L’avionneur canadien Bombardier n’en finit pas de se séparer de ses productions, après récemment les CSeries vendus à Airbus et devenus Airbus A220. Désormais c’est son bimoteur à turbopropulseurs vedette dont il se prépare à vendre l’intégralité des droits au groupe Longview Aviation Capital, maison-mère de l’avionneur Viking Air. Ce constructeur produit déjà des versions modernisées d’avions développés par De Havilland Canada puis Bombardier. À l’horizon 2020 donc Viking Air construira le Dash 8 et surtout sa version actuelle, le Q400.

C’est donc véritablement un best-seller que Longview Aviation Capital va acquérir pour un montent avoisinant les 220 millions d’euros au second semestre 2019. D’ici là il faudra aux deux entreprises canadiennes se mettre d’accord sur les modalités légales autant que sur le transfert des chaînes de montages. Car Viking Air disposera alors également de l’ensemble des droits de toutes les versions antérieures du Dash 8, les -100, -200, et -300.

Depuis 1984 et son arrivée sur le marché commerciale régional et court-courrier le Dash 8 a été produit à plus de 1250 exemplaires. Il est à signaler que rares exemplaires volent sous la cocarde américains au travers notamment des très secrets RO-6A Saturn Arch. Finalement le Dash 8 n’aura jamais vraiment connu un grand succès sur le marché militaire hormis de rares ventes à l’Aviation Royale Canadienne, à la force aérienne kényane, ou encore à la marine mexicaine.
Sans compter qu’en France la Sécurité Civile, relevant du ministère de l’intérieur, l’utilise comme avion de transport et surtout bombardier d’eau.

Mais alors que va t-il donc rester comme aéronef à produire pour Bombardier ? Eh bien principalement des jets d’affaire et des biréacteurs de transport régional. Dans la première catégorie ce sont donc les Challenger 300/350, Challenger 600/650, Challenger 800/850, et Global Express, ainsi bien sûr que la lignée des Learjet tandis que dans la seconde ce sont les CRJ. Et à chaque fois des avions très réussis qui représentent de sérieux concurrents pour les avionneurs qui se retrouvent sur leur chemin.
Le «petit» Challenger 350 est par exemple fréquemment en opposition face au Dassault Aviation Falcon 2000 français.

Nous sommes donc loin de la mort annoncée par certains de la branche aéronautique du groupe Bombardier, et c’est tant mieux. Il s’agit plutôt d’un recentrage sur les segments industriels des biréacteurs.

Photo © Bombardier Aerospace.

Publicité

4 COMMENTAIRES

    • Viking Air devrait prendre une décision en 2019 quant au lancement du CL-515. Cela dépendra de l’intérêt des éventuels acquéreurs, notamment européens.

  1. Le CSeries n’appartient qu’à 50,1 % à Airbus, car Bombardier et Investissement Québec détiennent 49,9 % de la co-entreprise chapautant ce partenariat. Ne pas oublier les avions d’affaires Learjet qui font également partie de la famille Bombardier. Heureusement, le Dash 8 va demeurer canadien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom