Grumman HU-16 Albatross

Grumman HU-16 Albatross


Fiche descriptive

Appareil : Grumman HU-16 Albatross
Constructeur : Grumman Aircraft Engineering Corporation
Désignation : HU-16
Nom / Surnom : Albatross
Code allié / OTAN :
Variante : CSR-110
Mise en service : 1949
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Hydravions
Rôle et missions : Hydravion de sauvetage, de reconnaissance et de lutte anti-sous-marine

Histoire

Grumman HU-16 Albatross :
l'hydravion polyvalent

Inspiré par le succès du G-21 Goose durant la seconde guerre mondiale, l’US Navy sollicita l’avionneur Grumman afin de concevoir un avion de taille supérieure et capable d’une plus grande autonomie de vol. L’US Navy souhaitait également un appareil «triphibie» capable de fonctionner à partir de la terre, de la mer et, avec des skis, à partir de la neige et de la glace. En réponse à ces spécifications, le G-64 Albatross vola pour une première fois en octobre 1947. La fin du conflit avait entretemps atténué l’intérêt de l’US Navy trop occupée à réduire sa flotte d’avions.

Doté de deux puissants moteurs en étoile de neuf cylindres Wright R-1820-76 d’une puissance unitaire de 1450 CH, l’Albatross démontra sa capacité d’opérer dans une mer agitée, bien au-delà des spécifications initiales. Avec l’appoint de moteurs fusés, l’Alabatross pouvait décoller dans des vagues atteignant 3 mètres. Ses hélices réversibles lui permettaient également d’amerrir sur de courtes distances. Doté de points d’emport sous les ailes, l’ajout de réservoirs externes permettait en outre d’accroître la distance franchissable déjà allongée avec la possibilité d’utiliser les flotteurs en bout d’ailes pour augmenter les réserves de carburant.

Ces habilités eurent tôt fait d’attirer l’attention de la toute jeune US Air Force (USAF) à la recherche d’un avion de recherche et sauvetage. Sous la désignation SA-16 (nouvelle désignation HU-16 à compter de 1962), l’USAF commanda initialement 52 appareils Albatross, dont le premier fut livré en 1949 sous les couleurs de l’Air Rescue Service. L’équipage de l’Albatross SA-16 comptait normalement sept membres: pilote, co-pilote, opérateur radio, opérateur radar et deux membres additionnels. L’excellent radar du SA-16 pouvait repérer un radeau de sauvetage en pleine mer. Arrivé trop tard pour prendre part au second conflit mondial, l’Albatross sera toutefois largement utilisé par les américains lors de la guerre de Corée. Souvent derrière les lignes ennemies, l’Albatross a rescapé plus de 900 hommes d’équipage dans les eaux côtières et fleuves de la Corée.

En 1955, Grumman a développé une version améliorée de l’Albatross avec une augmentation de l’envergure d’aile, de plus grands ailerons et une queue agrandie. Beaucoup HU-16 ont été convertis en HU-16B avec ces améliorations. Cette nouvelle version de l’Albastross sera largement utilisée par l’USAF durant la guerre du Vietnam, malgré l’emploi croissant des hélicoptères pour les missions de sauvetage. Ce sont tout même 47 aviateurs qui seront récupérés par des Albatross. Quelques HU-16B effectueront également des missions d’infiltration de forces spéciales en territoire ennemi. L’USAF sera le principal acquéreur d’appareils Albatross avec 305 avions sur les 464 assemblés par Grumman. En 1973, le dernier Albatross sous les couleurs de l’USAF, bat le record d’altitude pour un hydravion en atteignant  9946 mètres. Ce même Albatross est aujourd’hui exposé au National Museum of the United States Air Force.

Reconnaissable à son nez doté d’un radome bulbeux, une version anti-sous-marine de l’Albatross, le SHU-16B, sera déployée au sein de l’US Navy à compter de 1961. La marine américaine utilisa aussi des HU-16C/D pour des missions de recherche et de sauvetage et de transport. Pouvant accommoder une dizaine de passagers, ou 2,5 tonnes de cargo, des Albatross de l’US Navy feront pendant nombre d’années la navette entre les bases aéronavales de l’océan Pacifique et celles des Antilles, dont la dorénavant célèbre base de Guantanamo à Cuba. L’Albatross volera également sous les couleurs de l’U.S. Coast Guard jusqu’en 1983, effectuant des missions de recherche et de sauvetage.

L’Albatross fut utilisé par les forces militaires d’une vingtaine de pays, dont le dernier fut retiré du service de la marine grecque en 1995. Parmi les autres pays, mentionnons l’Argentine, le Brésil, le Chili, l’Italie, l’Allemagne, le Portugal et l’Espagne. Au Canada, le CSR-110 Albatross a pris la relève du Canso (version canadienne du Catalina) dans les années 1960 pour les opérations de recherche et sauvetage sous les cocardes de l’Aviation royale canadienne (ARC). Un de ces Albatross a établi un record d’endurance pour un hydravion en reliant la base de Comox, sur la côte du Pacifique, à celle de Greenwood sur l’Atlantique en 16 heures 32 minutes. L’Albatross a également la distinction d’être le dernier hydravion ayant servi dans l’ARC.

Aux mains de civils séduits par cet avion légendaire, un certain nombre d’Albatross soigneusement restaurés continuent aujourd’hui à transporter des passagers entre les îles des Antilles alors que d’autres servent de chalets volants et flottants.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Grumman HU-16B Albatross
Envergure : 29.46 m
Longueur : 19.15 m
Hauteur : 7.87 m
Motorisation : 2 moteurs Wright R-1820-76A/76B Cyclone
Puissance totale : 2 x 1425 ch.
Armement : -
Charge utile : 20 passagers
Poids en charge : 16329 kg
Vitesse max. : 402 km/h
Plafond pratique : 6700 m
Distance max. : 3050 Km
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Grumman HU-16 Albatross

Profil Couleur

Profil couleur du Grumman HU-16 Albatross

Vidéo

Grumman Albatross takeoff from Lake Union

A voir également

0
Au début des années 50, l'US Navy s'opposa à l'US Air Force dans la politique de dissuasion américaine. Les généraux américains estimaient alors que...

0
Peu après l'apparition des avions de combat et des sous-marins au cours de la première guerre mondiale, l'utilisation combinée de ces deux armes récentes...

0
C'est fin 1936 que l'Air Ministry émit la Specification R.1/36 relative à un hydravion à coque bimoteur de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine....
Marcel
Fils d’un militaire de l’armée de l’air canadienne (il est tombé dedans quand il était petit…) et biologiste qui adore voler en avion de brousse, ce rédacteur du Québec apprécie partager sa passion de l'aéronautique avec la fraternité francophone d’Avions Légendaires.