Quel pays n’a jamais envisagé de transformer un simple hélicoptère civil ou parapublique en redoutable machine de guerre ? Eh bien c’est désormais possible, à condition bien sûr que l’appareil ait été préalablement construit par Eurocopter ou bien son successeur direct. En effet depuis maintenant près de deux ans Airbus Helicopters propose d’adapter un véritable système d’arme très complet sur une partie de sa gamme afin d’en faire des hélicoptères de combat. Cela s’appelle « HForce ». Et c’est tout bonnement révolutionnaire.

Il a de la gueule tout de même ce H225M HForce !

C’est lors du salon américain Heli-expo de Louisville en mars 2016 que les dirigeants d’Airbus Helicopters annoncèrent le lancement du programme HForce. Il devait permettre de transformer un hélicoptère commercial en plateforme de tirs d’armements. Plus question comme cela se faisait dans les années 1970 ou 1980 de fixer des mitrailleuses ou des paniers à roquettes sur le flancs d’hélicoptères comme le Bell 212 ou le Hughes 500. Non, désormais il faut de la précision ! Et c’est bien là le maître-mot du système HForce.

Car ce dernier est totalement inféodé à une avionique de pointe tournant autour d’un calculateur numérique développé en Allemagne par le géant américain Rockwell Collins. Dans le cockpit, l’équipage s’appuie sur un nouveau casque doté d’un viseur tous-temps conçu par Thalès et dérivé de son célèbre Scorpion utilisé notamment par les pilotes de chasse espagnols. Et puis évidemment des équipements presque de rigueur intègrent les machines transformés par HForce : un FLIR et une caméra thermique. En même temps ceux-ci sont devenus très communs

Alors bien entendu actuellement HForce a des limites. La première, et sûrement la plus importante, réside dans les hélicoptères concernés par ce programme. Ils sont au nombre de trois actuellement : les H125, H145, et H225 représentant ainsi trois des quatre grandes familles du constructeur. Respectivement donc les hélicoptères légers monomoteurs, légers bimoteurs, et lourds. Étonnamment, les hélicoptères considérés comme moyens par le constructeur semblent avoir été oublié. Il faut dire qu’en dehors du H155, directement issu de la famille Dauphin, on y retrouve que des machines de nouvelle génération : le H160 et le H175. Pas vraiment d’intérêt de les rétrofiter dans le domaine militaire, d’autant que des versions H160M et H175M devraient voir le jour tôt ou tard…

Airbus Helicopters H125M, H145M, et H225M : la famille HForce au grand complet !

Donc oui on peut le dire HForce vise à renforcer des machines largement éprouvées. En effet que ce soit l’ultra connu Écureuil présent partout dans le monde, le très efficace Super Puma, ou encore l’hyper polyvalent H145 les ingénieurs d’Airbus Helicopters et leurs collègues d’Airbus Defense & Space ne sont pas allés bien loin, voire ne se sont pas franchement foulés dans la recherche des plateforme d’accueil. Il s’agit tout bonnement de best-sellers, presque d’hélicoptères de légende !

Mais alors hormis l’avionique de pointe qu’apporte vraiment HForce ? Une puissance de feu.
Et celle-ci est loin d’être négligeable. Évidemment inutile de dire qu’on n’installera pas le même armement sur un Écureuil et sur un Super Puma. HForce est donc clairement un système versatile. Quand le premier emportera une nacelle dotée d’un canon ou d’une mitrailleuse le second aura aussi la possibilité d’en être doté mais également de roquettes voire de missiles antichars. Pourtant la véritable réussite de ce programme s’articule autour du H145. Car c’est là en fait un concentré de ce qui se fait de mieux dans le domaine.

Avec toute la retenue de mise, il n’est désormais plus impossible d’envisager qu’un H145 transformé en H145M grâce à HForce soit probablement un des meilleurs, voire peut-être le meilleur hélicoptère de reconnaissance armé au monde. Il est incontestablement supérieur à feu le Bell ARH-70 Arapaho et peut sans nul doute tenir la dragée haute au Bell 407GT américano-canadien. Son armement tournant autour d’une nacelle-mitrailleuse et d’un panier doté de douze roquettes à guidage laser Thalès FZ275-LGR de 70mm chacune en font une plateforme de tir redoutable. Depuis décembre 2017 et les essais menés sur le sur le polygone de tir suédois d’Älvdalen nous savons que cet armement est pleinement adapté au H145M.

Alors d’ores et déjà le système HForce a été vendu. La Serbie en a acquis quatre afin d’en équiper une partie des machines qu’elle a acheté il y a un peu plus d’un an. Reste à attendre désormais les clients suivants. Et pourquoi pas l’US Army ? Rappelons que l’armée américaine possède déjà plus de 400 hélicoptères UH-72 Lakota dérivés directement de l’EC-645, et que d’autres sont en attente de livraison car commandés par la suite. Des Lakota armés et dotés du HForce ne sont pas inconcevables, même si le marché ne semble pas encore à l’ordre du jour.

Configuré double nacelle canon le H225M HForce interpelle.

Alors je sais, certains nous dirons que nous aurions pu comme d’autres sites aéronautiques vous parler de HForce plus tôt. Mais non, nous avons voulu prendre notre temps, nous assurer que ce programme n’était pas un énorme coup de com’ de la part de l’hélicoptériste. Eh bien non ça ne l’est pas. HForce démontre que les dirigeants d’Airbus Helicopters ont pleinement pris la mesure que les machines conçues et produites par Aérospatiale puis Eurocopter pouvaient avoir une deuxième vie voire une troisième vie dans certains cas. Et que construits comme hélicoptères civils, ils pouvaient se muer à un moment donner en machine de guerre. Et ça, parce que cela remet en question tout un tas de certitudes et d’acquis, c’est véritablement révolutionnaire !

Photos © Airbus Helicopters.

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Intéressant comme concept, les pays ayant de « petits budgets » de défense pourront peut être s’équiper à « moindre coût » en utilisant des hélicos de secondes mains civils….. A suivre.

  2. Je trouve le H225M trop massif pour être un hélicoptère d’attaque convenable. A contrario du H145M que je trouve parfait pour remplacer les gazelles dans le role d’hélicoptère d’attaque léger. Mais je crois savoir que la défense a déjà choisi le H160 pour ce role dans le cadre du futur hélicoptère inter-armée léger (HIL).

    • Le H-Force sur Caracal n’est pas fait pour être utilisé comme un hélicoptère de combat mais comme une alternative de soutien convenable aux troupes débarqué par ce dernier. Il ne faut pas le voir comme une version française du MH-60 DAP mais plus comme un Hind « Light » qui dépose ses troupes et peut le cas échéant les soutenir avec qqch de plus consistant que de la 7.62 Otan en sabord.
      Ce système installé sur Caracal est idéal pour les FS qui l’emplois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom