À quelques heures maintenant de célébrer le soixante-douzième anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe et dans le bassin méditerranéen je vous propose une photo qui fleure bon cette époque. Un cliché qui permet de retrouver deux avions vedettes de la fin du conflit, deux types de machines qui révolutionnèrent l’aviation militaire : le bombardier stratégique et l’hélicoptère. Un cliché pris dans le Pacifique à la fin de l’année 1944.

Le bombardier stratégique que l’on aperçoit en bas de l’image est bien évidemment un Boeing B-29 Superfortress tandis que l’hélicoptère qui le survole est un Sikorsky R-4B Hoverfly. À leur manière chacun marqua son temps, l’un en lâchant les deux premières (et seules) armes nucléaires utilisées en opération de guerre et l’autre en posant les bases de ce qui allait devenir l’un des types d’aéronef militaire parmi les plus répandus sur la planète. Quand on pense que cinq ans et demi plus tôt l’armée polonaise opposaient une cavalerie montée aux forces mécanisées allemandes, on voit clairement les avancées technologiques de cette guerre.

Photo © US Navy.

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. Petite précision: Attention à la légende !! Les polonais n’ont jamais chargé de chars allemands avec la cavalerie ( à Krojanty ) Ils venaient d’attaquer ( avec succès d’ailleurs ) une unité de fantassins allemands, avant de se faire surprendre et démolir par des panzers arrivés en renfort par la suite. Il n’y a jamais eu de charge intentionnelle, les polonais n’étant pas plus suicidaires que quiconque. La légende a été bâtie par les nazis par la suite… 😉 et un film ( Lotna ) montrant cette « charge suicidaire » fut même réalisé en 1959 !

  2. @Olivier : merci.
    @Dimitri : les technologies liées à l’armement ont fait un bon de 20 ans en cinq ans. Le monde lui-même ?
    – Le monde a « goûté » à l’horreur absolue : Shoah, atome, destructions de masse des civils,…
    – Quelques morts ou durablement blessés, traumatisés… On comptera en millions, c’est plus simple…
    – Il s’est disloqué en deux super-blocs au bord de la crise de nerfs permanente.
    – l’Europe a perdu sa place définitivement
    – Misère et rationnement dans les années qui ont suivi le conflit en Europe, parfois plus longtemps ailleurs
    – Un désarroi philosophique et moral profond.
    – etc, etc…
    Ce n’est forcément par ordre d’importance d’autant que j’en oublie.
    En 6 ans de conflit, ce monde là a pris quelques rides.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom