Lors du dernier Spectacle aérien international de Bagotville, mon coup de cœur fut pour deux avions légendaires d’une autre époque. Magnifiquement restaurés, un North American Mustang IV et un Goodyear FG-1D Corsair ont fait tourner bien des têtes en survolant la foule et en se posant sur le tarmac.

Ces deux appareils, qui participent régulièrement à des rendez-vous aériens, font partie de la collection d’une organisation peu connue hors du cercle des initiés. Les Ailes d’époque du Canada / Vintage Wings of Canada est une fondation privée qui se consacre surtout à la restauration minutieuse d’avions d’entraînement et de combat de la période de la Deuxième Guerre mondiale. Comptant sur l’appui du philanthrope Michael Potter, et d’une armée de bénévoles tout aussi passionnés de l’aviation, la restauration de ces avions sauvés des griffes des ferrailleurs nécessite patience et expertise. Situé à l’aéroport de Gatineau au Québec, et logé dans un hangar moderne spécialement aménagé pour répondre à sa mission, cet organisme possède actuellement quatorze avions en parfait état de vol, en comptant sa dernière recrue.

Ce nouveau venu est nul autre qu’un Supermarine Spitfire Mk IX. C’est en 1944 que ce Spitfire fut fabriqué par Vickers Armstrong au Royaume-Uni. Il a été exploité par la Royal Air Force (RAF) avant d’être cédé à la South African Air Force (SAAF) en 1947. En 1951, l’avion fut sérieusement endommagé lors d’un accident à l’atterrissage. Vendu à un ferrailleur pour être éliminé, il fut sauvé par le musée de la SAAF afin d’être éventuellement remis en état. Il a plutôt croupi en entreposage pendant une quarantaine d’années, puis acheté par un Canadien en 1990. Une dizaine d’années plus tard, il passe aux mains du Comox Air Force Museum, en Colombie-Britannique. Le travail de restauration s’avérant plus dispendieux et ardu qu’initialement prévu, le Spitfire fut cédé en 2009 aux Ailes d’époque du Canada afin de mener à bien sa remise en état. En 2017, le Spitfire réalisait enfin ses vols d’essai et arbore depuis les couleurs et l’indicatif d’appel «Y2-K», tout comme celui piloté par Arnold Roseland alors qu’il était en service dans le 442ème Escadron de l’Aviation royale du Canada. Le Spitfire Y2-K est dorénavant surnommé «Roseland» en l’honneur de ce pilote respecté ayant combattu durant la campagne des Aléoutiennes et qui a perdu la vie lors d’une mission dans les cieux de la France en 1944. En 2018, le Spitfire Y2-K Roseland a fait son entrée en scène publique lors de l’AirVenture Oshkosh au Wisconsin qui est le plus grand meeting aérien annuel des États-Unis.

Afin de vous régaler les yeux, permettez-moi de vous proposer une revue photographique des autres avions de la collection des Ailes d’époque du Canada, en ordre alphabétique.

Blackburn-Fairey Swordfish Mk III : Cet appareil est l’un des 99 biplans Swordfish livrés à la Marine royale canadienne (MRC) pendant la Deuxième Guerre mondiale. Avions d’entraînement et de patrouille qui vont opérer à partir de bases en Nouvelle-Écosse, jusqu’à leur remplacement par des monoplans Fairey Firefly.

Boeing PT-27 Stearman : Cet appareil est l’un des 300 biplans Stearman acquis dans le cadre du Programme d’entraînement aérien du Commonwealth (PEAC). Mal adapté aux rigueurs de l’hiver canadien, ces biplans furent rapidement retournés aux États-Unis.

Canadair Sabre Mk 5 : Peint aux couleurs de la patrouille acrobatique des Golden Hawks, cet appareil a notamment servi au sein de l’Escadron 441 de l’Aviation royale canadienne (ARC) basé à Marville en France.

CCF Harvard Mk 4: Aux couleurs du PEAC, cet appareil Harvard fut assemblé sous licence dans les années 1950 par l’entreprise Canadian Car & Foundry (CCF) à Fort William.

Curtis P-40N Kittyhawk: Peint aux couleurs «désert» de l’appareil du célèbre pilote canadien James « Stocky » Edwards qui a effectué des centaines de missions de combat sur Kittyhawk en Afrique du Nord durant la Deuxième Guerre mondiale.

De Havilland Canada 82C Tiger Moth: La version canadienne de ce célèbre avion de formation initiale fut assemblée à plus de 1500 exemplaires par De Havilland Canada. Il fut l’un des principaux avions du PEAC.

