C’est très discrètement que le 3 décembre dernier dans l’après-midi un hélicoptère d’assaut Caïman de l’ALAT, l’Aviation Légère de l’Armée de Terre, a réalisé son premier appontage lors d’une campagne d’essais et de navalisation réalisée par le GAMSTAT à bord du nouveau bâtiment amphibie français, le Dixmude. Pour les pilotes de l’ALAT il s’agit tout bonnement de vérifier et de valider l’emploi du NH90 à partir d’un navire de soutien clairement conçu ab-initio pour mettre en oeuvre des hélicoptères de cette génération.

Cette campagne d’essais se poursuit jusqu’au 14 décembre au large de Toulon. Y sont également validés l’emploi du Tigre depuis ce nouveau navire, et diverses formules d’emplois des forces amphibies françaises, avec comme point d’orgue Antarès, un exercice visant au « plageage » de 300 militaires et 80 véhicules de la 6ème Brigade Légère Blindée, placés sous la protection bien entendu du Tigre.

Photo (c) Marine Nationale.

2 COMMENTAIRES

  1. Manu tu as entièrement raison ,mais je péfère un hélico Français sur nos PA que d’acheter à l’étranger ce que nous produisons aussi bien qu’eux .Et cela reviendrait au même mais le pognon irait à l’étranger et les gens crèveraient de faim en France quand même .
    Mais cela n’engage que moi .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom