FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Dornier Do 217
Constructeur : Dornier-Werke GmbH
Désignation : Do 217
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1940
Pays d'origine : Allemagne (IIIe Reich)
Catégorie : Chasseurs de la guerre 39-45
Rôle et missions : Bombardier moyen, bombardier de reconnaissance, avion de reconnaissance stratégique, chasseur de nuit.

HISTOIRE

Dornier Do 217 :
Un excellent bombardier de reconnaissance devenu redoutable chasseur de nuit”

Dans l’histoire de l’aviation militaire les chasseurs de nuit tiennent une place à part. Ayant totalement disparu de nos jours, et ce depuis une bonne cinquantaine d’années, ils ont représenté pourtant entre les années 1920 et 1950 la quintessence de la chasse de leur temps. Il s’agissait bien souvent d’avions ultramodernes, très adaptés à leur mission, et lourdement armés. L’apparition du radar au début du second conflit mondial allait profondément réécrire leur fonction. À cette époque les principaux avions sont allemands et britanniques, les industriels américains et japonais n’y passant que par la force des choses.
Un des plus surprenants et des plus efficaces a pourtant été conçu à l’origine comme bombardier moyen de reconnaissance : le Dornier Do 217.

Quand en août 1938 les services de renseignement britanniques et français découvrent l’existence du prototype Dornier Do 217V1 ils ne l’analysent que comme une version améliorée du Dornier Do 17Z. En fait cet avion est étudié depuis 1937 à la demande expresse de la Luftwaffe. Le programme est alors un des plus ambitieux en Europe : un bimoteur de haute qualité capable à la fois de remplir des missions de reconnaissance pré-stratégique, de bombardement lourd en piqué, et de bombardement moyen classique.
Les autorités nazies d’ailleurs habituellement si procédurières ont préféré ne pas faire d’appel d’offres et ont directement chargé les équipes de Claudius Dornier.

Un des aspects les plus intéressant dans le programme de développement du Dornier Do 217 vis à vis du Do 17 dont il est tout de même dérivé c’est qu’il permet aux savants allemands de s’intéresser à tout un tas de technologies nouvelles. On envisage alors par exemple d’installer une tourelle de mitrailleuses jumelées dans la queue de l’avion et télécommandées depuis le poste de pilotage. Dans le même genre un nouveau dispositif d’aérofrein de grande taille est testé sur un des neufs prototypes de l’avion (allant de Do 217V1 à Do 217V9) afin de vérifier que le bimoteur puisse remplir des missions en piqué.
Finalement il faut se rendre à l’évidence : le Dornier Do 217 ne sera qu’un avion de reconnaissance et de bombardement moyen classique. Enfin au début de la guerre, car après cela allait changer… radicalement.

En fait les début de la production en série de l’avion sont timides. La premier commande ne concerne que douze avions : huit Do 217A-0 de reconnaissance stratégique et quatre Do 217C-0 de bombardement moyen. Ils entrent en service en mai 1940, réalisant en premier lieu quelques missions clandestines d’espionnage au-dessus de l’Union Soviétique alors encore théoriquement alliée de l’Allemagne. Les Do 217 de reconnaissance doivent glaner des informations sur l’outil industriel et militaire de Staline.
Il est à noter que la désignation Do 217B ne sera jamais utilisée puisque réservée aux bombardiers en piqué !

À partir de là apparaissent plusieurs versions de bombardement comme les Do 217E capable de remplir des missions de lutte anti-navire, le Do 217K apte aux opérations anti-sous-marines, Do 217L construit en toute petite série, et Do 217M. Cette dernière version, à la différence des précédentes, disposent de moteurs à douze cylindres en V Daimler-Benz DB 603A en lieu et place des traditionnels moteurs en étoile conçus par BMW.
En moyenne les bombardiers Do 217 emportent entre 3000 et 3200 kilos de bombes en soutes.

Si de manière assez classique les Dornier Do 217 de bombardement ont su lancer des bombes, principalement sur le front de l’est et en Méditerranée, ils sont aussi connus comme étant parmi les premiers avions d’attaque de précision. En effet les Do 217K-2 ont été parmi les premiers à tirer des bombes planantes (ancêtres des actuels missiles air-sol) Henschel Hs 293 et Ruhrstal PC1400X avec plus ou moins de succès. Ces armes sont alors principalement employés pour la lutte contre les navires alliés.
Quelques essais sont menés en 1944 avec un Fieseler Fi 103 semi-encastré en soute d’un Do 217K-3 mais sans grand succès.

Malgré des tentatives de développer des Do 217F et Do 217G de reconnaissance lointaine à haute altitude les équipes de Dornier peinent vraiment dans ce domaine.
Finalement ils vont réussir avec l’étonnant Dornier Do 217P qui à la différence de toutes les autres versions n’est pas un bimoteur mais bien un trimoteur. En fait outre ses deux Daimler Benz DB 603B de 1750 chevaux il emporte un DB 605T au centre du fuselage qui entraîne un turbocompresseur à deux étages permettant d’alimenter les deux autres moteurs en air comprimé. Le DB 605T développe 1475 chevaux et permet à l’avion de voler très haut, en atmosphère raréfié. Avec son plafond pratique de 13500 mètres il est à l’été 1942 à l’abri de tous les chasseurs alliés, y compris les North American P-51B Mustang de l’US Army Air Force. Malgré de bons résultats les trois Do 217P-0 ne servent que jusqu’en septembre 1943, ils sont alors considérés comme trop gourmands en carburant.

Si ce bimoteur est alors couramment reconnu comme un excellent bombardier de reconnaissance et de lutte anti-navire , y compris par les Alliés qui le craignent en fait bien plus que le Do 17 très vite devenu vieillissant, c’est dans la chasse de nuit que le Do 217 va se faire un nom. Et ce très rapidement.
C’est en novembre 1941 qu’un bombardier Do 217E-2 est transformé en chasseur de nuit Do 217J mais au départ les résultats ne sont pas à la hauteur et il faut attendre juillet 1942 et l’apparition du radar embarqué FuG 202 Lichtenstein pour qu’enfin l’avion plaise. Un lot de 130 exemplaires connus comme Do 217J-2 est assemblé dont une douzaine d’exemplaires est versée à la Regia Aeronautica en mars 1943. Ces avions permettent aux pilotes fascistes de se familiariser avec les préceptes de la chasse nocturne moderne, c’est à dire sous radar embarqué. Ces avions emportent quatre canons MG FF de calibre 20mm tirant vers l’avant, quatre mitrailleuses MG17 de calibre 7.92mm dans la même position, et deux MG131 de calibre 13mm tirant en position dorsale et ventrale.

Mais c’est véritablement avec le Do 217N qu’apparait le chasseur de nuit par excellence. Après le radar FuG 202 apparait dessus le FuG 215 Lichtenstein plus précis et portant plus loin. Les canons d’origine laissent la place à des MG151 de même calibre mais disposant d’une cadence de tir améliorée. Mais surtout un officier allemand a l’idée d’installer deux canons de 20mm tirant vers le haut avec une inclination de 20°. Il s’appelle Rudolf Schoenert et son principe prend le nom de Schräge Musik. Pour autant les deux postes de tir des mitrailleuses MG131 disparaissent.
Et avec lui la Luftwaffe va faire des ravages parmi les escadrilles de bombardiers américains et britanniques, y compris ceux disposant d’une tourelle ventrale.

Même après l’entrée en service du Heinkel He 219 Uhu, globalement considéré comme le meilleur chasseur nocturne allemand, le Dornier Do 217 demeurera en service dans cette mission jusqu’à la fin des hostilités au printemps 1945. Quand aux versions de bombardement Dornier tenta d’y donner un successeur sous la forme du Do 317 mais sans succès.

Avion particulièrement réussi le Dornier Do 217 est certainement un des meilleurs bimoteurs de la Seconde Guerre mondiale. Avion profondément multi-rôle il est assez fréquemment confondu avec le Do 215 pourtant à l’envergure légèrement plus petite.
De nos jours peu d’entre eux ont pourtant survécu et plus aucun ne vole.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Dornier Do 217N-2
Envergure : 19.00 m
Longueur : 18.90 m
Hauteur : 5.00 m
Motorisation : 2 moteurs à douze cylindres en V Daimler Benz DB 603A
Puissance totale : 2 x 1750 ch.
Armement : Quatre canons de 20mm tirant vers l'avant, deux autres en position dorsale Schräge Musik, et quatre mitrailleuses de 7.92mm tirant vers l'avant.
Charge utile :
Poids en charge : 13210 kg
Vitesse max. : 515 km/h à 5700 m
Plafond pratique : 7350 m
Distance max. : 1700 Km à masse maximale.
Equipage : 3
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Dornier Do 217

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Dornier Do 217

VIDÉO

Vidéo historique (en français) du Dornier Do 217.