Ultime nation à engager ses vénérables avions d’attaque Douglas A-4 Skyhawk à partir du pont d’envol d’un porte-avions, le Brésil vient de rajouter une corde à l’arc de ses pilotes. Entre le 21 et le 27 octobre 2016 les pilotes de biplaces Douglas AF-1A de la Marinha do Brasil ont validé et se sont entraînés aux manœuvres de ravitaillement en vol à destination d’autres avions. Ce sont des Northrop F-5EM Tiger II de la Força Aérea Brasileira qui ont pour le coup jouer le rôle des appareils ravitaillés.

C’est au-dessus de la forêt amazonienne, dans une zone sous étroite surveillance aérienne, que les pilotes de l’aéronavale et de la force aérienne brésiliennes ont donc pendant six jours validés les process de ravitaillement en vol. Actuellement cependant trois Skyhawk seulement sont autorisés par le ministère brésilien de la défense à ainsi jouer les «nounous» pour les autres avions : les biplaces d’entraînement et de transformation opérations AF-1A acquis de seconde main auprès du Koweït en 1997 où ils étaient désignés TA-4KU.

En fait ce que les Brésiliens viennent de valider n’a rien d’extraordinaire, leurs homologues de la marine américaine réalisaient la même prouesse quotidiennement entre la fin des années 1950 et le milieu des années 1990, à savoir l’âge d’or de ce monoréacteur dans l’aéronavale des États-Unis. C’est d’ailleurs à l’origine pour les besoins de l’US Navy que Douglas développa ce principe de ravitaillement en vol par une nacelle d’intrados.
Un équipement dont la France se dota d’ailleurs dans les années 1960 au profit de ses pilotes de Dassault Étendard IVM.

C’est donc plus une tradition que les pilotes brésiliens font ici revivre qu’une réelle nouveauté. Sauf pour eux. La méthode de ravitaillement en vol des pilotes de la Marinha do Brasil est rigoureusement copiée sur celle en vigueur aux États-Unis il y a plusieurs années.

douglas-ta-4ku-bresil-ravitaillement-envol-sujet_fabCependant l’idée de le faire au profit premier de l’aviation est pour le coup bien brésilienne. Comme quoi ils savent aussi innover. Reste à savoir si l’acquisition de cette nouvelle technique ne préfigure pas l’arrivée dans un avenir plus ou moins proche de nouveaux avions de combat embarqués qu’il faudrait ravitailler lors d’opérations de combat.

Photos © Força Aérea Brasileira.

Publicité

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.