Oui c’est vrai la photo de la semaine normalement c’est le weekend. Sauf que cette semaine petite entorse à la règle vous trouvez ici une photo un vendredi et pas n’importe lequel : le 8 mars. Aujourd’hui dans le monde entier des femmes (et des hommes) se mobilisent pour que dans un avenir proche il n’y ai plus de différence entre les deux sexes pour que les femmes soient partout les égales des hommes. Et sur ce coup là encore l’aviation a su se démarquer.

Elsie MacGill, Hélène Boucher, Jacqueline Auriol, Élise Deroche, ou encore Caroline Aigle, et Bessie Coleman : que serait l’aviation sans ces noms ? Bah juste un club animé par une testostérone exacerbée et donc avec beaucoup moins d’intérêts. Sans aviatrice quel intérêt à trouver des aviateurs ? Peu. Sans les femmes qui assemblaient leurs avions que seraient devenus les pilotes et équipages alliés de la Seconde Guerre mondiale ? Des fantassins sans doute.
Alors oui en ce 8 mars, comme les 364 autres jours de l’année, souvenons-nous que cette Terre n’est pas que masculine. Et ne baissons pas les bras, main dans la main, femmes et hommes.

Photo © ministère des armées.

Publicité

11 COMMENTAIRES

    • Le Rafale a sa verrière en une seule partie pour les deux occupants et puis elle s’ouvre sur le côté. Ici la verrière s’ouvre par l’arrière et chaque occupant a sa propre ouverture donc Mirage 2000 D, si la photo est récente.

  1. Voilà, un 2000D (pour le confirmer, le patch sur l’épaule fait foi 🙂 ).
    Rappelons aussi -tristement- qu’une aviatrice de l’AdA, Audrey Michelon, avait perdu la vie en place arrière dans le crash de son 2000D il y a 2 mois, et que Caroline Aigle, première égérie de la chasse féminine française, avait été fauchée en pleine ascension à 32 ans par un cancer. Ces symboles sont d’autant plus forts que la parité dans les cieux est à ce prix.
    Respect à elles, et à toutes celles qui servent et s’engagent.

  2. C’est bien beau la dictature de la parité, mais si aux sélections pour devenir pilote de chasse ou pilote tout court se présentent 150 hommes et 20 femmes, on sait très bien qu’en fin de cursus difficile d’avoir un nombre égale. On ne va tout de même pas forcer des femmes à devenir pilotes contre leurs gré ou faciliter l’apprentissage de certaines pour avoir à tout prix une parité en fin de cursus.
    Vous savez il y a aussi des métiers ou cette fois ci la parité est inversé, des métiers quasi-réservés aux femmes mais ça on en parle beaucoup moins, sûrement parce que comme je le dis plus haut il y a beaucoup plus de femmes a y être candidat que d’hommes.

    • Arf, coquille évidemment, je me suis mal exprimé, j’employais le terme « parité » une fois le macaron décroché, c’était donc plus au sens « égalité ». Je me suis compris, mais pas mes lecteurs 😀 ….

    • En effet puisque Hélène Boucher est déjà citée dans l’article, avec même un lien vers sa courte biographie dans la partie encyclopédique de notre site. 🙂

  3. Courage à ces pilotes, je suis totalement pour que les femmes ait le choix et l’opportunité de faire n’importe quelle métier y compris pilote de chasse, par contre arrêtons les quotas et autres parité à tout prix ça risquerai de nuire au réel choix de ces dernières et de les lancées dans une idéologie stupide. Exemple de M. Parly voulant remplir les rangs de femme par rapport à des pourcentages et quotas. Stupide décision ! Si une femme est pilote, c’est par pur passion et décision pas parce qu’elle doit remplir un quota pour donner bonne conscience à des personnes totalement en dehors de la réalité. Si les femmes sont moins présentent dans certain métiers, c’est soit parce qu’elle n’aime pas ce métier ou ne les intéressent pas, soit parce que les conditions d’admission sont à un standard assez élever que seul les hommes en majorité réussissent.

    Bon sur ce, courage au futur pilote élève homme et femme.

  4. Pourquoi oublier Marie MARVINGT, pionnière de l’aviation en France initiatrice de l’aviation sanitaire qui participa pendant la Première Guerre mondiale même à des bombardements sur les positions allemandes. Elle avait en ballon, au départ de Nancy avant cette guerre, été jusqu’en Irlande. Sportive accomplie, les américains l’ont placé à l’olympe des sportifs. En France qui la connaît ? Elle est morte dans la misère à Nancy ou une association cultive son souvenir.

    • Ce n’est pas un oublie simplement un choix. Privilégier les femmes qui ont marqué l’aviation internationale à celles qui ne sont connus qu’en France ou dans les pays francophones.
      Quand au fait que Marie Marvingt soit tombé dans l’oublie c’est un peu fort de café. Des dizaines de rues en France portent son nom, plusieurs groupes scolaires, et je crois que même la prestigieuse ENA lui a rendu hommage il y a quelques années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom