C’est un marché qui n’a pas vraiment éveiller les curiosités, et même si nous sommes ici aux limites de l’aviation il est intéressant de se pencher dessus. En l’espace de moins d’une semaine la société norvégienne Prox Dynamics a annoncé avoir signé deux contrats pour son micro-drone d’observation et de reconnaissance Black Hornet Nano. Le premier l’a été avec le Ministère des Armées et le second avec l’US Department of Defense. Ils sont destinés à équiper en priorité les forces spéciales mais aussi des troupes plus conventionnelles.

C’est d’abord donc vendredi 18 janvier 2019 avec la Direction Générale de l’Armement et l’Armée de Terre que Prox Dynamics a annoncé avoir vendu des systèmes complets de micro-drones Black Hornet Nano. Un contrat pour un montant annoncé par l’industriel norvégien à hauteur d’un peu plus de soixante-dix sept millions d’euros sans pour autant révéler le nombre exacts de ces systèmes vendus.
Plusieurs sources avancent que le Black Hornet Nano serait proposé aux forces armées à un prix de 40 000 euros pièce, y compris son système de rendu en temps réel au profit des fantassins.

Le second contrat a été annoncé ce jeudi 24 janvier 2019 par l’industriel au profit de l’US Army et de l’US Marines Corps. D’un montant annoncé d’environ trente cinq millions d’euros. Là encore aucune donnée n’est réellement disponible sur la quantité de micro-drones Black Hornet Nano ni sur leur répartition entre l’US Army et les forces spéciales de l’US Marines Corps.

Et c’est justement cette opacité dans ces deux contrats qui gène franchement. Il est impossible d’avoir de la part de ce constructeur ou bien des deux clients en question des informations claires. Un peu comme si en France le Ministère des Armées était redevenu la Grande Muette qu’il annonce avoir cesser d’être depuis maintenant plus de 40 ans.
Idem de la part du Pentagone, mais là ça nous surprend beaucoup moins !

Il faut voir que le Prox Dynamics Black Hornet Nano est un bijou de technologie. il entre dans la catégorie des micro-drones, avec sa longueur d’à peine 168mm et le diamètre de son rotor principal de 123 mm ce tout petit hélicoptère télé-piloté. Sa masse d’à peine 33 grammes pourrait laisser supposer qu’il tient plus du jouet d’enfant que d’autre chose mais ce serait mal connaître la bête.
Le Black Hornet Nano peut tenir les airs pendant 25 minutes à une distance de son lanceur de deux kilomètres et voler jusqu’à 21 kilomètres par heure. Il capture des images aussi bien photographiques que vidéo qu’il retransmet en direct via une liaison encrypté.
Et bien entendu cet engin principalement fabriqué en composites est totalement silencieux.

Outre les États-Unis et la France qui viennent de signer ce contrat, des exemplaires sont en service dans une vingtaine d’autres forces armées allant de l’Australie à l’Inde en passant par plusieurs membres de l’OTAN. C’est donc un équipement volant d’avenir.
Son constructeur n’a plus qu’à faire preuve d’un peu plus de transparence dans ses contrats et tout sera parfait !

Photo © US Department of Defense.

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Et dire que lorsque les fameux PicoZ sont apparus en grande surface, on se disait alors dans le monde de la RC que leurs capacités -pour une trentaine d’euros- en terme d’autonomie et de pilotage grand public étaient déjà phénoménales.
    Ça n’aura pas manqué, dans un gabarit quasi-similaire, le concept de micro-hélico a fait des émules avec ce modèle ultra haut de gamme. Il faut dire aussi que le développement des drones « civils » avec flux vidéo en temps réel et pilotage automatique / intuitif via smartphones a beaucoup aidé ces dernières années, tout cela donnera à terme au fantassin lambda une toute nouvelle capacité d’observation.
    Affaire à suivre, clairement !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom