FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Ilyushin Il-62 ‘Classic’
Constructeur : Ilyushin S.V.
Désignation : Il-62
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN : Classic
Variante :
Mise en service : 1967
Pays d'origine : U.R.S.S.
Catégorie : Avions de transport
Rôle et missions : Avion de ligne, transport de personnels, transport de hautes personnalités.

HISTOIRE

Ilyushin Il-62 ‘Classic’ :
Le long-courrier des premiers secrétaires soviétiques”

Les années 1960 furent celles de l’émergence globalisée d’un transport aérien commercial à réaction. Pour autant on ne parlait pas encore de démocratisation de celui-ci, l’avion de ligne demeurant encore réservé à une certaine élite. Et tous les pays furent happés par ce besoin de modernisation, y compris ceux du bloc communiste. Hormis les courts-courriers biréacteurs Tupolev Tu-104 Camel et Tu-124 Cookpot l’intégralité du transport aérien soviétique demeurait à moteurs à pistons ou à turbopropulseurs. Il faudra attendre un surprenant quadriréacteur pour qu’enfin le jet long-courrier apparaissent en URSS : l’Ilyushin Il-62.

Quand début août 1954 les services du renseignement soviétique eurent la confirmation du premier vol trois semaines plus tôt du prototype d’avion de ligne quadriréacteur américain Boeing Dash 80 ce fut un véritable choc. Non seulement tout démontrait que l’avionneur de Seattle avait développé une machine parfaite ou presque mais en plus cela affichait publiquement les retards de l’industrie aéronautique en URSS. Il fallait alors réagir. Un groupe de travail fut constitué en ce sens à Moscou.

Et rapidement ses conclusions furent sans appel. Deux villes seulement disposaient d’aéroports capables de mettre en œuvre des avions de l’acabit du Boeing Dash 80 : Moscou et Kiev. Les autres demeuraient taillés pour des petits biréacteurs ou des avions turbopropulsés. Structurellement parlant les motoristes soviétiques étaient très en retard sur leurs homologues occidentaux et aucun avionneur n’était alors en mesure de répondre aux attentes d’Aeroflot. Ilyushin, Tupolev, et Yakovlev se virent pourtant commander des études pour un avion quadriréacteur pouvant transporter 150 passagers sur une distance de 8000 kilomètres à la vitesse moyenne de 900 kilomètres par heures.
Début 1958 seul le premier des trois constructeurs avait réussi à y répondre et une commande étatique officielle fut passée sous la désignation d’Ilyushin Il-62.

La motorisation devait être confié au tout nouveau Kuznetsov NK-8-4 d’une puissance unitaire de 10500 kilogrammes de poussée. Malheureusement pour l’Ilyushin Il-62 le motoriste connut des ratés dans le développement de son réacteur et finalement le prototype de l’avion de ligne dut réaliser son premier vol avec des Lyulka AL-7. Ce réacteur était jusque là réserver à l’aviation militaire puisque équipant des versions des chasseurs Sukhoi Su-9 Fishpot et Tupolev Tu-128 Fiddler. C’est le 3 janvier 1963 que le prototype s’envola sous l’immatriculation civil CCCP-06156.

Extérieurement l’Ilyushin Il-62 se présentait sous la forme d’un monoplan à aile basse en flèche de 35 degré construit intégralement en métal. Son train d’atterrissage tricycle se terminait par une balancine rétractable installée sous l’arrière du fuselage afin d’éviter que celui-ci ne heurte le sol lors des phases de décollage. Les quatre réacteurs Lyulka AL-7 étaient installés deux par deux le long du fuselage, à l’avant de l’empennage en T.
Lors de son premier vol l’Il-62 était le plus gros avion à réaction construit en URSS.
En raison des retards d’ingénierie chez Kuznetsov les deux avions de présérie et les deux premiers de série, destinés à Aeroflot furent livrés avec les réacteurs AL-7.
C’est à ce moment là que l’OTAN identifia l’avion et lui attribua la désignation de Classic.

Les premiers vols commerciaux débutèrent en mars 1967 par des liaisons intérieures expérimentales ouest-est à travers l’immensité soviétique. Il fallut attendre le mois de septembre pour que le premier vol international, une liaison Moscou Montréal soit réalisée. L’Il-62 en question volait avec les nouveaux réacteurs NK-8-4. Quelques semaines plus tard des liaisons furent ajoutées vers Cuba, New York, ou encore Tokyo.
Pour la presse spécialisée l’Il-62 Classic n’était qu’une copie du Vickers VC-10. C’était vrai et faux à la fois car au final l’avion soviétique était plus gros et plus puissant que son homologue britannique. Afin de satisfaire aux exigences environnementales américaines les avions destinés à desservir New York et Washington virent leurs réacteurs NK-8-4 déposés au profit de Soloviev D-30KU moins bruyant et moins fumant.

En fait déjà à cette époque Ilyushin avait débuté le développement de l’Il-62M plus moderne disposant d’un système de pilote automatique et d’une cabine passagers réaménagés. Surtout l’Il-62M était le premier avion soviétique à disposer d’une première classe. Un équipement jusque là impensable dans une compagnie soviétique. Cent cinquante passagers volaient encore en classe économique, dans une absence totale de confort tandis que les vingt-quatre autres disposaient de la classe dite «occidentale» particulièrement luxueuse. Seuls les ressortissants de pays non marxistes et les cadres du parti communiste y avaient droit. L’Il-62M entra en service en 1974. Il était alors considéré comme un des meilleurs longs-courriers au monde. Une dernière sous-version encore plus puissante fut lancée sous l’appellation Il-62MK.

Outre l’Aeroflot des Ilyushin Il-62 Classic furent livrés à des compagnies aériennes de pays marxistes comme CSA, Interflug, Lot, ou encore Tarom. De manière plus surprenante quelques exemplaires appartenant à Aeroflot volèrent un temps avec les livrées de Japan Airlines et de KLM.
Quelques Il-62 et Il-62M d’Aeroflot furent employés pour assurer le transport officiel des premiers secrétaire du parti communiste, c’est à dire les chefs de l’état soviétique. Ils disposaient d’aménagement plus luxueux et de communications encryptées.

Avion avant tout civil l’Ilyushin Il-62 Classic connut également une belle carrière militaire. Des avions de ce type furent employés sous les cocardes de plusieurs pays. L’Allemagne de l’Est en reversa trois à la Luftwaffe réunifiée au tout début des années 1990 tandis que des exemplaires militaires soviétiques se retrouvèrent dans les rangs des forces aériennes biélorusses, russes, et ukrainiennes. Début 2022 seules ces deux dernières les faisaient encore voler pour du transport de hautes personnalités.
Au même moment la Corée du nord était le seul et unique pays à aligner encore des Il-62M Classic civils et militaires. Air Koryo alignait deux exemplaires dont l’un aménagé pour le transport long courrier de son dictateur. L’autre assure des liaisons commerciales régulières, principalement vers la Chine ou la Russie.
Trois avions portaient encore fin 2021 les couleurs du ministère russe des situations d’urgence, pour des vols longue distance de déploiement de personnels de secours.

L’Ilyushin Il-62 Classic fut le plus gros avion civil soviétique en terme d’accueil de passagers jusqu’à l’apparition au début des années 1980 de l’Il-86 Camber. À partir de 2012 son emploi a été interdit aux États-Unis et dans l’Union Européenne, autant pour des raisons de sécurité que de respect des normes environnementales. Une exception a cependant été faite pour les avions transformés pour le fret. Début 2022 il demeurait un des avions officiels du président russe Vladimir Poutine, signe que l’avion demeure robuste et bien pensé.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Ilyushin Il-62M Classic, au standard civil Aeroflot
Envergure : 43.20 m
Longueur : 53.12 m
Hauteur : 12.35 m
Motorisation : 4 réacteurs Soloviev D-30KU
Puissance totale : 4 x 11022 kgp.
Armement :
Charge utile : 174 passagers
Poids en charge : 165000 kg
Vitesse max. : 925 km/h à 10500 m
Plafond pratique : 12000 m
Distance max. : 7800 Km à charge maximale
Equipage : 7
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Ilyushin Il-62 ‘Classic’

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Ilyushin Il-62 ‘Classic’

VIDÉO

Atterrissage et décollage d'un Il-62 civil au Pays-Bas.