Fleet 60K Fort

Fleet 60K Fort


Fiche descriptive

Appareil : Fleet 60K Fort
Constructeur : Fleet Aircraft of Canada
Désignation : 60K
Nom / Surnom : Fort
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1941
Pays d'origine : Canada
Catégorie : Avions d'entraînement
Rôle et missions : Formation de pilotes et d'opérateurs radio

Histoire

Fleet 60K Fort :
Un avion trop facile à piloter

En 1923, l’américain Reuben H. Fleet fonde la Consolidated Aircraft Corporation sise à Buffalo dans l’État de New-York. Les premiers avions conçus par cette entreprise sont des biplans de formation et d’entraînement destinés au marché civil et militaire. Toutefois, les équipes de la Consolidated vont rapidement concentrer leurs efforts vers le développement et la production d’hydravions pour la marine américaine dont le plus célèbre sera le Catalina. Afin d’y transférer le développement et la production des biplans légers, Reuben Fleet va mettre sur pied l’entreprise Fleet Aircraft of Canada en 1929 et une usine sera construite à Fort Erie en Ontario, tout juste de l’autre côté de la frontière canado-américaine. Malgré la Grande Dépression, Fleet Aircraft y produira une série de biplans qui culminera avec le Fleet 16 Finch spécialement conçu pour les besoins de l’Aviation royale canadienne (RCAF) et du British Commonwealth Air Training Plan (BCATP).

Conscients des besoins à combler en avions d’entraînement intermédiaire, les dirigeants de la Fleet Aircraft vont lancer dès 1939 le développement d’un monoplan susceptible de présenter une option moins coûteuse et plus facilement disponible que le North American Texan ou le Vultee Valiant.

Le Fleet 60 Fort effectua son premier vol en mars 1940. Monoplan à ailes basses elliptiques, de construction entièrement métallique, le Fleet Fort se distinguait particulièrement avec la cabine et la verrière surélevées de l’instructeur, lui donnant ainsi un meilleur champ de vision sur les manœuvres de l’élève pilote. Bien que peu convaincu des qualités du Fleet Fort suite à l’évaluation de l’appareil, la RCAF passa tout de même une commande de 200 exemplaires. En fait, malgré la solidité du Fleet Fort, son principal défaut était sa facilité de pilotage. Qualité recherchée pour un avion civil, cela est un handicap sérieux pour un avion destiné à affiner les talents de futurs pilotes de chasse. Sa sous-motorisation et son train d’atterrissage fixe n’amélioraient en rien les performances modestes du Fleet Fort.

Doté d’un moteur Jacobs R-915 de 7 cylindres disposés en étoile, le premier Fleet Fort Mk.1 de série fut livré en mai 1941. Toujours insatisfaite, la RCAF remit en question dès la fin de 1941 l’utilité de cet appareil dont les performances s’éloignaient trop de celles des chasseurs opérationnels, tel le Hawker Hurricane, étape ultime de formation des élèves pilotes. L’entrée en guerre des États-Unis à la fin de 1941 qui facilitait l’exportation de matériel militaire au Canada, de même que la réévaluation de l’approche de formation des pilotes dans le cadre du BCATP, ont rapidement réorienté la production canadienne d’avions d’entraînement vers le Fairchild Cornell pour la formation initiale des pilotes.  Pour la formation intermédiaire et avancée, le choix se porta sur North American Harvard (version canado-britannique du Texan) dont les premiers seront acquis des américains dès le début de 1941 par le truchement du lend-lease. Dès lors, Fleet Aircraft va se concentrer sur l’assemblage de plus de 2000 appareils Cornell, alors que les Harvard seront fabriqués à plus de 1500 exemplaires par l’entreprise Noorduyn Aviation à Montréal, mieux connue pour son avion de brousse Norseman.

Ne sachant trop que faire de ses Fleet Fort, la RCAF décida au début de 1942 de les transformer en avions de formation pour les opérateurs de radio. Les appareils modifiés à cette fin furent rapidement livrés aux Wireless Training Schools du BCATP à Calgary et à Winnipeg. Désignés Fleet Fort Mk.2, ces appareils ont permis de former environ 2000 opérateurs radio entre 1942 et 1944, contribuant ainsi à l’effort de guerre. Le dernier Fleet Fort aux couleurs de la RCAF fut retiré du service en 1946. Aujourd’hui, le seul Fleet Fort en état de voler, restauré par le Canadian Warplane Heritage Museum, ne manque pas d’attirer l’attention lors de meetings aériens avec ses formes inhabituelles et sa voyante livrée jaune caractéristique du BCATP.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Fleet Fort Mk.2
Envergure : 10.97 m
Longueur : 8.18 m
Hauteur : 2.51 m
Motorisation : 1 moteur en étoile Jacobs R-915
Puissance totale : 330 ch.
Armement : aucun
Charge utile : 2 personnes
Poids en charge : 1600 kg
Vitesse max. : 311 km/h
Plafond pratique : 4572 m
Distance max. : 980 Km
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Fleet 60K Fort

Profil Couleur

Profil couleur du Fleet 60K Fort

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
En 1923, l’américain Reuben H. Fleet fonde la Consolidated Aircraft Corporation sise à Buffalo dans l’État de New-York. Les premiers avions conçus par cette...

0
C'est en août 1956, que North American lança sur fond propre le développement d'un avion d'affaires à réaction destiné à un marché civil alors...

0
Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale l’Italie n’était pas dans le même état que l’Allemagne. Le fait qu’une partie du pays se soit...
Marcel
Fils d’un militaire de l’armée de l’air canadienne (il est tombé dedans quand il était petit…) et biologiste qui adore voler en avion de brousse, ce rédacteur du Québec apprécie partager sa passion de l'aéronautique avec la fraternité francophone d’Avions Légendaires.