Nous sommes nombreux à critiquer fréquemment l’alignement américain de la Pologne en matière d’armement, pour une fois elle nous a donné tort. Ce lundi 8 avril 2019 l’hélicoptériste européen Leonardo et le ministère polonais de la défense ont annoncé une commande de quatre hélicoptères polyvalents AW.101 Merlin. Ces machines de nouvelle génération assureront le remplacement des six vieux Mil Mi-14 de facture soviétiques. Le contrat doit être signé d’ici la fin du mois.

En fait le programme d’achat de ces nouveaux hélicoptères a été lancé il y a deux ans. Et dès le début le gouvernement avait fait le choix, logique en fait, d’exclure la Chine et la Russie. Ne s’y retrouvaient donc qu’Airbus Helicopters, Leonardo, et Sikorsky. C’est à dire le choix évident des fournisseurs estampillés OTAN.

Car c’est bien l’organisation atlantiste qui a poussé la Marynarka Wojenna à se doter d’un nouvel hélicoptère maritime. Ses quatre Mil Mi-14PL de lutte anti-sous-marine et ses deux Mi-14R de recherches-sauvetages en mer sont en fait à bout de souffle. Hérités de la guerre froide ces machines ont beaucoup souffert de l’usure naturel dû au sel marin et aux embruns. Pour mémoire ce type d’hélicoptère est contemporain de l’Aérospatiale SA.321 Super Frelon français et du Sikorsky SH-3 Sea King américain.

Étaient donc en concurrence l’Airbus Helicopters H225M Caracal, le Leonardo AW.101 Merlin, et le Sikorsky MH-60R Seahawk. Ces trois hélicoptères sont de véritables best-sellers, mais objectivement les Polonais ont fait le meilleur choix possible en terme autant de polyvalence que de rayon d’action ou encore de flexibilité d’emploi. Car l’un des défauts récurrents des MH-60R Seahawk et H225M Caracal réside dans le fait que ce sont avant tout des hélicoptères de combat maritime, adaptés si besoin est aux missions de service publique. Dans le cas de l’AW.101 Merlin c’est véritablement un hélicoptère polyvalent apte aux deux missions. Pour autant ces hélicoptères seront dans un premier temps livrés pour le combat maritime et ensuite adaptés in-situ aux missions SAR hauturières. En attendant ce sera la flotte de PZL W-3 Anakonda qui assurera cette mission, même si ces derniers sont plutôt adaptés aux missions côtières.

Ces hélicoptères seront livrés à l’aéronavale polonaise entre 2021 et 2022. Restera ensuite l’épineuse question des six hélicoptères de transport et de liaison, eux aussi datés de la guerre froide mais pour lesquels il n’existe actuellement aucun crédit de remplacement. Ce sont des Mil Mi-2 et Mi-17.

Photo © OTAN.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom