Le drame a jeté le trouble parmi la population brésilienne et plus précisément les cariocas. Un hélicoptère de la police brésilienne s’est écrasé dans la favéla Cidade de Deus tuant ses quatre occupants, la particularité vient du fait que l’appareil a été abattu par des membres d’un gang local qui ont utilisés des armes lourdes habituellement réservées aux forces armées. L’appareil en question était un Eurocopter AS-350B Écureuil de facture française, le modèle le plus répandu dans la police de ce pays.

L’hélicoptère en question réalisait une mission de reconnaissance au profit des forces de l’ordre de Rio de Janeiro autant que de la police fédérale brésilienne. Il s’agissait de repérer un gang spécialisé dans l’extorsion de fonds, les trafics d’êtres humains et de stupéfiants, et bien sûr les assassinats ciblés.
Depuis l’organisation il y a quelques semaines des Jeux Olympiques d’Été beaucoup avaient oublié que le Brésil est encore un des pays les plus dangereux du monde, avec une criminalité organisée ultra-violente.

Mais cette fois-ci les gangs ont monté leur violence d’un cran, ayant même la capacité d’abattre un hélicoptère de surveillance. Selon les premiers éléments donnés par le Brésil il semblerait que les malfaiteurs aient eu recours à au moins une mitrailleuse lourde de calibre 12.7mm, une arme de guerre habituellement employée par les militaires.

Lorsque les renforts policiers sont arrivés sur zone ils n’ont pu que constater le décès de leurs quatre collègues. On ignore encore s’ils sont morts consécutivement au crash de l’hélicoptère ou s’ils ont été tué par les malfaiteurs une fois au sol.

Ce très violent fait divers, sans aucune comparaison possible avec ce qui peut exister en Europe et notamment en France, a véritablement jeté l’effroi sur la population du pays. Ses dirigeants ont décidé de renforcer les moyens de sécurité dans Rio de Janeiro et ses favélas, excluant pourtant encore le recours aux forces armées. Cependant dans la ville certains demandent déjà le déploiement d’hélicoptères militaires pour assurer le transport et l’appui des policiers.

Photo © Wikimédia Commons.

4 COMMENTAIRES

    • Bah oui ça s’est passé le 19/11 puisque l’article a été publié le 20/11, je ne vois pas où est le problème ? Après sur l’histoire du 6/9 je ne vois pas ce que ça vient faire là-dedans…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom