FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Gloster G.39
Constructeur : Gloster Aircraft Company Ltd.
Désignation : G.39
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1939
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Avions expérimentaux
Rôle et missions : Prototype de chasseur bimoteur.

HISTOIRE

Gloster G.39 :
Un chasseur bimoteur bien trop malchanceux”

Certains avionneurs disparus aujourd’hui ont cependant réussi à demeurer dans la mémoire collective au travers de plusieurs de leurs réalisations. Au Royaume-Uni c’est notamment le cas du célèbre constructeur Gloster qui su développer des chasseurs à moteurs à pistons puis à réaction demeurés mythiques. Ce sont notamment le biplan monomoteur Gladiator et le monoplan biréacteur Meteor. Comme bien d’autres cependant cet industriel connut quelques ratés, des avions demeurés à l’état expérimental. On trouve parmi ceux-ci le très réussi bimoteur G.39.

Pour cet avion tout débuta en 1937 quand l’Air Ministry établit pour le compte de la Royal Air Force la Specification F.9/37 relative à un chasseurs bimoteur tous-temps. Malgré l’intérêt réel des militaires pour ce programme les avionneurs britanniques ne se bousculèrent pas au portillon pour proposer des machines. À tel point même que seul Gloster avança un avant-projet qui fut forcément sélectionné.
Ainsi naquit le Gloster G.39.

C’est l’ingénieur en chef Wilfried George Carter qui fut chargé du développement de ce bimoteur. Gloster lui devait notamment son chasseur Gauntlet qui connut un franc succès. Pour la propulsion du G.39 Carter s’adressa à Bristol et son moteur à quatorze cylindres en étoile Taurus TE/I d’une puissance nominale de 1050 chevaux. Celui-ci entraînait une hélice tripale en métal. Pour l’armement ce sont les entreprises américaines Browning et françaises Hispano qui fournirent mitrailleuses et canons.
Pour le reste le Gloster G.39 se présentait extérieurement sous la forme d’un bimoteur monoplan à aile basse de construction métallique. Il possédait un poste de pilotage monoplace et un train d’atterrissage classique escamotable.

Le premier vol de l’avion intervint le 3 avril 1939. Il portait le code tactique L7999. À cette époque les risques de guerre avec l’Allemagne hitlérienne se faisaient de plus en plus forts. Aussi les équipes de Gloster étaient très confiantes quant à l’avenir de leur machine, même si elle risquait de se retrouver en compétition permanente avec le Westland Whirlwind déjà commandé quelques temps plus tôt. Après tout la RAF pouvait parfaitement aligner deux modèles de chasseurs bimoteurs. Le 1er juillet 1939 le prototype du Gloster G.39 réussit même à atteindre la vitesse de 580 kilomètres heures, un record pour l’époque en Grande Bretagne. Pourtant quelques jours plus tard le 22 juillet l’avion subit un accident lors d’un atterrissage un peu trop dur. Le G.39 finit le nez dans la boue et les deux ailes déchiquetées.

L’enquête assez rapide, voire bâclée, conclut alors à un défaut de motorisation. Cette même motorisation qui jusque là n’avait jamais montré de faiblesse et avait même permis au Gloster G.39 de devenir le chasseur britannique le plus rapide de son temps. Finalement ce premier prototype fut reconstruit avec deux moteurs Bristol Taurus d’une autre sous-série. Il s’agissait de Taurus TE/III légèrement moins puissants. Ainsi gréé l’avion reprit ses essais début janvier 1940 mais fut finalement écarté une semaine plus tard.

On aurait pu croire alors que le Gloster G.39 allait retomber dans l’oubli, mais le sort en décida autrement. Deux semaines après l’abandon de la Specification F.9/37 l’Air Ministry émit Specification F.18/40 relative à un chasseur bimoteur nocturne armé d’une tourelle de mitrailleuses afin de remplacer les Boulton Paul Defiant NF Mk-I alors en dotation. Gloster proposa d’adapter son G.39 tandis que De Havilland en faisait de même avec son Mosquito. La compétition n’eut même pas le temps d’être vraiment lancée, Seconde Guerre mondiale oblige, que le Mosquito NF Mk-II était déjà commandé en série. Le second prototype du G.39 avait été totalement assemblé. Son premier vol eut même lieu le 22 février 1940.

Une troisième chance sembla lui sourire quand en mai 1940, quelques jours seulement avant la chute de la France, l’Air Ministry émit la Specification F.29/40 relative à un chasseur nocturne monoplace bimoteur non équipé de radar. Comme pour la F.9/37 trois ans plus tôt Gloster fut seul en compétition avec son second G.39, immatriculé L8002. Le bimoteur volant avec les moteurs à douze cylindres en V Rolls-Royce Peregrine d’une puissance de 885 chevaux qu’il avait reçu dans le cadre de la Specification F.18/40.
Et en vol les pilotes d’essais trouvèrent que le G.39 était agréable en main, rapide, maniable. Malheureusement pour d’obscures raisons principalement politique le programme fut abandonné.

Cette fois c’en était de trop pour l’avionneur qui décida de stopper net l’aventure de son bimoteur. D’autant que désormais le constructeur s’était atteler à quelque chose de bien plus pointu technologiquement : l’avion à réaction. Ce qui d’ailleurs le fit entrer dans la légende des airs. Et le Gloster G.39 retomba dans l’oublie.
Il est à noter que dans plusieurs publication cet avion est injustement désigné Gloster F.9/37 faisant ainsi disparaître sa participation aux deux autres compétitions. Par ailleurs quelques ouvrages font encore état d’un patronyme de Reaper sans que cela ne soit jamais confirmé par les historiens.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Gloster G.39, premier prototype.
Envergure : 15.24 m
Longueur : 11.28 m
Hauteur : 3.53 m
Motorisation : 2 moteurs en étoile Bristol Taurus TE/I
Puissance totale : 2 x 1050 ch.
Armement : Deux canons de calibre 20mm et quatre mitrailleuses de calibre 7.7mm.
Charge utile :
Poids en charge : 5261 kg
Vitesse max. : 580 km/h à 3000 m
Plafond pratique : 9150 m
Distance max. : 1350 Km à masse maximale.
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Gloster G.39

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Gloster G.39

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données