Fleet/Fairchild Cornell : Construit sous licence par l’entreprise Fleet Aircraft Company of Canada, cet appareil affiche la livrée jaune caractéristique du PEAC. Le Cornell commença à prendre la relève des biplans DHC 82C Tiger Moth et Fleet Finch à compter de 1943.

Fleet Finch II : Plus de 600 de ces biplans s’ajoutèrent aux DHC 82C Tiger Moth pour constituer la flotte de base du PEAC. Le dernier Finch quitta les rangs de l’Aviation royale canadienne en 1947.

Goodyear FG-1C Corsair: Mieux connu pour ses pneumatiques, l’entreprise Goodyear assembla sous licence plus de 4000 appareils Corsair durant la Deuxième Guerre mondiale. Cet appareil est aux couleurs de celui piloté par le héros canadien Robert Hampton Gray qui a servi au sein de la Fleet Air Arm de la Royal Navy. Déjà décoré pour ses exploits antérieurs, le lieutenant Grey fut l’un des deux seuls pilotes de la Fleet Air à recevoir la Croix de Victoria, malheureusement à titre posthume. Il fut l’un des derniers canadiens à perdre la vie en combat lors de la Deuxième Guerre mondiale, lors d’une attaque ayant permis de couler un navire de la Marine impériale japonaise.

Hawker Hurricane Mk IV: Peint aux couleurs «désert» de l’Escadron No. 6 de la RAF, qui exploitait le « Hurry » pour détruire les chars et autres véhicules ennemis, cette variante était doté de quatre canons de 20mm. Plusieurs pilotes canadiens ont combattu au sein de cet escadron en Afrique du Nord, à bord de ce type d’appareil.

North American P-51 Mustang Mark IV: Dédié aux frères Robillard natifs d’Ottawa et tous deux pilotes de chasse durant la Seconde Guerre mondiale. Laurent «Larry» Robillard accéda au statut d’as avec 7,5 avions ennemis abattus. Rock «Rocky» Robillard, participa à la campagne des Aléoutiennes en pilotant un chasseur Kittyhawk, ainsi qu’à la libération de l’Europe aux commandes d’un Mustang de l’Escadron 442 de l’Aviation royale canadienne, dont les couleurs sont reprises par l’appareil d’AEC.

Supermarine Spitfire Mk XVI: Cet autre Spitfire d’AÉC arbore les couleurs de l’Escadron 421 de l’Aviation royale canadienne ayant combattu sur le front européen durant la Seconde Guerre mondiale.

Westland Lysander Mk IIIA: Cet avion à tout faire, doté de capacités ADAC remarquables, fut notamment utilisé au Canada comme remorqueur de cibles par le PEAC. Cet exemplaire d’AÉC est l’un des 225 appareils Lysander fabriqués sous licence à la fin des années 1930 par l’entreprise canadienne National Steel Car pour le compte de l’Aviation royale canadienne dont il arbore les couleurs d’époque.

AÉC a également aligné des avions de transport non militaires dans sa flotte, mais s’est en départi pour faire place aux nouveaux venus et ceux en voie de restauration, dont un CCF Hurricane Mk XII, la version canadienne de ce légendaire chasseur.

Le seul avion de transport conservé dans la collection d’AÉC est un biplan De Havilland DH-83 Fox Moth ayant notamment appartenu au Prince de Galles en 1932. Un cinquantaine de Fox Moth furent assemblés au Canada et surtout utilisés comme avions de brousse.

Je ne manque jamais l’occasion de visiter des musés de l’aviation lors de mes voyages. Mais rien ne peut remplacer la vue d’aéronefs d’une autre époque évoluer dans le ciel lors d’un spectacle aérien. On ne peut que saluer le dévouement de l’équipe d’AÉC qui ramène à la vie et bichonne ces avions légendaires afin qu’ils volent encore longtemps pour le grand plaisir des aérophiles.

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Petit hors sujet.
    Si quelqu’un sait, je voudrais savoir si l’importation du F-86E Sabre de l’association Mistral Warbirds a pu se faire ou sinon, quand ? Pour info le convoyage des USA jusqu’en France était prévu pour mi-septembre mais a été annulé au dernier moment par l’administration américaine.

  2. Bonjour,
    Vraiment de magnifique photos et un beau reportage.
    Beau travail d’information sur cette association qui fait vivre ce musée vivant.
    Merci.
    Salutations.
    Sylvain bonnet passemar

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom