Tout ça pour ça, a t-on envie de dire.
On se souvient il y a quelques mois du scandale après l’annulation de la commande d’hélicoptères Caracal par la Pologne, finalement son état-major a changé son fusil d’épaule. Et de manière assez piteuse. Les Polonais ont décidé de lancer un vaste chantier de modernisation de leurs hélicoptères Mil Mi-8 et Mil Mi-14 d’origine soviétique dont certains dépassent les cinquante ans de service. Une solution qui en dit long sur la réalité de la défense dans ce pays et sur son incapacité à s’adapter au modèle atlantiste.

À la toute fin des années 1990 puis au début des années 2000 les militaires polonais voulaient être les champions de l’élargissement de l’OTAN. Pour cela ils ont acquis tous azimuts des matériels de défense conçus et fabriqués «à l’ouest», et principalement aux États-Unis. Dans le domaine aéronautique ce fut bien évidemment la commande des F-16C/D Fighting Falcon auprès de Lockheed-Martin ou bien celle des avions-cargos C-295 alors construits par EADS.

Seulement voila la réalité les a rattrapé, et notamment la réalité économique. L’Eurocopter EC725 Caracal ou encore le Sikorsky S-70A Blackhawk (même assemblé localement dans ce second cas) sont des hélicoptères de haut niveau particulièrement onéreux. Trop sûrement pour les cordons de la bourse à Varsovie.
Résultat les généraux polonais ont du trouver un plan B. Et malheureusement pour eux il n’est pas glorieux.

Ils vont devoir conserver leurs hélicoptères de transport et d’assaut Mil Mi-8 et Mil Mi-14 de lutte anti-sous-marine et recherches-sauvetages en mer pendant encore quelques décennie. Oui oui on compte bien en dizaine d’années et non en années. Car finalement ces machines seront modernisées localement, enfin dans la mesure du possible.
Car rappelons que ces deux modèles d’hélicoptères ont été livré par l’Union Soviétique dans les années 1960. Si les Mi-8 n’ont connu qu’une seule session de modernisation, au début des années 1980, les Mi-14 eux l’avaient été entre 1998 et 2001.

Le chantier de modernisation devrait s’étaler sur six à sept ans puisque les derniers hélicoptères rénovés doivent être livrés en unité à l’horizon 2026 avec un début des travaux l’an prochain. Quel pourra alors être la valeur tactique par exemple d’un Mil Mi-14 de lutte anti-sous-marine ? Un hélicoptère qui est rappelons-le contemporain du Sea King et du Super Frelon. Forcément pas énorme.
En fait le souci des militaires polonais provient du fait qu’ils ont voulu remplacer leurs hélicoptères actuels par le même nombre d’hélicoptères de nouvelle génération. Et c’est là qu’ils ont eu tort, ils auraient parfaitement pu réduire la voilure de leur arsenal aérien et ainsi se maintenir à niveau. Du coup ils ont raté leur pari et doivent désormais faire machine arrière.

Photo © OTAN

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Les Polonais champion mondiale du retournement de veste, aussi peu fiable qu’agacant . On devrait les sortir de l’Europe à coup de pieds dans le …

  2. L’arroseur arrosé. Un petit détail qui est surement le prélude à un grand bottage de c.l, pour ce pays insignifiant, qui, avec la Hongrie, s’est vu pousser des ailes populistes et nationalistes, rejetant l’ U.E qui fournit les perfusions, et finalement repart la queue entre les jambes. ( L’AA hongroise n’aligne d’ailleurs, je crois, que quelques Grippen loués et…des Mi-8 et Mi-17 )

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom