Un pilote de l’ALAT meurt au Mali.

[Hommage] Un pilote de l’ALAT meurt au Mali.

L’opération Serval, visant à chasser les forces terroristes islamistes du nord Mali et déclenchée ce vendredi 11 janvier 2013, a déjà connu une perte humaine dans le camp français. En effet le Lieutenant Damien Boiteux, pilote au 4ème Régiment d’Hélicoptères des Forces Spéciales (le 4ème RHFS) , a été mortellement blessé par des tirs d’armes légères venant du sol. Les tireurs, des combattants d‘Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), avaient pris pour cible sa Gazelle ainsi que d’autres hélicoptères français présents dans le secteur. Blessé il a ensuite été conduit dans un hôpital militaire où il est décédé. Premier combattant français à tomber dans ce conflit, et nous l’espérons tous dernier, le Lieutenant Boiteux était dans l’Armée de Terre depuis 22 ans.

Je voulais par ce sujet, et je pense pouvoir y associer l’ensemble de la rédaction du blog et du site Avions Légendaires, rendre hommage à ce pilote ainsi qu’à tous nos soldats qui sur place essayent de rétablir l’état de droit face à un obscurantisme religieux de plus en plus inacceptable.

Une guerre, ou une opération militaire, engage forcément le risque de pertes humaines dans le camp de ceux qui la mène. Pourtant ce n’est jamais anodin de perdre un soldat, qu’il soit fantassin, conducteur de char, ou comme dans le cas présent pilote d’hélicoptère. Voilà le sens de ce court sujet, qui n’a d’autre vocation qu’un hommage à celui qui vient de mourir et non une tentative de récupération X ou Y.

Photo (c) Arnaud Lambert.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

8 COMMENTAIRES

  1. Comme je l’ai dit ailleurs:
    Un sacré bonhomme. Qui a tenu bon sa machine en étant blessé, ce qui a probablement sauvé son équipage. Mes respects.

  2. Toutes mes condoléances à sa famille, ils peuvent être fiers de cet homme qui a ramené sa machine et sauvé son équipage.
    Je pensai les hélicos plus solide face aux tirs d’armes légères, sauf si il s’agit en fait de calibres plus gros qu’annoncé, à-t-on d’autres élements?

  3. Pour répondre à Tonton, les premiers Tigres en détachement en Afganistan n’étant eux-même pas blindés au niveau du cockpit, je ne suis pas étonné qu’une gazelle soit aussi vulnérable face à des armes de type moyen calibre.
    Je salut au passage ce héros et sa famille.

  4. Une gazelle est un appareil civil au départ don pas le moindre blindage. D’autre part en operation, ce sont des pilotes aux deux places avant . Un pilote étant blessé, c’est l’autre (pilote ou pilote chef de bord) qui ramène l’appareil

  5. Certaines Gazelle de l’ALAT disposent de plaques de blindage amovibles. Elles ont été introduites notamment durant la Guerre du Golfe de 1990/1991, et (relativement) généralisées en ex-Yougoslavie. Le secret entourant les appareils du 4ème RHFS fait que je n’ai pas eu l’information sur leur présence ou non.

Laisser un commentaire