Voilà le nouveau casse-tête que les amiraux chiliens se sont offerts. Ils vont devoir d’ici l’été 2019 sélectionner un nouvel hélicoptère léger destiné à remplacer les Bell 206 en service depuis le début des années 1980. Et le peu qu’on puisse dire c’est que ces quatre monoturbines sont vraiment très polyvalents, bien plus qu’à l’origine quand ils furent achetés. D’ores et déjà on sait que tous les hélicoptéristes américains et européens sont sur les rangs pour ce petit mais très symbolique contrat.

Même si l’Armada de Chile a annoncé n’avoir l’intention d’acheter que quatre hélicoptères légers afin de succéder à des Bell 206 ce contrat permettrait de renforcer la position européenne ou bien de voir revenir les hélicoptéristes américains sur le devant de la scène chilienne. Or si la Fuerza Aérea de Chile utilise exclusivement des hélicoptères de facture américaine il en est tout autrement de l’aéronavale.  Désormais celle-ci n’utilise plus que des voilures tournantes construits par Eurocopter, aujourd’hui Airbus Helicopters.

Du coup le monoturbine H125M Fennec fait figure d’archi-favori dans ce contrat, même si Leonardo va certainement proposer son AW.109 Power. Quid alors des constructeurs américains ? Sikorsky n’a aucun hélicoptère léger dans son catalogue et se retrouve donc selon toutes vraisemblances éjecté du programme, ne laissant alors que Bell Helicopter : le Bell 407, directement issu du 206, ou alors le biturbine Bell 429 Global Ranger ? Ce sont là les deux machines américaines les plus en vue pour ce type de marché.

En fait le futur hélicoptère choisi par l’aéronavale chilienne devra être bien plus qu’une machine de liaisons et d’entraînement. Comme les Bell 206 il devra pouvoir également remplir des missions d’évacuation sanitaire, de surveillance des zones de pêches, voire même d’interventions en zone antarctique. Autant dire que sa polyvalence devra être totale, sans compter que ce futur hélicoptère se devra d’être résistant et rustique afin de permettre son embarquement à bord des frégates et patrouilleurs de la marine chilienne.
Cependant il n’est actuellement pas prévu que ce futur appareil soit armé. En tout cas pas directement, mais il devra pouvoir embarquer sans difficulté un tireur d’élite ou bien des commandos. Ultra-polyvalent en somme…

Photo © Keypublishing.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom