Pour beaucoup de passionnés d’aviation l’aventure aérienne du Cessna O-2 Skymaster ne se joue plus qu’en dehors des États-Unis, et c’est là en fait une erreur. Un ultime demeure en effet en service dans l’US Navy dans un rôle très loin de l’observation et du contrôle aérien avancé. Il est accompagnés d’un autre unique avion, un Twin Otter lui aussi profondément modifié. Ces deux avions volent au sein du très discret CIRPAS, le Center for Interdisciplinary Remotely-Piloted Aircraft Studies.

Le petit mais étonnant parking du CIRPAS.

Ce centre de recherche implanté sur une partie réservée de l’aéroport municipal de Marina dans le comté de Monterrey en Californie dispose donc de deux avions aux désignations particulières : un Cessna NO-2A Skymaster et un De Havilland Canada NUV-18A Twin Otter. Comme la lettre N le laisse deviner il s’agit là d’avions destinés à soutenir des essais en vol. Pas question cependant de tester en vol les capacités archis-connues de ces deux modèles, en fait ils soutiennent des essais liés aux UAV autant qu’aux ROV. Ces derniers connus donc comme Remotely Operated underwater Vehicle sont en fait des drones sous-marins.

Mais surtout les chercheurs, ingénieurs, et techniciens du CIRPAS travaillent sur des aéronefs encore peu connus : les OPV, pour optionally piloted vehicle. Il s’agit d’aéronefs pouvant aussi bien être pilotés à distance comme n’importe quel drone autant que depuis l’intérieur du cockpit comme n’importe quel avion ou hélicoptère.
De tels programmes existent actuellement chez des hélicoptéristes aussi différents qu’Airbus Helicopters et Boeing, respectivement sur VSR700 et AH-6X. Le CIRPAS tente depuis quelques temps de modifier son NO-2A en OPV mais pour l’instant avec des résultats plus que mitigés. En effet il réussi à voler comme un drone mais pas décoller ou atterrir, il demeure obligatoirement encore lié à son pilote.
Parmi les récents chantiers du CIRPAS on retrouve le suivi d’un monomoteur de tourisme Cessna 15 transformé en OPV par des ingénieurs de la National Test Pilot School mais également l’appui aux ingénieurs de Northrop-Grumman dans le cadre du programme Firebird.

Le Cessna NO-2A Skymaster du CIPRAS en vol.

Pour autant les femmes et les hommes du CIRPAS s’appuient également sur des travaux plus conventionnels pour le compte de l’US Navy comme les programmes de drones aériens et sous-marins en développement. Pour l’occasion c’est le NUV-18A Twin Otter qui est engagé, comme avion de suivi. Pour autant rien ne semble indiquer que cet avion puisse servir de mother-ship à la manière des Lockheed DC-130A Hercules.

De Havilland Canada NUV-18A du CIRPAS en mission de suivi d’un ROV.

Comme beaucoup de centres de recherches militaires américains les travaux du CIRPAS sont confidentiels c’est pourquoi cet article est si cours malgré plusieurs semaines de recherches.
J’espère que désormais vous en savez un peu plus sur cette unité mal connue aux matériels aériens pour le moins originaux.

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom