C’est un chiffre qui en dit long sur l’engagement militaire français dans la lutte contre l’autoproclamé État Islamique. Ce jeudi 20 octobre 2016 au soir deux avions de combat omnirôles français Rafale de l’Armée de l’Air ont effectué la 900ème mission d’attaque et d’appui contre une position djihadiste au-dessus de la ville de Mossoul. Celle-ci avait pour but d’appuyer au plus près les troupes terrestres kurdes et irakiennes qui ont lancé dans la semaine la bataille de reprise de cette agglomération.

Les deux Dassault Rafale avaient décollé depuis la Base Aérienne Projetée en Jordanie afin d’assurer une mission d’appui aérien rapproché. Chacun emportait quatre bombes à guidage laser GBU-12 de facture américaine, une arme habituellement emportée par l’avion français dans ses missions contre Daech.
C’est donc une mission nocturne que ces avions ont réalisé .

En fait cette mission en dit long sur les munitions engagées par les aviateurs français depuis le début de la guerre au-dessus de l’Irak et de la Syrie. Bien entendu les raids aériens menés à l’aide de missiles de croisière SCALP-EG ont été largement relayés. À l’image par exemple de celui réalisé ce samedi 15 octobre 2016 au soir contre un important site de fabrication d’explosifs et de véhicules de combat, où une douzaine d’armes de ce type ont été tirés par sept Rafale de l’Armée de l’Air et de la Marine Nationale.

Mais alors à quoi serviraient encore les bombes guidées laser comme la GBU-12 ? En fait à réaliser des missions d’appui tactique. Les munitions de ce type, désormais vendues à la France à bon marché, seraient donc maintenant utilisés comme jadis l’étaient les missiles antichars ou encore les paniers à roquettes : afin de frapper au plus près les troupes au sol engagées par l’ennemi.

Cette 900ème mission de combat contre Daech est aussi à l’image de l’engagement français contre cette puissance ennemie. Certes les mauvaises langues disaient que notre aviation, notre aéronavale, et désormais notre artillerie ne servaient que les intérêts américains pour éviter que l’on n’accuse le gouvernement Obama de mener tout seul sa petite guerre personnelle.
La force Chammal est bel et bien une réalité, les combattants pseudo-religieux ennemis en font quotidiennement (ou presque) les frais.

Photo © Armée de l’Air.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom