Le porte-aéronefs USS Wasp poursuit ses opérations, et c’est cette fois-ci à proximité des côtes coréennes que ses avions de combat embarqués opèrent. Depuis le milieu de la semaine dernière le bâtiment de l’US Navy patrouille en effet dans cette zone de tension maximale, où ses avions doivent d’ailleurs participer à des entraînements conjoints avec les forces aériennes sud-coréennes et taïwanaises. Pour autant ils opèrent désormais en permanence avec des missiles air-air bons de guerre en soute. La marine américaine entend ainsi éviter tout risque d’accrochages avec les aviations chinoises et surtout nord-coréennes.

Car contrairement au McDonnell-Douglas AV-8B Harrier II, son prédécesseur, le Lockheed-Martin F-35B Lightning II est bel et bien un chasseur multirôle à décollages et atterrissages verticaux ou très courts. En soutes les armuriers embarqués par l’US Navy installent les missiles AIM-9 Sidewinder et AIM-120 AMRAAM qui représentent l’arsenal air-air des avions de combat de nouvelle génération de l’US Marines Corps.

Pour les pilotes du squadron VMFA-121 Green Knights c’est aussi l’occasion de découvrir une nouvelle zone de patrouille. Car jusque là l’USS Wasp «se contentait» de voguer sur l’océan Pacifique et la mer des Philippines. Et cette région de la mer de Chine orientale cristallise une partie des craintes quand à l’équilibre géopolitique en Asie. Autant dire que les femmes et les hommes de l’US Marines Corps et de l’US Navy marchent ici véritablement sur des œufs.

La crainte numéro 1 du Pentagone demeure un accrochage aérien entre un de ses précieux Lockheed-Martin F-35B Lightning II et un avion de chasse nord-coréen ou chinois. Si les pilotes du squadron VMFA-121 n’ont pas grand-chose à redouter des premiers ils peuvent par contre se méfier totalement des seconds, la Chine possédant des avions capables de damer le pion aux avions de combat américains.
Aussi ils vont au maximum tenter d’éviter les espaces aériens de ces deux pays.

Pour autant les pilotes américains auront l’occasion dans les prochains jours de s’exercer avec leurs homologues sud-coréens et taïwanais. On pourrait donc à l’occasion admirer des F-35B Lightning II volant de conserve avec des avions aussi différents que les F-15K, les F-16C, ou encore les Mirage 2000-5. Bien entendu tout cela demeurera des exercices, mais pas uniquement.
En effet si la Corée du sud doit recevoir dans les prochains mois les premiers exemplaires de série de ses quarante F-35A il en est différemment de Taïwan. Officiellement ce pays n’est pas en course pour acquérir des exemplaires du nouvel avion américain mais officieusement tout le monde sait que l’état-major de la ROCAF aimerait remplacer sa trentaine de Northrop F-5E/F Tiger II encore en état de vol ainsi que les plus anciens de ses chasseurs indigènes AIDC F-CK-1 Ching Kuo. Or depuis l’annonce de la conversion de ses F-16A/B Fighting Falcon au standard F-16V Viper il est évident que cette force aérienne est revenue dans les bonnes grâces de Lockheed-Martin et du Pentagone.

De ce fait la présence dans la région des nouveaux chasseurs de l’US Marines Corps prend des allures de voyage commercial. Avec l’Amérique le business n’est jamais bien loin.

Photo © US Navy.

Publicité

6 COMMENTAIRES

      • Vous êtes sûr Arnaud ? La RAF qui initialement comptait intégrer ses ASRAAM en interne y a renoncé pour l’instant faute de rail adapté, quant à l’Aim-9 X j’ai donc de sérieux doutes également. Bref si vous avez des infos -voire photos- pour étayer, je suis preneur 😉 .

        Car jusqu’à présent, et selon maintes sources, ASRAAM comme Aim-9X sont dépeints -toutes versions du F35 confondues- comme « external ordnance », et mis à feu depuis leur rail. Tous les tests ont à ma connaissance de surcroit été réalisés sur pylônes externes, du coup je m’interroge.
        C’est que les pylônes missile en soute du F35 sont des éjecteurs, non des rails, ce qui pour le moment interdit le lancement de tout missile IR (missiles qui ont de surcroit besoin d’accrocher en « voyant » la cible, autodirecteur sorti). Un « trapeze launcher » déployable qui permettrait d’éloigner suffisamment le missile de l’avion serait à l’étude pour pallier ce défaut, mais en tout état de cause pour l’instant seul l’AMRAAM est empoté en interne. En effet, même s’il peut être mis à feu directement sur rail comme un missile IR (F16 / Gripen et moult autres appareils occidentaux), il peut également être largué depuis un éjecteur avant d’être mis à feu quelques fractions de secondes plus tard (EF2000, F18, F15 sous le ventre, et F22 en soute).

        • Dès qu’une photo (libre de droit) sera disponible je la présenterais. Mais oui en effet les ASRAAM ne sont pas installés en interne. Mon propos concernait les Sidewinder utilisés par l’US Marines Corps.

        • Certes, Arnaud, j’ai bien compris. Si je faisais le parallèle avec les ASRAAM, c’est que les Aim-9 nécessiteraient le même type de rail pour un lancement en soute (ou que ces missiles soient capables d’avoir une mise à feu différée pour être tirés comme des Aim-120 via les éjecteurs). Or pour l’instant -et force est de constater que Lockheed Martin communique systématiquement sur le moindre tir de test- je n’ai encore jamais vu de missile IR quitter la soute du Lightning II, tous les Aim-9 et Aim-132 l’ont été depuis les pylônes d’ailes. Et selon la logique établie (intégration – tests – qualification – déploiement en opérations), cela me semble donc étonnant que l’USMC en emporte en interne sans qu’il y ait eu de communication à ce sujet.

          Car vous l’avez compris, ce qui me chiffonne c’est l’absence de documentation sur cette info (au demeurant très importante pour le futur du programme F35 car l’Aim-9 dégrade la furtivité sur pylônes), je ne vous cache pas que j’ai cherché comme un beau diable sur le web aéro anglo-saxon à la lecture de votre article, et je n’ai jusqu’alors rien lu / trouvé concernant les Sidewinders en soute, USMC comme ailleurs.
          Du coup, sans parler de photo, je suis toujours preneur d’un quelconque lien qui ferait état de cette nouveauté 😉 .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom