On le sait en industrie l’assemblage d’un prototype prend généralement quatre à cinq fois plus de temps que pour la machine de série qui en découlera. Lors du dernier salon EBACE de Genève en Suisse c’est Eric Trappier lui-même qui a annoncé la bonne nouvelle : la construction du prototype du biréacteur d’affaire Falcon 6X a été lancée. Ce jet de nouvelle génération doit permettre à Dassault Aviation de retrouver sa place de leader sur le marché des avions hauts de gamme, aux côtés de Bombardier et de Gulfstream. Une manière aussi de tourner la page de feu le Falcon 5X.

Car la débandade liée à l’annulation du programme de ce dernier a laissé une trace indélébile chez Dassault Aviation. Mais elle n’est quasiment rien face au motoriste français Safran jugé responsable en grande partie de ce fiasco. L’image de celui-ci a été nettement terni dans l’aviation d’affaire. Il fallait donc aller vite à Saint-Cloud pour pouvoir penser à autre chose, et c’est désormais chose faîte.

Alors que l’avant-projet du Falcon 6X était présenté il y a seulement quinze mois c’est donc désormais la première phase industrielle qui est lancée : le prototypage. Les différents équipementiers et sous-traitants de Dassault Aviation sont à pied d’œuvre pour faire de ce nouveau jet une réalité, et à terme une réussite.
Comme nous le savons déjà l’avionneur a dit au revoir sur ce coup là au motoriste français et s’est adressé à Pratt & Whitney Canada pour bénéficier de son PW812D d’une poussée unitaire de 6105kgp. Dérivé du PW800 conçu à l’origine pour je biréacteur avorté Cessna Citation Columbus il équipe également sous ses versions PW814GA et PW815GA respectivement les Gulfstream G500 et G600 américains. Ça tombe bien le premier d’entre-eux deux devrait être le principal concurrent du futur avion français.

Car Dassault Aviation entend bien remettre les pendules à l’heure sur le marché très concurrentiel des biréacteurs d’affaire longs-courriers (voire très-longs-courriers) hauts de gamme. En raison donc du Falcon 5X il en était absent et a laissé le champ libre aux Gulfstream G500 commercialisés depuis maintenant quatre ans. Bombardier et son tout nouveau Global Express 5500, l’une des évolutions les plus récentes du célèbre jet canadien, sont aussi dans le collimateur de l’avionneur francilien.

Avant tout cela ce prototype doit donc être assemblé.
Et cela devrait être terminé d’ici environ neuf mois, un temps de gestation finalement tout à fait normal. Dassault Aviation espère en effet que début 2020 le prototype soit fin près. Les essais de roulage sont quant à eux attendus pour l’été ou l’automne de la même année. Le premier vol du prototype Falcon 6X est officiellement désormais annoncé pour le premier trimestre 2021 avec à la clef une certification attendue pour l’année suivante, ce qui indiquerait donc que les premiers exemplaires de série devrait entrer en service en 2022.
Nous aurons d’ici là l’occasion de nous pencher de nouveau sur cet avion français.

Illustration © Dassault Aviation.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom