L’image d’Épinal des mécaniciens entretenant les avions au sec dans un hangar de porte-aéronefs prend ici une bonne claque. Un déploiement à la mer d’un navire comme l’USS Kearsarge ne se limite pas exclusivement aux vols et aux entraînement mais aussi à tout un tas de petites actions d’entretien et de réparation. Mais quand elles se déroulent sur le pont d’envol aux abords d’un des plus gros aéronefs américains embarqués cela prend vite des airs de cascade. C’est ce qu’ont connu ces hommes et ces femmes ce jeudi 14 février 2019.

Drôle de Saint-Valentin en effet pour les mécanos spécialistes de l’US Marines Corps. Ils ont eu l’obligation de remplacer la boite de vitesse d’une tête de rotor de Bell – Boeing MV-22B Osprey. Seulement voilà ce type d’opération ne peut pas se dérouler autrement que sur le pont d’envol, et donc par temps calme.
Car le changement de tête de rotor implique que les hélices de l’Osprey soient en position verticale. Et pour y accéder, à cinq mètres et demi au-dessus du pont d’envol il faut sacrément être agile… et ne pas souffrir du vertige. Car c’est cramponné dans une nacelle métallique elle-même hissé par un chariot élévateur que les mécaniciens officient. Au sol une petite grue hydraulique les assiste afin de soulever la pièce d’une masse d’environ une tonne. Il s’agit de ne pas la faire chuter.

Et pour mémoire un navire comme l’USS Kearsarge malgré sa taille imposante et son déplacement d’un peu plus de 40 000 tonnes ça peut encore tanguer. Or en ce jeudi 14 février 2019 sur les eaux du Golfe il y avait un peu de houle. Suffisamment pour faire que la dizaine de mécanos engagés dans cette dépose de rotor et ce changement de boite de vitesse travaillent dans le stress. Selon l’US Navy l’opération a pris une bonne partie de l’après-midi. En début de soirée tout était terminé.
Le lendemain l’avion convertible reprenait ses vols réguliers.

Photo © US Navy

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Ancien Mecano sur trans all c160, on est habitués depuis des dizaines d années à changer des hélices et des moteurs, des servo commandes de direction, dans des conditions africaines qui valent bien celles ci.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom