Premier appontage automatique d’un F-18 sans pilote

[USA] Premier appontage automatique d’un F-18 sans pilote

Source US Navy et vu sur Info-Aviation :

L’US Navy est parvenu à faire apponter un F-18 sur un porte-avions de façon entièrement automatique grâce au système du drone de combat X-47.

Le 2 juillet, une équipe du programme N-UCAS (Navy Unmanned Combat Air System) a testé le matériel et les logiciels développés pour le drone X-47B UCAS-D sur un F/A-18D de l’escadron VX-23 embarqué sur l’USS Eisenhower dans l’ouest de l’océan Atlantique (photo).

Le Hornet avait un pilote à bord par précaution, mais le système a fait atterrir l’avion de façon totalement autonome. Un avion King Air 300 Twin-prop de Air-Tec, a également été utilisé comme substitut pour tester la gestion des missions, le commandement et le contrôle, les communications, le contrôle du trafic aérien et la navigation, mais sans exécuter un atterrissage.

Les organisations participantes aux tests étaient USN PEO, NAVSEA PMA-268, et l’équipage du porte-avions USS Dwight D. Eisenhower, ainsi que les partenaires du secteur comme Northrop Grumman, Rockwell Collins, Honeywell, L-3 Communications, SAIC, ARINC et Sierra Nevada Corporation.

Ce test marque un tournant pour le programme de l’UCAS-D (Unmanned Combat Air System Demonstration). Il pourrait changer la façon dont les avions sont pilotés dans l’US Navy. Jusqu’à présent, toutes les instructions du contrôle aérien sont transmises par la voix, et une bonne partie des données de navigation doivent être lues sur les ondes, tandis que les signaux visuels assurent l’approche finale vers le porte-avions.

Un drone pourrait ainsi moderniser et même soutenir un avion de chasse dans de futures opérations, bien que cela entraîne certaines modifications importantes au sein du porte-avions. Le contrôle d’atterrissage (Landing Signal Officer) de l’USS Eisenhower a notamment été modifié pour communiquer directement avec le VX-23 F/A-18D à travers un réseau numérique. L’opérateur était installé dans une des salles du navire où est stocké le noeud de réseau.

Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.

3 COMMENTAIRES

  1. Hum , autant impressionnant que terrifiant , comme la plupart des technologies autonomes .

    Je veux dire par là que tout ce qui est contrôlé numériquement est exposé au piratage , cf le virus capable de contrôler une centrale nucléaire .

    Pouvoir pirater un avion de chasse pourrait s’avérer assez .. dangereux .
    Même si j’imagine que le problème doit déjà se poser avec les drones de reconnaissance etc etc ..

    Et sinon , de grandes promesses pour l’avenir tout ça , le film Furtif , ça vous dit quelque chose ? 😉

  2. OH les ricains, vous avez même pas besoin de me payer, je le pilote gratos votre F-18 si vous voulez!! (une machine a la place d’un pilote! 😯 a quand le pilotage des 737 747 par wifi grace à son iphone? 😆 😐 🙁 )

Laisser un commentaire