Rolls-Royce abandonne la motorisation des hélicoptères

[Industrie] Rolls-Royce abandonne la motorisation des hélicoptères

L’annonce a été faite par le groupe aéronautique français Safran : le motoriste britannique Rolls-Royce vient de lui revendre ses 50% dans le capital du consortium qu’ils avaient fondé ensemble pour le développement, l’usinage, et la commercialisation du turbomoteur RTM322, un engin d’une puissance d’environ 2500 chevaux, animant plusieurs appareils actuellement en assemblage.

En effet, le RTM322 équipe les Apache en service dans l’Army Air Corps, mais également certains vendus à la Grèce et ceux de Singapour. C’est également le propulseur principal de deux programmes majeurs d’hélicoptères en Europe, l’Agusta-Westland AW-101 Merlin et le NH-90 Caïman. Parmi les futurs programme, il est question d’une motorisation alternative du Surion sud-coréen par ce turbomoteur.

De ce fait c’est désormais Turboméca, filiale de Safran, qui va entièrement prendre le RTM322 en charge, y compris sa commercialisation. Ce rachat de part consolide Safran dans sa position de principal motoriste en Europe, avec notamment l’ex-SNECMA qui fusionna en son temps avec l’équipementier Sagem pour donner naissance à Safran.

Les responsables de Turboméca annoncent vouloir développer le RTM322 afin d’en faire un turbomoteur plus puissant, destiné à équiper des machines plus lourdes comme les appareils de transport off-shore, ou certains hélicoptères d’assaut. Ils visent en effet les 3000 chevaux. A quelques semaines de l’ouverture du Bourget, cette annonce est vraiment à suivre de très près.

Photo (c) Safran

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire