FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Lockheed YO-3 Quiet Star
Constructeur : Lockheed Aircraft Corporation
Désignation : YO-3
Nom / Surnom : Quiet Star
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1969
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions expérimentaux
Rôle et missions : Avion expérimental de surveillance et d'observation.

HISTOIRE

Lockheed YO-3 Quiet Star :
L'avion quasi-précurseurs des actuels drones d'observation”

Au cours de la guerre du Vietnam l’Amérique employa un arsenal aérien particulièrement hétéroclite allant des avions les plus rustiques comme le On Mark B-26K Counter Invader aux appareils les plus évolués pour leur époque à l’image du Lockheed AC-130H Spectre. Ce conflit servit même durant un certain temps à valider des procédures d’emploi telles celles visant à employer des avions d’observation et de surveillance particulièrement silencieux. Ce fut le cas du très mystérieux Lockheed YO-3 Quiet Star.

C’est au milieu des années 1960 que le Pentagone ressentit le besoin de disposer de moyens de reconnaissance et d’observation particulièrement silencieux afin de les engager dans la guerre contre les forces marxistes au Vietnam. Des recherches étaient alors menées sur des drones de reconnaissance mais ceux-ci étaient en fait des cibles volantes reconfigurées et donc particulièrement bruyante et inadaptés. La solution semblait de ce fait passer par un avion piloté.

Aux vues de la sensibilité du dossier le Pentagone décida de saisir le bureau d’étude des Skunk Works, dépendant de l’avionneur Lockheed, et spécialiste des avions expérimentaux les plus confidentiels de l’époque. En fait ses ingénieurs avaient déjà commencé à travailler sur le sujet mais dans le cadre du développement d’avions sensés ne pas apparaitre aux radars ou alors disposant d’une signature négligeable.

Afin de mener à bien ces expérimentations les ingénieurs de chez Lockheed achetèrent un lot de planeurs Schweizer SGS 2-32. Ils les firent modifier et motoriser d’abord sous la désignation QT-1 pour la version monoplace puis QT-2 pour celle biplace. Le programme d’étude de ces aéronefs faiblement bruyant reçut le nom de Prize Crew. Ils furent testés de 1966 à 1968 directement à Edwards Air Force Base. Deux des quatre QT-2 furent même envoyés quelques semaines au Vietnam pour une expérimentation sur théâtre d’opération avant de revenir, tout aussi discrètement.
Pour l’occasion un Lockheed C-141A Starlifter fut affrété spécialement durant toute l’opération.

De retour aux États-Unis les ingénieurs des Skunk Works en tirèrent les enseignements et commencèrent le développement d’un nouvel avion, destiné lui à entrer en service opérationnel au sein de l’US Army. Il reçut la désignation de Lockheed YO-3 et le patronyme de Quiet Star. Et il portait bien ce nom tant il était silencieux.
Extérieurement il reprenait les grands traits des QT-1 et QT-2 puisque lui aussi issu du planeur américain SGS 2-32.

Esthétiquement parlant le Lockheed YO-3 Quiet Star se présentait sous la forme d’un monoplan à aile basse cantilever disposant d’un train d’atterrissage classique escamotable. Sa motorisation était assurée par un moteur en ligne Continental IO-360D de 210 chevaux entraînant une hélice métallique à six pales. Les deux membres d’équipage prenaient place dans un cockpit biplace en tandem largement vitré. L’avion était usiné à la fois en métal, bois, et matériaux composites ce qui constituait une grande première pour l’époque.
Niveau équipement il est un des premiers avions au monde à disposer d’un FLIR, installé sous le fuselage de l’avion.
Onze exemplaires de présérie YO-3A sont donc commandés par l’US Army qui les fait entrer en service en juin 1969, soit quelques jours seulement après le vol inaugural du premier d’entre-eux.

À cette époque l’US Army envisageait d’acquérir entre cinquante et soixante avions de série si les expérimentations au Vietnam sont concluantes. Les premiers Lockheed YO-3A Quiet Star font leur entrée dans les cieux asiatiques dès le début de l’été 1969. Ils y réalisent des missions de jour comme de nuit sans jamais être repérés par les troupes ennemis. Pis les avions peuvent même voler aux alentours de 200 pieds (soit environ 65 mètres) d’altitude sans que jamais les forces ennemies ne les entendent.
Mais à l’usage les opérateurs radars américains découvrent même que l’avion possède une signature radar inférieur à celle qu’elle devrait être. Sans être réellement furtif le monomoteur est discret.
Sur le théâtre d’opération certaines hélices d’origine furent remplacés par des modèles à deux ou trois pales, parfois en métal et bois.

La majorité des missions menées entre 1969 et 1971 par les onze Lockheed YO-3A Quiet Star est encore classifiée de nos jours, et donc mal connues. Tout au plus sait-on que ces avions étaient chargés de survoler des secteurs au-delà des zones ennemies, là où aucun hélicoptère d’observation OH-6 Cayuse ne pouvait se rendre. Seul vrai défaut : l’avion biplace n’est pas armé. Et même malgré cela ses missions sont toujours remplies avec succès et aucun avion n’a à souffrir de celles-ci, les forces marxistes ignorant l’existence de ces avions de haute technologie. Il semble même qu’un avion ait reçu un désignateur laser primitif sans toutefois que son utilisation au combat n’ait été confirmée.
Nonobstant l’expérimentation est stoppée en 1971 et les avions rapatriés aux États-Unis.

Aux États-Unis l’avion démontre encore et encore ses capacités, notamment en tenant l’air durant près de douze heures, ce qui semble extraordinaire pour une telle machine. Au Vietnam les missions duraient souvent entre quatre et sept heures.
Pourtant en 1973 l’US Army mit fin à l’expérimentation de l’YO-3A Quiet Star. Pour autant cela ne sonna pas le glas pour cet étonnant monomoteur.

Six exemplaires furent livrés à des administrations fédérales. Quatre étaient reçus par le FBI, la police fédérale américaine, qui les employa pour des missions de surveillance discrète et de contre-espionnage. Les deux derniers prirent la direction de la Louisiane où l’USFWS (pour United States Fish and Wildlife Service) les utilisaient comme avions de surveillance des zones de pèches et lutte contre la chasse clandestine.

En 1977 c’est la NASA qui décida de racheter à Lockheed l’un des anciens avions de l’US Army. Doté de microphones particulièrement pointus il fut utilisé comme avion de suivi des vols supersoniques. Dans les années 1980 il n’était pas rare de voir évoluer deux avions biplaces conçus par les Skunk Works mais profondément opposés l’un de l’autre sous la livrée de l’administration aéronautique et spatiale américaine : le SR-71B Blackbird et l’YO-3A Quiet Star. Une patrouille pour le moins incongrue qui ne cessait pas de laisser songeur plus d’un spécialiste. Par la suite le petit monomoteur fut utilisé comme plastron aux côtés des premiers convertiplanes comme le Bell XV-15 ou même le Bell-Boeing V-22A Osprey.

Aujourd’hui la majorité de ces avions, jamais entrés en service opérationnel malgré des missions au-dessus du champs de bataille, est préservée dans des musées aéronautiques aux États-Unis. L’exemplaire de la NASA, qui n’a pourtant pas été retiré du service, vole de moins en moins même s’il est parfois présenté lors des meetings aériens.
Quoiqu’il en soit le Lockheed YO-3 Quiet Star demeure aujourd’hui un des avions les plus étonnants des cinquante dernières années, et même s’il n’entre pas dans la catégorie des avions X il en possède tout l’attrait.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Lockheed YO-3A Quiet Star
Envergure : 17.37 m
Longueur : 9.10 m
Hauteur : 2.45 m
Motorisation : 1 moteur en ligne Continental IO-360D
Puissance totale : 1 x 210 ch.
Armement : Aucun
Charge utile :
Poids en charge : 1723 kg
Vitesse max. : 165 km/h à 950 m
Plafond pratique : 7850 m
Distance max. : 1650 Km à masse maximale.
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Lockheed YO-3 Quiet Star

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Lockheed YO-3 Quiet Star

VIDÉO

Vidéo d'époque du Lockheed YO-3 Quiet Star