C’est à ce jour un des programmes les plus importants et ambitieux en cours aux États-Unis. Ce mercredi 22 septembre 2021 les parlementaires américains ont émis un rapport sur la question du futur bombardier furtif Northrop-Grumman B-21 Raider. Parmi les informations données on connait désormais le nombre de machines actuellement en production ainsi qu’une partie du financement publique, d’ores et déjà hallucinant. Les records de coût du Northrop B-2A Spirit pourraient bien être pulvérisés.

Jusque là les communications réalisées par l’administration américaine concernaient plus la forme que le fond du futur B-21A Raider. Désormais c’est l’inverse. De l’avis des spécialistes américains c’est la différence entre les administrations Trump et Biden, même si au final la Maison-Blanche ne pilote pas grand-chose sur le programme. Tout se passe plutôt entre le Congrès, l’US Department of Defense, et l’avionneur Northrop-Grumman.

D’ores et désormais on apprend qu’un important engagement financier a été budgété sur l’exercice fiscal 2022. Celle-ci débutera ce vendredi 1er octobre 2021 à 00 heures 00 et se terminera le vendredi 30 septembre 2022 à 23 heures 59. La somme de 2.84 milliards de dollars US a été allouée par les parlementaires américains au programme au titre du financement de la défense. Il est à signaler que le Pentagone réclamait en réalité 2.98 milliards d’euros sur cet exercice fiscal. Le Congrès a donc sauvé cent quarante millions de dollars sur ce coup là. Pas sûr que les financiers de l’US Department of Defense refassent la même erreur l’an prochain en surévaluant leurs besoins.

Sur le volet technologique le Congrès est allé assez loin dans les révélations en déclarant que le Northrop-Grumman B-21A Raider a été pensé comme un bombardier à la fois piloté ou télépiloté suivant l’environnement de mission envisagé. Jusque là l’US Air Force n’avait jamais reconnu avoir l’ambition de «droniser» son futur bombardier à aile volante furtive. Des rumeurs existaient en ce sens, mais elles ressemblaient souvent à des délires complotistes. Visiblement ils étaient dans le vrai. Reste à savoir si cette capacité de pilotage à distance sera disponible dès les premiers avions de série.
À ce niveau d’ailleurs les parlementaires ont annoncé que cinq avions de série étaient actuellement en cours d’assemblage, à des stades différents d’évolution. Et encore il n’est pas question du prototype dont le premier vol est attendu avant la fin de l’année.

L’entrée en service de ces premiers avions de série est annoncée pour 2025, et doit s’échelonner jusqu’en 2040. Le Pentagone estime le marché à cent exemplaires. Outre les Northrop B-2A Spirit il doit remplacer les Rockwell B-1B Lancer. Par contre il n’est pas encore question d’un sort similaire pour les vénérables Boeing B-52H Stratofortress dont la modernisation profonde vient d’être décidée.
La flotte de l’Air Force Global Strike Command d’ici vingt ans devrait donc aligner deux modèles de bombardiers : le B-21A Raider pour la pénétration conventionnelle et nucléaire et le B-52H Stratofortress pour les frappes tactiques et préstratégiques.

Illustration © US Department of Defense

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Impatient de voir à quoi ce bombardier va ressembler réellement. Sera t-il vraiment inspiré du B2 avec un design de pure aile volante. Avec leurs 30 ans d’écart, on imagine des évolutions massives au niveau de l’ensemble des domaines, avionique avec l’IA, moteurs
    Tri-flux, matériaux avec graphene, furtivité extrème, connectivité haut débit furtive…ça promet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom