FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Fokker T.V
Constructeur : NV Koninklijke Nederlandse Vliegtuigenfabriek Fokker
Désignation : T.V
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1937
Pays d'origine : Pays-Bas
Catégorie : Bombardiers avant 1950
Rôle et missions : Bombardier moyen.

HISTOIRE

Fokker T.V :
Le bombardier néerlandais de 1940”

Durant la Seconde Guerre mondiale l’aviation néerlandaise n’eut qu’une histoire assez courte, ayant été bien vite balayée par son homologue allemande. La Luchtvaartafdeling disposait pourtant en petit nombre d’avions assez modernes à l’image du chasseur léger Fokker D.XXI ou encore du bimoteur d’appui lourd Fokker G.I. En fait le célèbre avionneur équipait cette force aérienne a hauteur de presque 90%. Et ce fut notamment le cas avec les bombardiers. Le principal en dotation, à hauteur d’une quinzaine d’exemplaires, était un bimoteur moyen assez réussi : le Fokker T.V.

C’est au cours de l’année 1936 que l’état-major hollandais demanda à Fokker de travailler sur un bombardier terrestre disposant d’une capacité d’emport pour une tonne de bombes et un rayon d’action de 1500km. Seul problème l’avionneur avait finalement peu d’expériences en la matière. Jusque là la majorité de ses bombardiers était plutôt constituée d’hydravions à flotteurs de torpillage. Pourtant il releva le challenge et l’avion reçut la désignation de T.V.
L’idée de cet avion était qu’il puisse aller frapper les grands centres industriels allemands et revenir se poser à leur base en cas de guerre avec le 3ème Reich. Le rapide réarmement allemand inquiétait y compris aux Pays-Bas.

Et les ingénieurs néerlandais travaillèrent assez rapidement puisque le prototype du Fokker T.V fut assemblé en août 1937. Les essais de roulage mais également de statique commencèrent immédiatement.
Extérieurement l’avion se présentait sous la forme d’un monoplan à aile médiane bimoteur doté d’une empennage double dérive. Sa construction était mixte en bois entoilé et alliages de métaux, dont du Duralumin. Son train d’atterrissage tricycle s’escamotait intégralement à l’exception de la roulette de queue. La propulsion était assurée par deux moteurs à neuf cylindres en étoile Bristol Pegasus Mk-XXVI d’une puissance de 925 chevaux. Ce moteur de facture britannique entraînait une hélice tripale en métal à pas variable. Son armement se composait de 1000 kilos de bombes en soute et de six mitrailleuses de calibre 7.92mm en positions avants, arrières, dorsales et latérales.
C’est dans cette configuration que l’avion réalisa son premier vol le samedi 16 octobre 1937.

Si les essais en vol démontrèrent une relative instabilité l’aviation néerlandaise demanda en revanche que l’avion perde une de ses mitrailleuses, celle de la position avant au profit d’un canon de 20mm. Lui aussi fut placé dans une tourelle de nez.
Une commande fut passée pour seize exemplaires dont le premier entra en service en janvier 1938. La Luchtvaartafdeling obtint l’intégralité de sa flotte de bombardiers moyens Fokker T.V au milieu de l’année 1939, quelques jours seulement avant que l’Allemagne nazie puis son allié soviétique n’envahissent la Pologne. Déjà il était question de remplacer le T.V par un nouvel avion à l’horizon 1942.

Pourtant le développement de ce Fokker T.IX bien plus moderne fut stoppé net le vendredi 10 mai 1940. Ce jour là les forces allemandes envahirent la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg et la France. Et dès les premières heures l’aviation néerlandaise est dépassée par les hordes de chasseurs et bombardiers de la Luftwaffe.
Le lendemain de l’attaque seuls neuf Fokker T.V étaient encore en état de vol, les autres ayant été détruits au sol ou lors de tentatives désespérées de s’opposer à l’assaillant. Les monomoteurs Messerschmitt Bf 109 et les bimoteurs Bf 110 ne firent qu’une bouchée de ces bimoteurs si difficiles à piloter.
Pour autant ils réalisèrent plusieurs raids aériens contre des aérodromes occupés par les nazis, réussissant même à détruire ou endommager très lourdement le 11 mai 1940 une trentaine d’avions-cargos Junkers Ju 52/3 appartenant à la Luftwaffe. Quelques heures plus ils s’attaquèrent à plusieurs ponts sur la Meuse, des objectifs jugés vitaux pour ralentir l’avancée des troupes terrestres allemandes. Les ouvrages d’art furent pilonnés par les équipages des bombardiers néerlandais.

Quand le vendredi 17 mai 1940 les forces néerlandaises cessèrent les combats un seul Fokker T.V était encore en état de vol. L’avion fut un temps examiné par des ingénieurs et pilotes allemands qui le jugèrent globalement assez réussi mais incapable de tenir tête à n’importe quel chasseur de son temps. Le bimoteur fut envoyé à la ferraille quelques semaines plus tard.
Ainsi se terminait la courte carrière opérationnelle de ce bombardier : une semaine seulement de guerre.

Malgré ce qu’une légende persistante dit depuis des décennies absolument rien ne prouve qu’un équipage de Fokker T.V ait réussi à descendre un avion de chasse allemand durant cette semaine de guerre. Et pourtant l’avion est entré dans la légende des airs. En grande partie parce qu’il a représenté la résistance d’une petite aviation militaire, la Luchtvaartafdeling, face au rouleau-compresseur que représentait alors la Luftwaffe.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Fokker T.V
Envergure : 21.00 m
Longueur : 16.00 m
Hauteur : 5.00 m
Motorisation : 2 moteurs en étoile Bristol Pegasus Mk-XXVI
Puissance totale : 2 x 925 ch.
Armement : Un canon de calibre 20mm, cinq mitrailleuses de calibre 7.92mm, et 1000kg de bombes en soute.
Charge utile :
Poids en charge : 7235 kg
Vitesse max. : 415 km/h à 3000 m
Plafond pratique : 7700 m
Distance max. : 1600 Km à charge maximale.
Equipage : 5
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Fokker T.V

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Fokker T.V

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données