FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : SNCAC NC.470
Constructeur : Société Nationale de Constructions Aéronautiques du Centre
Désignation : NC.470
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante : F.470, NC.471
Mise en service : 1938
Pays d'origine : France
Catégorie : Hydravions
Rôle et missions : Hydravion d'entraînement

HISTOIRE

SNCAC NC.470 :
Un hydravion typique des erreurs françaises des années 1930”

Quand les forces françaises s’effondrèrent contre la puissance de feu des armées allemandes au printemps 1940 la Luftwaffe réquisitionna de nombreux modèles d’aéronefs alors en service dans l’Armée de l’Air et dans la Marine Nationale. Si les plus célèbres furent sans doute l’avion de transport léger Caudron C-440 Goéland et les chasseurs Dewoitine D-520 et Morane-Saulnier MS.406 d’autres furent plus anecdotiques. Le même genre de scène se reproduisit une fois que l’Allemagne décida d’occuper la zone sud de la France en novembre 1942. L’un des modèles les plus représentatifs des saisis de cette période fut l’hydravion bimoteur de servitude SNCAC NC.470.

À l’été 1935 la société Farman décida de lancer sur fonds propres le développement d’un hydravion militaire de servitude pouvant servir aussi bien au transport léger qu’à l’entraînement. Le constructeur croyait alors qu’un tel appareil manquait à la Marine Nationale. Cependant sans commande ni financement officiel l’industriel décida de développer sa machine de manière économique. Le fuselage, le nez de l’avion, et la voilure furent repris sur le bombardier F.211. Toutefois l’architecture push-pull de ses moteurs ne fut pas conservée, Farman lui préférant deux moteurs à neuf cylindres en étoile Gnome & Rhône Jupiter 9Akc d’une puissance unitaire de 480 chevaux. Pour des raisons de facilité le premier prototype fut réalisé comme un avion à train classique fixe, les deux flotteurs ne devant apparaître qu’au second prototype.

Le programme reçut un feu vert du Ministère de la Guerre au début de l’année 1936. On parlait alors d’une potentialité pour soixante machines. Les deux prototypes pouvaient désormais être construits, les fonds alloués étant arrivés chez Farman.
L’avion reçut alors la désignation officielle de F.470. Cependant celle-ci ne dura pas longtemps. En effet les nationalisations de constructeurs aéronautiques voulues par le gouvernement socialiste du Front Populaire fit fusionner Farman avec Hanriot et Loire-Nieuport au sein de la nouvelle Société Nationale de Construction Aéronautique du Centre, ou SNCAC. Le Farman F.470 devint ainsi SNCAC NC.470.

Finalement le prototype du SNCAC NC.470 réalisa son premier vol le 27 décembre 1937. Une commande fut alors passée pour quarante exemplaires, trente-quatre comme hydravions à flotteurs et six comme avions à train fixe. Les missions que la Marine Nationale comptait dédier à ce bimoteur étaient l’entraînement au pilote de bimoteurs, l’entraînement au vol sur hydravion, l’entraînement au bombardement, et la liaison aérienne. Rapidement cependant cette dernière mission fut abandonnée par la Marine Nationale, préférant faire du NC.470 un strict appareil d’entraînement.

Dans le même temps la SNCAC présenta aux amiraux français le NC.471 de sa conception. Doté de deux moteurs plus puissants l’appareil devait emporter deux mitrailleuses jumelées Darne de calibre 7.5mm dans le nez, une troisième sur affût mobile dorsale ainsi qu’une charge anti-sous-marine de 800 kilogrammes sous voilure. Le SNCAC NC.471 se présentait comme une version de patrouille côtière du NC.470.
L’avionneur avançait qu’avec le réarmement allemand les risques d’affrontements en mer grandissaient. Pourtant la Marine Nationale estima que ses navires de guerre et ses hydravions torpilleurs seraient bien suffisants face à une Kriegsmarine qu’elle considérait comme inférieure à elle-même. Les deux NC.471 en restèrent et furent conservés par l’avionneur comme machines de servitude.

En parallèle la Société Nationale de Construction Aéronautique du Centre produisait en série son NC.470. Ironie du sort les six premières machines livrées furent les avions à train fixe. Le NC.470 avait été commandé, rappelons-le, comme hydravions à flotteurs.
Avions et hydravions furent alors livrés au centre de formation maritime de Hourtin en Gironde. Il s’agissait alors de l’unique école d’hydravion militaire française. Très vite le NC.470 devint le principal aéronef de cette unité.

Quand la Seconde Guerre mondiale éclata en septembre 1939 vingt-huit machines avaient été livrés sur les quarante commandés. En mai 1940 quand la France capitula contre l’Allemagne l’école de Hourtin n’alignait que trente-quatre avions et hydravions SNCAC NC.470. Les autorités allemandes ordonnèrent alors l’arrêt de la production.
Après inspections des NC.470 la Luftwaffe et la Kriegsmarine autorisèrent leur utilisation, moyennant les marquages haute visibilité jaune et rouge des forces de Vichy. Hourtin était alors en zone occupée.
Les vols qui suivirent furent sporadiques, moins d’une dizaine par mois, et uniquement avec l’aval de l’occupant.

Pourtant c’est uniquement en novembre 1942 après l’invasion de la zone dite libre que ces avions et hydravions furent interdits de vol. Les Allemands n’avaient qu’une confiance limitée dans les unités de l’école de Hourtin. En effet trois NC.470 furent utilisés pour rallier l’Angleterre avec des militaires ayant décidé de faire défection au profit des Alliés.
La Luftwaffe en profita pour saisir les quatre NC.470 terrestres et les adopter. La dizaine d’hydravions encore en état de vol fut envoyée à la ferraille. Rapatriés en Allemagne les avions français furent utilisés quelques mois comme appareils d’entraînement à la navigation.
Finalement début 1944 les Allemands les retirèrent du service, faute de pièces détachées.

Fragiles, peu aérodynamiques, pensés à la va-vite les SNCAC NC.470 étaient symptomatique d’une aviation française qui dans les années 1930 existait hors de toute règlementation. Les nationalisations de 1936-1937 n’arrangèrent rien.
À la fin de la Seconde Guerre mondiale il ne restait plus rien de ces bimoteurs d’un autre âge.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : SNCAC NC.470, en version hydravion
Envergure : 24.45 m
Longueur : 16.10 m
Hauteur : 4.90 m
Motorisation : 2 moteurs en étoile Gnome & Rhône Jupiter 9Akc
Puissance totale : 2 x 480 ch.
Armement : aucun
Charge utile : possibilité d'accueillir cinq passagers.
Poids en charge : 5830 kg
Vitesse max. : 210 km/h au niveau de la mer
Plafond pratique : 5250 m
Distance max. : 1200 Km à masse maximale
Equipage : 6
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du SNCAC NC.470

PROFIL COULEUR

Profil couleur du SNCAC NC.470

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données