Ces avions étaient initialement attendus pour mars de cette année, ils auront finalement eu deux mois de retard. La marine des Philippines vient de prendre livraison de trois bimoteurs à turbopropulseurs Beechcraft TC-90 King Air obtenu de seconde main auprès de la marine nippone. En tout ce sont cinq machines de ce type qui sont attendues, les deux dernieres devant arriver au cours de l’été. Aux Philippines ils assureront des missions de reconnaissance côtière et de recherches-sauvetages en mer.

Pour autant ces Beechcraft TC-90 King Air, très très proche dans leur définition des T-44 Pegasus de l’US Navy, ne sont pas vraiment gréés pour la reconnaissance. Et pour cause ce sont des machines d’entraînement avancé destinées aux futurs pilotes japonais d’avions multimoteurs. Et c’est pour cela que les livraisons ont pris du retard.

Car même si le Japon a donné ces avions aux Philippines il s’est également engagé à les livrer en bonne et due forme. Donc aptes à remplir des missions de reconnaissance maritime. Pour autant les Beechcraft TC-90 King Air philippins ne seront pas, à l’instar de l’époque où ils volaient au Japon, armés. Néanmoins divers équipements de repérages ont été installés comme par exemple un hublot bombé, type skydome, permettant l’emploi d’appareil photo au-dessus des flots.
Un berceau amovible permettant l’emport d’un FLIR a également été prévu.

À la fin de l’été 2018 donc la marine philippine pourra aligner cinq Beechcraft TC-90 King Air pour des missions de reconnaissance. Des bimoteurs de facture américaine qui viendront renforcer, et à terme permettre le remplacement d’autres bimoteurs construits eux au Royaume-Uni : les six Britten-Norman BN-2A Islander utilisés depuis les années 1980 et dont seuls trois réellement en état de vol. Les autres servent de stocks de pièces de rechanges par cannibalisation.
Cette petite aéronavale utilise également actuellement un Short C-23 Sherpa originaire de l’US Army mais appartenant aux gardes côtes philippins. Cet avion plus volumineux reprendra ses missions initiales dès le cinquième King Air livré par le Japon.

Les Philippines étant un pays très pauvre ils sont souvent obligé de quémander des dons d’aéronefs pour permettre à leurs armes aériennes de survivre. D’où le fait qu’on y rencontre très peu d’aéronefs militaires réellement neufs.

Photo © Wikimédia Commons.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom