Le Tornado, future vedette de nombreux meetings à venir.

La saison 2024 des meetings aériens devrait voir la mise en avant de deux avions de combat qui célèbre cette année le 50e anniversaire de leurs vols inauguraux respectifs. Si beaucoup pensent au General Dynamics F-16 Fighting Falcon il faut savoir que le monoréacteur américain n’est pas le seul puisque le Panavia Tornado européen a décollé pour la première fois également en 1974. Et pour l’occasion l’avionneur Airbus Defence et la Luftwaffe se sont fait plaisirs avec une livrée particulièrement haute en couleurs appliquée sur un Tornado IDS. Pas de doute que l’avion fera la joie des curieux et le bonheur des spotters.

Malgré son air pataud et ses formes pas toujours si aérodynamiques que ça le Panavia Tornado a été avant tout une belle victoire… politique. Il a démontré que même sans une France qui souvent préfère jouer cavalier seul qu’en équipe l’Europe est capable de développer des avions de combat, et même de les produire en série. Rappelons qu’outre ce Tornado IDS d’attaque au sol et de reconnaissance tactique des versions Tornado ADV d’interception et de supériorité aérienne et Tornado ECR de guerre électronique et de lutte anti-radar ont été construits. Si le Royaume-Uni ne l’utilise plus le Tornado demeure d’actualité en Allemagne, en Arabie Saoudite, et en Italie.

Et c’est justement un exemplaire appartenant au Taktisches Luftwaffengeschwader 33 de la Luftwaffe qui a été choisi pour être l’ambassadeur européen de ce 14 août 1974, date du premier vol du prototype de l’avion. Outre ses réglementaires marquages de nationalité l’avion arbore sur l’empennage la superbe cocarde «trinationale» qui avait été créée à l’occasion de la fondation du consortium Panavia Aircraft GmbH. Elle était même devenue son logo officiel, reprenant celles de l’Allemagne, de l’Italie, et du Royaume-Uni. Le résultat de cette livrée très haute visibilité peut sembler un peu foutraque et c’est justement ce qui la rend, à mon sens, assez attachante. Il reste à voir ce qu’elle donnera en meetings aériens.

C’est vrai que cet avion ressemble un peu à un parpaing avec des ailes mais perso je l’ai toujours bien aimé.

Car d’ores et déjà on sait que l’avion et son équipage allemands feront parties des grandes vedettes des show aériens un peu partout en Europe, et sans doute aussi en France. Alors pour celles et ceux qui ne l’ont jamais approchés de près attention au Tornado c’est un avion qui décoiffe ! Il fait un boucan d’enfer mais quelle classe quand il déploie sa voilure à géométrie variable.

Photos © Airbus Defence

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

11 réponses

  1.  » Un bel avion est un avion qui vole bien » aurait dit, un jour Marcel Dassault.
    Alors le Tornado est un bel avion.
    Mais si « la beauté est dans les yeux de celui qui regarde », comme le prétend Oscar Wilde alors, pour ma part, le Tornado fait un peu pale figure face à un Mirage 2000D, pour rester dans la même catégorie d’appareils. Ceci dit en toute subjectivité.
    Mais taillé à coups de serpe, bas sur pattes avec l’arrière-train souvent très sale (merci les reverses…) il a une sacré gueule quand même.
    Et pour avoir été témoin, au début des années 90, d’un raid de 2 box de 4 tornado à 150 pieds/sol sur le camp de Suippes, je peux affirmer que ça décoiffe et fait se dresser tous les poils!

    1. C’est sûr qu’il n’a pas la beauté unique du M2000, mais les avions à géométrie variable ont leurs charmes aussi. Surtout les gros (TU-160 et B1-B). De ce que je sais il a fait le job.
      La déco est originale je trouve.

  2. Merci beaucoup Arnaud.
    Le seul Tornado que j’ai approché de très près était un britannique, cela fait pas mal de temps. Mais il était uniquement en présentation statique. Donc en voir un en vol me comblera.

  3. Encore un article surprenant. C’est pour ça que j’aime votre site, vous pouvez passer de sujets dramatiques comme la guerre en Ukraine à des trucs plus légers comme ce Tornado ou hier la Patrouille de France. Pour moi vous êtes souvent plus réactif que la plus part des journalistes pros.

  4. Je me suis toujours demandé si les pylônes pivotaient pour être maintenu dans l’axe lors du changement de flèche.
    Quelqu’un ici doit avoir des éléments de réponse

  5. Merci beaucoup Arnaud. Je me souviens l’avoir vu et ENTENDU au salon du Bourget il y a longtemps dans le milieu des années 80 dans un « low pass »
    Effectivement ça dépote! Et perso, je le trouve beau.
    Il y avait le Harrier aussi qui saluait la foule.
    J’en avais pris plein les yeux et les oreilles. J’étais ado déjà amoureux des avions

  6. @Philou 26
    oui, les pylônes pivotent…. la seule exception à ma connaissance étant les pylônes externes des F111 qui ne pouvaient pas pivoter « à fond » en cas de lèche maximale…

  7. j’ai jamais aimé le Tornado et j’aime pas cette livrée elle est trop chaotique. Mais bon je serais ravie de le découvrir en meeting. Est-ce qu’il sera à Fairford ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sondage

"Si la France devait mettre une des personnalités aéronautiques suivantes au Panthéon, laquelle vous semblerait la plus logique ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Sikorsky HO4S Horse

L’une des fonctions les plus connus des voilures tournantes est le sauvetage en mer. C’est aussi une des plus dangereuses pour les équipages. Cela a

Lire la suite...