Des avions de combat MiG seraient-ils entre les mains de Daech ?

Des avions de combat MiG seraient-ils entre les mains de Daech ?

Lorsque l’information a commencé à tomber en début de journée ce vendredi 17 octobre 2014 beaucoup ont d’abord cru à un hoax tant c’était difficile à croire. Mais force est de constater qu’elle pourrait s’avérer vraie : les djihadistes de Daech auraient saisi trois avions de combat syriens en état de vol et disposeraient dans leurs rangs de pilotes pour en prendre les commandes. Reste plusieurs inconnues, et de tailles, jugez plutôt.

Si on semble savoir ce que sont les avions en question, un Mig-21 Fishbed peut-être similaire à celui vu ci-dessus et deux MiG-23 Flogger, nul ne sait réellement l’état de leur système d’arme ni dans quelles conditions, ils ont été saisis par les forces terroristes. Ensuite, il ne faut pas oublier qu’un avion de combat n’est pas un avion de brousse. Pour le mettre en œuvre il faut disposer d’une base aérienne ou d’un aéroport avec au moins une piste en bon état et de dimension suffisante. Outre les pilotes, il faut du carburant, et même au Proche-Orient ce n’est pas quelque chose qu’on trouve sous les sabots d’un dromadaire. On ne va tout de même pas imaginer les gens de Daech remplir leurs MiG avec du gasoil.

Et enfin une fois qu’on a réglé tous ces détails, il en subsiste un dernier, et de taille : quelles armes va-t-on fixer sous les avions : des armements air-sol pour contrer les forces terrestres ou des missiles air-air pour tenter d’abattre les avions de combat de la coalition internationale ? Là encore on ne parle pas de munitions de kalashnikovs, mais d’armes volumineuses et complexes à utiliser.

Des pilotes, indubitablement Daech doit en avoir dans ses rangs, aussi bien récupérés en Irak qu’en Syrie, des armuriers aussi, mais une base, ce n’est pas si simple que ça ? Bah en fait dans le cas de Daech si. Car les djihadistes ont mis la main depuis plusieurs mois sur l’aéroport international d’Al-Jarrah dans la banlieue d’Alep en Syrie. Particularité de cette plateforme, elle abrite également un base militaire qui avant la guerre civile syrienne servait à l’entraînement intermédiaire des futurs pilotes militaires. Al-Jarrah est connu pour disposer notamment d’abris en dur permettant de remiser les avions. Un luxe pour Daech.

Reste une grosse inconnue ? L’utilisation de telles armes est-elle crédible ? Aussitôt qu’ils prendraient les airs les avions de combat de Daech seraient considérés comme hautement hostiles et deviendraient des cibles de choix pour la chasse internationale. Que pourraient faire ces pilotes face à leurs homologues américains ou français et leurs F-22A Raptor et Rafale ? Si le MiG-23 pourrait peut être réussir à s’échapper (sur le papier bien sûr) il en est tout autrement du MiG-21.

Donc oui cette information semble crédible, cependant il nous appartient de la remettre dans la perspective de trois avions face à plus d’une centaines d’appareils de combat internationaux hyper bien entretenus. Une info à prendre donc avec un maximum de retenu.

Photo © Associated Press.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

26 COMMENTAIRES

  1. Si jamais c’était vrai, cela ferait e jolies plastrons et accessoirement un scénar pour Tanguy et Laverdure, Team Rafale, Mission Kimono, Buck Danny et j’en passe …

  2. Ils n’ont pas besoin des  » monter  » des systèmes d’armes sur leurs avions….
    Seulement décoller. Même pas à atterir. C’est l’avion qui devient une arme…. kamikase !

    • Pas forcément non. Daech n’est pas Al-Qaïda. L’attentat-suicide, et à fortiori l’avion kamikaze, ne font pas obligatoirement parties du corpus idéologique de ces gens là. Un avion de combat bombardant des positions ennemies, ou attaquant un aéronef de la coalition aurait une bien plus grande portée symbolique pour ceux qui se réclame d’un « état islamique ». Un avion kamikaze c’est un acte terroriste, un avion de combat en mission c’est un acte militaire. Pour Daech la différence est notable.

      • Ouais mais bon, même s’ils avaient des pilotes (irakiens, syriens), hormis de l’assaut terrestre avec des paniers de roquette ou des bombes simples, ils ne pourraient rien faire d’autre. Même s’ils arrivaient à avoir des missiles AA, ils n’auraient aucune chance face à la coalition. Même les mig-23 sont dépassés, en Libye ils n’ont eu aucun kill. Déjà qu’ils se faisaient poutrés dans les années 80 par les USA et Israel, il ne faut pas s’attendre à des miracles en 2014 ^^

        • De quels MiG-23 se faisant « poutrer » comme vous dites, vous voulez parler? Et dans les années 80? Par Israël et les USA?

        • En effet le MiG-23 est un avion dépassé, ancien et particulièrement difficile à moderniser. Mais le seul fait d’utiliser le canon GSh-23 contre l’ennemi par ce Flogger djihadiste serait un signal fort envoyé à la coalition internationale. Alors que dire du tir de roquettes voir du largage d’une ou plusieurs bombes non guidée qui aurait un impact psychologique lourd sur les troupes irakiennes.
          En effet face aux avions de combat de la coalition le Flogger n’a aucune chance de s’imposer, on n’est même sûr qu’il est le temps de tirer quoi que ce soit. En tout état de cause la coalition ne prendra pas de risque avec cet avion, et le descendra dès qu’elle sera sûre de son identité.

  3. J’ai deux trucs qui me viennent à l’idée. D’abord il y a l’intervention Israélienne en 1982 au Liban. Ils ont fait un carnage face aux Mig Syriens, que ce soit des Mig-21 ou Mig-23. Jusqu’alors, les années précédentes, les Mig-23 avaient réussi des kill face à de petites formations de F4 Phantom ou des A4 Skyhawk. Mais là ils ont eu en face d’eux des super formations de F15 et de F16. Chasseurs qui étaient en plus soutenus par des Hawkeye et des avions de brouillage électronique. Les Mig n’avaient aucune chance. Ils étaient dépassés, d’un point de vue de leur performance intrinsèque, notamment leur avionique, mais aussi dépassés par leur mode d’engagement opérationnel reposant sur la doctrine soviétique d’interception par des stations de contrôle radar au sol. Les Israéliens ont brouillés les communications entre les stations et les chasseurs adverses grâce à leur moyens électroniques évolués, puis ils ont interceptés sans peine les Mig en étant hors de leur portée de feu grâce à l’emploi des Hawkeye. Les Mig étaient vu de loin, les F15 et F16 n’avaient plus qu’à utiliser leurs missiles moyenne-longue portée.

    Et autre cas, en 1989, les ricains cette fois-ci, ont abattus avec deux F14 des Mig-23 Libyens dans des circonstances douteuses.

    Mais ce qu’il faut retenir, c’est que les Mig-21 et 23 des pays arabes sont des avions qui n’ont pas été améliorés (à ce que je sache). Ils sont donc obsolètes face à une force aérienne occidentale moderne. Comme je l’ai dit, niveau avionique, ils sont hors-jeu. Même si la portée de leur radar peut prêter à confusion, il faut se rappeler que tous les chasseurs modernes occidentaux ont des meilleurs radars et/ou des systèmes de défense électronique perfectionnés comme le Spectra pour le rafale. Et puis d’un point de vue opérationnel, un chasseur de cette génération, sans soutien, ne vaut rien ou pas grand chose dans un environnement hautement surveillé. En effet, les chasseurs modernes, surtout des avions comme le rafale, peuvent à la limite être autonome, se passer de station radar ou d’AWACS. Le rafale, toujours lui, avec son radar AESA et son Spectra ainsi que son Optronique secteur frontal et ses détecteurs infrarouge et radar, peut détecter, sans utiliser son radar (sans chercher activement, de manière passive donc) une bonne partie des menaces existantes. Un rafale, à moitié furtif, pourrait dans ce cadre, décoller d’un terrain isolé, se fondre dans la géographie du terrain et utiliser ses moyens passifs de reconnaissance pour trouver un ennemi et lui envoyer un Mica ER ou IR ou autre joyeuseté de ce genre et rompre le combat, presque sans avoir été vu. Le Mig-23, il décolle, sans son radar il est aveugle. Il allume son radar, regarde au pif car il n’a pas d’indications venant de station radar ou d’AWACS, pendant ce temps là, un chasseur utilisant ses moyens passifs ou un AWACS de la coalition trouve les impulsions du radar du Mig, il identifie immédiatement à qui il a à faire (grâce aux missions ELINT des 50 dernières années, une grande partie des moyens électroniques de par le monde sont « répertoriés »). Via une liaison tactique de données, l’AWACS de la coalition communique la position du bogey à un F22 en mode furtif (radar passif). Le Raptor balance un missile à longue portée, qui se dirige d’abord vers un point donné avant d’allumer son radar de phase terminal ou son autodirecteur infrarouge le rendant invisible pour le Mig pendant presque tout son trajet. Le Mig n’a pas le temps d’esquiver, ses moyens de défense anti-missile (leurre et brouillage) sont de toute façon dépassés, Kill à 100%. Dissolution presque immédiate de l’armée de l’air du Daesch.

  4. Pour moi ce n’est qu’un coup de com. Bien sûr que ces avions n’ont aucune chance. Je relevais juste vos propos sur « se faire poutrer » (que c’est élégant). Vous faites la leçon, tout ce que vous dites la plupart des visiteur de ce site le savent. Pas la peine d’en mettre une grosse tartine. La culture c’est comme la confiture hein….
    Pour en revenir au MiG-23, cela n’a jamais été un avion ridicule. De plus, les victoires israéliennes sont à prendre avec des pincettes. Et enfin, le problème à l’époque des aviations arabes étaient leur doctrine et leur entraînement. Sûrement pas leur matériel.

    • Bah faut savoir. Vous me demandez de m’expliquer et après coup vous vous en prenez à moi parce que j’ai fait un com détaillé. Si vous ne vouliez pas de réponses, il ne fallait pas me le demander, point barre. Quant à l’élégance de mes propos, je vous laisse juge.

      Je n’ai jamais dit que le Mig-23 était ridicule. Mais c’est évident qu’il n’a pas réussi à passer la transition technologique des années 80. Et pour votre passage sur leur doctrine, eh bien c’est exactement ce dont je parle. Donc je ne vois pas ce qui vous pose problème.

      Faudra m’expliquer ce que j’ai fait de mal. Dans mon cursus, on ne se contente pas de réponses succinctes, on donne des réponses argumentées. SI vous trouvez cela condescendant, j’en suis sincèrement désolé mais vous vous faites des idées.

  5. On s’ est mal compris Brian. Je ne demandais évidemment pas un exposé, mais ce n’est pas grave. J’ai tiqué sur votre expression comme vous l’avez compris mais ça aussi c’est secondaire. Vous n’avez rien fait de mal mais je trouve qu’il faut savoir être plus nuancé. J’ai un exemple: le MiG-25: ce n’est pas un champion du dogfight, avec une électronique déjà dépassée au début des années 90. Lors de la première guerre du Golfe, malgré le fait que l’aviation irakienne soit asphyxiée et quasiment mise hors d’état de nuire, un MiG-25 a obtenu une victoire sur un Hornet. Tout peut arriver, c’est ppourquoi il faut nuancer. Moi non plus je ne crois pas vraiment à cette histoire d’avions de combats qu’utiliserai Daesh, mais imaginez le retentissement si par malheur un F-16 ou autre (pas un Rafale hein 😉 ) se faisait descendre…. il ne faut jamais être trop sûr de rien.
    Je ne voulais pas vous prendre la tête encore une fois, et excusez moi si de mon côté j’ai été un peu rentre dedans.

    • Y a deux versions pour le Foxbat. Je ne dis pas que la version SU est la vraie, mais je peux pas le prouver. Après, un kill isolé ok. Et forcément, si c’était le cas en Syrie, le retentissement serait énorme. Mais la puissance de l’Irak de 91 est différente de trois chasseurs tout juste en état de vol par des terroristes. Il leur faut l’armement et plus qu’une dose de chance pour y arriver. Un mig-21 ou 23 peut toujours abattre un avion, mais un Super Hornet, j’en doute.

      • Concernant cette histoire de MiG-25, je me base sur un fana de l’aviation relativement récent. Et perso je n’ai jamais trouvé que cet excellent magazine racontait des histoires (au sens péjoratif du terme). C’est un peu comme les Israélien: il est bien plus facile de trouver des bouquins ou des temoignages de pilotes israéliens que de leurs ennemis. Mais c’est un autre débat. Reconnaissons tout de même que le pilote irakien a eu ce jour énormément de chance….
        Je pense qu’effectivement ces avions ne peuvent pas grand chose, et heureusement d’ailleurs. Mais pour autant je me demande si la couverture radar de la Syrie est optimale vue la configuration du théâtre d’opération.
        Après, de toutes manières, je ne vois pas comment ils pourraient maintenir ces avions en état de vol. ça me paraît impossible.

        • Je ne répondrais qu’à la partie sur la couverture radar de la Syrie. C’est un relativement petit pays la Syrie, avec « seulement » 185 000 km² (contre 550 000 pour la France métropolitaine). La coalition entretient plusieurs avions radars E-2C Hawkeye de l’US Navy et E-3B Sentry de l’US Air Force dans la région. Des avions qui s’ils se postent à la frontière irako-syrienne ou turco-syrienne peuvent parfaitement observer une bonne partie de l’espace aérien de ce pays, et donc détecter tout avion suspect.

Laisser un commentaire