Fort heureusement l’incident n’a pas occasionné de blessure ou de décès. L’incident s’est déroulé ce mardi 7 août 2018 dans le ciel estonien. Un avion de combat Eurofighter Typhoon appartenant à l’Ejército del Aire et assurant une mission de police du ciel pour le compte de l’OTAN a tiré par mégarde un missile air-air moyenne portée AIM-120 AMRAAM. Fort heureusement aucun aéronef n’a été accroché par l’arme en question. Depuis cet instant les six avions déployés par l’Espagne dans les pays baltes sont cloués au sol.

L’Eurofighter Typhoon espagnol incriminé participait donc à la mission atlantiste Baltic Air Policing devant assurer la surveillance et la protection des espaces aériens baltes contre les intrusions d’aéronefs hostiles venant de pays tiers. Lors de l’incident un missile air-air AIM-120 AMRAAM a été tiré par accident. Une fois sa trajectoire terminée il semble qu’il se soit écrasé au sol, sur le territoire estonien. En effet aucune détonation relative à l’engin n’a été entendu ou repéré. Quoiqu’il en soit la zone envisagée pour le «crash» du missile est très boisée sur un périmètre d’environ 350km².

Autant chercher une aiguille dans une botte de foin. Bon certes une grosse aiguille puisque le missile AIM-120 AMRAAM mesure tout de même 3.70 mètres de long. Mais surtout les militaires espagnols et estoniens tiennent à éviter que l’explosif et l’équipement électronique du missile ne tombe entre de mauvaises mains. La charge de combat est d’un peu plus de 22kg d’explosif sur ce type de munition.

La découverte du missile sera primordiale à la compréhension de l’incident. Des enquêteurs du missilier et du ministère espagnol de la défense sont arrivés sur place moins de 24 heures après le tir du missile.

En attendant donc l’Ejército del Aire a, en accord avec les autorités estoniennes et l’OTAN, interdit de vol ses Typhoon présents dans la région. Leur mission primordiale est donc temporairement reprise par les huit Dassault Aviation Mirage 2000-5F et General Dynamics F-16AM Fighting Falcon déployés par la France et le Portugal entre l’Estonie et la Lituanie.
Nos quatre Mirage 2000-5F partagent d’ailleurs la même base que les Typhoon espagnols.

Ce type de tir intempestif est rarissime. Un incident qui rappelle fortement celui il y a quelques semaines d’une bombe d’exercice décrochée d’un Mirage 2000D de l’Armée de l’Air et tombée dans les locaux d’une entreprise du Loiret.

Photo © Ejército del Aire

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Des estoniens ont du partir à la recherche du missile pour essayer de revendre des pièces à bon prix aux russes. Comme les morceaux du F-117 abattu en Serbie qui ont été vendus par les paysans serbe à des agents chinois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom