2022 c’est un chasseur Mikoyan MiG-29 Fulcrum lui aussi ukrainien qui aurait été descendu par un autre Foxhound-B là encore à l’aide d’un R-37M. L’avion aurait été détruit à proximité des côtes de la Crimée, une presqu’île ukrainienne sous occupation russe depuis le printemps 2014.
La présence désormais affirmée par Moscou du chasseur trisonique pourrait donc revenir au concept de game changer. Enfin si on croit ses déclarations.

Car si Kyiv confirme bien que des Sukhoi Su-24 Fencer et Su-25 Frogfoot ont bien été engagés dans des raids contre les positions de l’armée russe et de la nébuleuse Wagner au-dessus des faubourgs de Kherson aucune perte n’est actuellement reconnue par les médias ukrainiens. Ni par les officiels ni par les médias sociaux. Pis encore l’histoire du MiG-29 Fulcrum semble difficile à croire puisque ces chasseurs ukrainiens ne patrouillent jamais aux abords immédiats de la Crimée. On peut donc se poser la question sur la véracité des infos relayées par Moscou.

Aujourd’hui encore le Mikoyan MiG-31BM Foxhound-B demeure un chasseur très impressionnant.

L’affirmation de recours au missile R-37M est par contre assez malin pour la Russie. En effet avec un rayon d’action de 300 kilomètres ce missile air-air BVR disposant d’une vitesse de Mach 5 permet aux chasseurs russes d’abattre leurs adversaires sans jamais quitter l’espace aérien souverain de la fédération de Russie. Les maraudes des MiG-31BM Foxhound-B étant alors assimilés à des patrouilles frontalières et non à une participation directe à «l’opération spéciale de dénazification».
Connu au sein de l’OTAN comme AA-13 Axehead le missile hypersonique R-37M était jusque-là considéré surtout comme une arme anti-AWACS.

Photos © ministère russe de la défense.

NDRL : Nous aurions pu vous proposer cet article dès ce 1er novembre 2022 au matin tant les médias d’état russes ont été rapide dans leur communication. Nous avons préféré prendre notre temps pour recouper les informations avec d’autres médias mais également les publications officielles ukrainiennes. C’est pourquoi l’article ne vous délivre pas une info aussi fraiche que d’autres l’auraient fait. D’avance merci pour votre compréhension.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

7 Responses

  1. Une question pour les spécialistes : Ce missile R37M est hypersonique donc son rayon de virage doit être énorme si on le compare à celui d’un chasseur. A moins que le chasseur (la cible) reste sur une trajectoire bien droite, ne tente aucune manoeuvre d’évitement, j’ai du mal à croire qu’il puisse se faire abattre par un tel missile. Surtout que les chasseurs doivent se déplacer à basse ou très basse altitude. Un awacs, un ravitailleur avec des rayons de virage beaucoup plus faibles et volant beaucoup plus haut sont plus accessibles pour ce missile. Qu’en pensez-vous ?

    1. Deux éléments pour répondre:
      – Un missile prend beaucoup plus de facteur de charge qu’un avion. Donc même à haute vitesse, il peut suivre (dépendant du missile effectivement)
      – Mach 5 est sa vitesse initiale d’impulsion et sur une partie de sa trajectoire (sans doute loftée donc à haute altitude). Quand le missile revient dans les plus basses couches de l’atmosphère pour impacter sa cible, il ralentit et à une vitesse plus faible.
      On est sur un comportement proche du Phoenix américain mais qui a dut être amélioré pour le guidage terminal j’imagine.

    2. La vitesse max du missile est atteinte que pendant une partie du vol, le reste du parcours se fait par l’énergie cinétique/potentielle ainsi accumulée. Donc à l’approche du cible, le missile est ralenti (mais reste tout de même véloce).
      Ses gouvernes ont une surface relativement petite pour pouvoir bien manœuvrer et effectivement plus la distance d’engagement est grande, moins il sera agile. mais pour abattre un AWACS ou un tanker, c’est largement suffisant

    3. le rayon de virage du missile ne doit pas forcement être inférieur a celui de la cible. Contrairement a se qu’on voit dans les film, un missile ne vas pas « poursuivre » un avion dans une série de virage comme le fait un avion de chasse poursuivant au autre avion de chasse. le missile ne vas surtout jamais faire demi-tour au risque de finir par se verrouiller sur l’avion tireur.
      En réalité il faut se rendre compte de deux chose. La vitesse de rapprochement est énorme (environ 2km/s, donc 3 a 6 fois celle de l’avion) et le missile ne vise pas l’avion ou il est a un instant T mais devant lui , la oui il sera au moment de l’impact. le missile a une capacité de manœuvre limité qui visuellement , forme un sorte de cône , le missile est au sommet du cone , le point vise au centre de la base et le base représente toute la zone de dépôt dans laquelle peu se decallais le missile. si l’ouverture du cone (manoeuvrabilité) est supérieur a vitesse de l’avion/vitesse d’approche (1/3 a 1/6, donc de 18 a 10°), l’avion de pourras pas s’échappe car il n’auras pas la capacité a éloigne sa trajectoire du point d’impact (sortir de la base du cône) plus vite que le missile décale sa trajectoire pour le suivre (bref plus un missile est rapide moins il a besoin d’être manœuvrant). la distance se réduisant , le cône est de plus en plus petit, mais l’avion a moins de temps pour bougé. une centaine de mètre avant l’impact, le missile explose projetant un mur de bille de plusieurs dizaine de mètre de diamètre qui viendra immanquablement par frappé l’avion margé c’est manœuvre final. la avec 60kg de charge utile, le mur de bille doit être énorme,sa m’étonnerais pas qu’il face plus de 100m et qu’il puisse touché plusieurs chasseur a la fois. sur un missile plus lente (donc plus manœuvrant) destiné au combat rapproché comme l’AIM9, l’explosion est latérale pour crée un cercle de métal coupant l’avion pendant le croisement. d’autre missile (plutôt sol air comme le crotale) crée un blast derrière pour détruire un avion après le croisement

  2. Coucou Arnaud,
    Même si je ne partage pas tes avis politiques. J’apprécie énormément ton site que je consulte très régulièrement.
    Étant un arrière petit fils d’un compagnon letton de route de Lénine et étant passionné de géostratégies mon avis est différent… soit

    Penses-tu que c’est peut-être une occasion pour mig de renaître de ses cendres?

    D’après certaines informations que j’ai glanées et tu pourrais peut-être gratter, il paraîtrait que sukhoi lance une production de guerre du SU-35. (Simplification et amélioration?)

    Même s’il y a des embargos qui vont sérieusement limiter l’industrie russe, le potentiel industriel est très important.
    Quel est ton avis impartial de la situation?
    Merci d’avance

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

DFS Olympia Meise

Dans les années 1930, les prouesses aéronautiques fascinent les foules. Il était donc dans l’air du temps d’inclure le Vol à voile comme discipline de démonstration aux

Lire la suite...