Il s’appelle Florence et s’annonce comme un des plus violents ouragans qu’ait connu la côte Atlantique des États-Unis depuis les vingt dernières années. Afin de mieux pouvoir anticiper ses évolutions et comprendre comment le gérer les autorités américaines s’appuient depuis quelques jours sur les avions de reconnaissance météorologique Lockheed-Martin WC-130J Weatherbird du 53rd Weather Reconnaissance Squadron. Sis à Keesler AFB dans le sud du Mississippi cette unité a pour l’occasion déployé cinq avions au plus près de ce monstre naturel. Dans le même temps civils et militaires évacuent une partie de la côte est.

Bien évidemment ces cinq Lockheed-Martin WC-130J Weatherbird n’opèrent pas au même moment au même endroit de l’Atlantique nord mais ils peuvent dans un espace temporel donné récupérer un maximum de données météorologiques et climatiques et les transmettre en temps réel aux équipes de scientifiques autant qu’aux autorités civiles et militaires. Et ainsi ils permettent de réagir dans l’instantanéité immédiate de l’ouragan.

Pour mémoire ce type d’aéronef est directement dérivé de l’avion-cargo Lockheed-Martin C-130J Super Hercules mais n’a absolument aucune fonction logistique. Il s’agit bel et bien d’un strict avion de reconnaissance. Pour autant ses missions sont beaucoup plus à rapprocher de ce que l’on appelle en France le service publique que des opérations de combat. Ayant une autonomie sur zone de patrouille d’environ six à dix heures selon la distance depuis sa base de rattachement le WC-130J Weatherbird est actuellement le seul avion dans l’arsenal américain spécialement étudié pour voler dans les violentes rafales de vent et sous la foudre des ouragans. Il permet le prélèvement et l’analyse d’échantillons atmosphériques afin de pouvoir mieux comprendre ces phénomènes naturels toujours aussi dévastateurs aux États-Unis et ailleurs dans le monde. Cependant ils ne volent pas que dans l’Atlantique nord, mais parfois aussi dans le Pacifique lors d’épisodes cycloniques.
Les équipages de WC-130J sont aussi souvent engagés pour étudier les tornades qui frappent chaque année le middle-west.

Contrairement à l’imagerie populaire ces avions n’ont pas réellement pour mission de plonger dans l’œil du cyclone mais plutôt d’étudier sa périphérie bien plus dangereuse. Depuis ce dimanche 9 septembre 2018 les WC-130J Weatherbird du 53rd WRS volent 24 heures sur 24, donc de jour comme de nuit.
Ils devraient opérer ainsi au moins jusqu’à la fin du weekend à venir.

Photo © US Air Force

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom