FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Dornier Do 215
Constructeur : Dornier-Werke GmbH
Désignation : Do 215
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1939
Pays d'origine : Allemagne (IIIe Reich)
Catégorie : Bombardiers avant 1950
Rôle et missions : Bombardier de reconnaissance, avion de reconnaissance lointaine, chasseur de nuit.

HISTOIRE

Dornier Do 215 :
Conçu pour l'export, réquisitionné par la Luftwaffe”

Au cours de la Seconde Guerre mondiale l’aviation allemande fit un usage important des avions multi-rôles. Il s’agissait bien souvent de machines conçu au départ pour la chasse ou le bombardement et adapté par la suite à d’autres missions comme la reconnaissance ou la lutte anti-navire. Parmi les avionneurs spécialistes dans ce domaine on retrouvait Dornier qui sut développer une famille d’avions de combat vraiment polyvalents. L’un des exemples les plus méconnus est un avion conçu au départ pour les marchés étrangers mais finalement utilisé principalement par la Luftwaffe : le Dornier Do 215.

À l’été 1937 la ville de Zurich en Suisse organise un grand meeting aérien, aux airs de salon aéronautique. Plusieurs avions allemands y sont présentés au public à l’image du chasseur Messerschmitt Bf 109 ou encore du bombardier Dornier Do 17M. Ce dernier notamment y fait sensation et commence à attirer de potentiels clients étrangers comme la Suède, la Suisse, et la Yougoslavie.
Seulement voilà le RLM (ministère nazi de l’air) refuse catégoriquement l’exportation d’un avion jugé aussi stratégique vers le premier et le troisième de ces pays, jugés trop proches diplomatiquement de la France et du Royaume Uni. Les services secrets allemands craignent alors qu’un de ces Do 17M ne tombe entre les mains de ces deux pays, notoirement réputés hostiles au régime hitlérien.

Cependant chez Dornier on espère bel et bien réussir à concrétiser ces intentions d’achat, d’autant qu’en plus les Pays-Bas viennent d’annoncer vouloir également acquérir un tel avion. De son côté la Suisse a fait volte-face et finalement ne l’achètera pas.
L’idée vient alors de proposer une version export du Do 17M débarrassée des équipements jugés sensibles par le RLM et disposant d’une motorisation différente de celle des avions de la Luftwaffe, donc de performances différentes également.
Fin 1937 un Dornier Do 17Z est donc sélectionné puis modifié quelques semaines plus tard, devenant le prototype Do 215V1. Il réalise son premier vol le 5 décembre 1938.

En parallèle Dornier construit deux autres prototypes de son Do 215 mais avec des moteurs différents du Bramo Fafnir 323A-1 de 1000 chevaux. Le premier de ces deux nouveaux, le Do 215V2 dispose de moteurs en étoile Gnome & Rhône 14N-2 de facture française d’une puissance unitaire de 995 chevaux mais rapidement cette alternative est jugé décevante. D’autant que la dégradation des relations franco-allemandes rend alors impossible l’achat massif de tels moteurs. Le second prototype de cette série, le Do 215V3 possède lui des moteurs à douze cylindres en V Daimler Benz DB-601A d’une puissance unitaire de 1075 chevaux. Cette seconde possibilité s’avère rapidement bien plus intéressante.
Le RLM donne alors son accord pour qu’en priorité ce soit ce moteur qui soit greffé sur les Dornier Do 215, avec en seconde possibilité le Fafnir 323A-1 d’origine.

Entre le printemps et l’été 1939 la Yougoslavie puis les Pays-Bas passèrent une commande pour respectivement quarante et vingt-quatre avions au standard Do 215A-0 de bombardement de jour. Malheureusement pour Dornier ces deux commandes furent annulés après l’invasion allemande de la Pologne. Une partie des avions avait déjà commencé à être assemblée.
Dans le même temps la Suède, pays neutre, passa commande pour dix-huit Do 215A-1 de reconnaissance armée. Mais là encore les avions ne furent jamais livrés, les douanes allemandes les plaçant sous embargo en raison d’un incident diplomatique entre les deux pays.

Alors que la France et le Royaume-Uni entraient en guerre contre l’Allemagne nazie les usines Dornier se retrouvaient avec sur les bras une soixantaine d’avions plus ou moins aboutis, payés, mais impossibles à livrer. Le RLM eut vent de cet état de fait et décida de réquisitionner tous les Dornier Do 215 assemblés ou en cours d’assemblage. Mais également ceux qui n’avaient pas encore été construits mais étaient prévus.
C’est ainsi qu’apparurent dans l’arsenal allemand les Do 215B-0 et Do 215B-1 de reconnaissance issus des avions destinés à la Suède. Ils furent pris en compte par une unité de reconnaissance à longue distance et utilisés notamment pour des missions à haut risque le long des côtes britanniques. Un Do 215B-1 prit une photographie des colonnes de la cavalerie belge quelques heures seulement avant la reddition de ce pays.

D’autres avions, à divers stade d’avancement furent construits comme bombardiers de reconnaissance Do 215B-2 et Do 215B-4 et employés un peu partout au-dessus de la France et du Royaume-Uni. Dans le même temps Dornier développa le Do 215B-3 identique au Do 215B-1 mais destinée à l’aviation soviétique alors encore aux côtés de la Luftwaffe. Deux exemplaires furent livrés en URSS avant qu’Adolf Hitler ne retourne ses troupes contre son ancien allié.

Peu après la chute de la France au printemps 1940 une vingtaine d’avions fut renvoyée en atelier à la demande de l’avionneur pour être transformée en version de chasse nocturne. Désignés Do 215B-5 ces avions se caractérisent par un armement composé de quatre mitrailleuses de calibre 7.92mm et de deux canons de 20mm. Le guidage nocturne était assuré par un radar FuG 202 Lichtenstein dont les antennes étaient visibles sur le nez.
Les premiers Do 215B-5 arrivèrent en unité de chasse dès le mois de novembre 1940.

Pourtant ils ne donnèrent pas immédiatement la pleine mesure de leurs capacités. Il fallut attendre août 1941 pour qu’un de ces avions descende officiellement son premier avion ennemi, un bombardier Handley Page Halifax de la Royal Air Force au-dessus de la Manche. Par la suite les pilotes des escadrilles allemandes NjG1 et NjG2 évoluant sur Dornier Do 215 se firent une spécialité de la destruction des avions britanniques au-dessus de ce bras de mer séparant la France (alors occupée) de la Grande Bretagne.

Si les Dornier Do 215 de reconnaissance ne restèrent en service que jusqu’à avril 1942 il en fut tout autrement des versions de chasse de nuit qui volèrent jusqu’en mai 1944, laissant peu à peu leur place aux Dornier Do 217 et Heinkel He 219. il est à signaler qu’un Do 215B-1 fut modifié en février 1942 pour recevoir le système Schräge Musik de tir oblique mais les essais furent sans suite. Il fut ensuite retransformé en Do 215B-5 plus classique.

Construit à seulement 105 exemplaires de séries, toutes versions confondus, le Dornier Do 215 est un des plus mal connus des avions militaires allemands. Il est à signaler qu’en 1941 l’Allemagne hitlérienne livra à son allié la Hongrie une dizaine de de bombardiers de reconnaissance Do-215B-2 qui furent utilisés jusqu’à la fin des hostilités.
Il ne reste de nos jours plus aucun exemplaire visible dans le monde.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Dornier Do 215B-4
Envergure : 18.00 m
Longueur : 15.80 m
Hauteur : 4.60 m
Motorisation : 2 moteur à douze cylindres en V Daimler Benz DB 601Ba
Puissance totale : 2 x 1175 ch.
Armement : Six mitrailleuses de calibre 7.92mm + 1000kg de bombes.
Charge utile :
Poids en charge : 9500 kg
Vitesse max. : 485 km/h à 5500 m
Plafond pratique : 9000 m
Distance max. : 2450 Km à masse maximale.
Equipage : 4
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Dornier Do 215

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Dornier Do 215

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données