Sur ce coup là on peut dire que l’US Department of Defense a créé la surprise. Annoncé ce vendredi 17 juillet 2020 le contrat ne porte sur aucun avion défini ni sur la moindre quantité mais sur une sorte de forfait : quinze milliards de dollars US sur une période de dix ans pour des appareils de la famille Super Hercules. Ainsi les cinq forces armées américaines pourraient être servies dans différentes sous-versions. Une idée intéressante qui pourtant interroge sur sa finalité car elle exclue actuellement les recherches et développements.

Le programme d’achat est à la fois clair et assez vague. Clair car il intègre toutes les variantes actuelles du Lockheed-Martin C-130J Super Hercules. Mais aussi vague car il ne comprend nullement les éventuelles évolutions qui pourraient apparaitre dans la décennie. C’est donc un demi cadeau empoisonné fait à l’avionneur et à sa volonté de recherches et développements. Bon Lockheed-Martin n’a pas à bouder son plaisir car en ces temps de crise économique majeure dans l’aéronautique un contrat de quinze milliards ça ne se refuse pas.

Actuellement les économistes de l’aéronautique estiment que ce contrat permettra la livraison de soixante à quatre-vingt-cinq avions suivant les modèles voulus. Du classique C-130J cargo bien sûr, mais également des AC-130J Ghostrider d’appui tactique, des EC-130J Commando Solo II de guerre électronique, des HC-130J Combat King II de recherches et sauvetages à long rayon d’action, des KC-130J Super Hercules de ravitaillement en vol, des MC-130J Commando II de soutien aux opérations spéciales, ou encore du WC-130J Weatherbird de reconnaissance météorologique.
Surtout c’est bien l’US Department of Defense et non l’US Air Force qui a passé ce contrat, impliquant ainsi des livraisons à d’autres armes américaines.
Les US Coast Guard et US Marines Corps qui sont également de gros utilisateurs du Super Hercules pourront ainsi être servis par le contrat. De même les US Army et US Navy qui ne l’utilisent qu’épisodiquement ou marginalement auront eux-aussi la possibilité d’en bénéficier.

Ce contrat étatique prévu pour permettre une relance massive de l’aéronautique américaine aura aussi comme bonus d’accélérer l’envoi à la retraites d’avions d’ancienne génération, types C-130H Hercules et ses sous-versions.

Entre Lockheed-Martin et l’US Department of Defense le contrat court donc jusqu’au 16 juillet 2030 inclus. Une close dit clairement que certaines exportations de Super Hercules subventionnées par le Pentagone pourraient s’intégrer dans ce programme d’achat, sans cependant que soit spécifié le ou les modèles et le ou les clients en question.

Photo © US Department of Defense.

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Et les USA qui accuse Airbus de bénéficier de subventions déguisé de la part des État Européen… Parce que la ça y ressemble fortement quand même !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom