Cette fois-ci le rôle réel de ces avions n’est nullement caché ou déguisé : ils sont là pour rétablir la dissuasion américaine en Europe face à la Russie ! Au risque que certains crient à l’escalade militaire l’US Department of Defense n’a pas hésité à déployer ce jeudi 14 mars 2019 six bombardiers stratégiques Boeing B-52H appartenant à l’US Air Force. Et dès ce premier jour l’un des avions est allé titiller les défenses adverses à proximité de l’enclave sur-militarisée de Kaliningrad. Une provocation si on en croit les médias russes, mais un simple vol d’entraînement pour les communicants de l’aviation américaine.

On le sait sous les présidences Bush Jr puis Obama les Boeing B-52H Stratofortress étaient plus souvent employés comme armes diplomatiques que réellement pour frapper les ennemis de l’Amérique. Donald Trump emboiterait-il le pas de ses prédécesseurs ? On est en droit de se le demander, sauf que là il ne s’agit plus d’intimider la dictature nord-coréenne mais de rassurer les alliés européens et si possible de calmer quelque peu les ardeurs moscovites. Une mission qu’ils ont déjà eu à remplir dans le cadre de la mission Baltic Air Policing au cours de l’année 2016.
Toujours est-il que le Pentagone a rappelé que sur 89 avions de ce type encore en dotation dans l’US Air Force près de quarante disposent toujours de la capacité d’emporter une ou plusieurs armes nucléaires. Sans pour autant dire si un ou plusieurs des B-52H déployés à RAF Fairford en Angleterre sont concernés.

Le lendemain de leur arrivée un des avions a été engagé dans une mission d’entraînement un peu particulière. Il a survolé une bonne partie de la mer Baltique sans jamais sortir de l’espace aérien international. Mais surtout il a réalisé un virage serré à hauteur de l’enclave de Kaliningrad une région rattachée à Moscou et où les forces aériennes et navales russes entretiennent un puissant arsenal. Il n’est d’ailleurs pas rare que les avions qui tenter de violer les espaces aériens baltes la rejoignent !
À la différence des avions russes, pourtant souvent plus récents que la majorité des B-52H Stratofortress, le bombardier américain a volé durant toute sa mission avec son transpondeur allumé. Et ce dernier n’a connu aucune panne. L’aviation russe pourrait bien devenir jalouse d’un avion aussi ancien mais qui fonctionne mieux que nombre de ses machines.
En attendant les médias russes crient au scandale, insistant sur le fait que le B-52H Stratofortress est selon eux un des avions les plus dangereux de l’arsenal de l’OTAN.

Les six bombardiers lourds devraient demeurer avec leurs équipages durant plusieurs mois en Angleterre. Autant dire que les généraux russes se préparent quelques nuits blanches aux vues de leurs réactions à ce vol d’entraînement.

Photo © US Department of Defense.

Publicité

9 COMMENTAIRES

  1. Quelle sera la réactions des Russes: faire voler le Tu-160 pour donner le change aux US ? Le problème c’est qu’ils sont encore en révisions suite à leurs voles de propagandes de ses derniers mois …

  2. Je croyais savoir que les Américains entretenaient de manière permanente des bombardiers lourds en Grande Bretagne, ce n’est donc pas le cas?

    • Pendant la guerre froide oui, KC-135, B-47, B-52, KC-10 étaient constamment présent et se relayaient. Mais dans les années 90 les avions américains sont devenus moins présent et la base est devenue une base de réserve de l’USAF. Depuis 2010 il n’y a plus aucun militaire américain permanent sur cette base. D’ailleurs cette base est la seule qui accueille les bombardiers lourd US en europe.

      • Pour les bombardiers lourds c’est tout à fait exact, l’on parle de RAF Fairford (plus célèbre aujourd’hui pour ses shows aériens, mais à chaque fois remise à l’honneur dès qu’un B1/2/52 vient se poser sur le sol britannique). Rapport à la grande longueur de ses pistes, les plus à même d’accueillir ces géants.

        J’ajouterai pour parfaire votre réponse très complète Dimitri qu’il existe toujours quelques bases fixes -et actives en permanence- de l’USAF in Europe, que sont Mildenhall et Lakenheath au Royaume-Uni, Aviano en Italie, Ramstein et Spangdahlem en Allemagne. A ces cinq-là il faut ajouter une vingtaine -dont fait partie Fairford- de bases dites de soutien, donc sporadiquement utilisées.
        Aujourd’hui, l’USAF-E aligne majoritairement sur ses bases des F15C/E, F16C/D, C130 et KC135, ainsi que des RC135 depuis quelques temps. A10 et F22 viennent aussi régulièrement faire des visites pour exercices, on l’a vu ces dernières années.

  3. Bonjour à tous tout les fanas, pour ce qui est des bombardiers lourds us effectivement tout déploiement en Europe se fait sur la base de Fairford en Angleterre qui peut également accueillir les b2 spirit et les B1B lancer. Sinon on retrouve ces oiseaux sur l’île de Diego Garcia dans l’océan indien ou sur la base d’Anderson field sur l’île de Guam dans l’océan pacifique. Toutefois un box de six b52 h envoyé en Europe hors conflit c’est pas courant je pense.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom