On en sait désormais un peu plus sur cet accident qui aurait pu tourner à la véritable catastrophe. Ce vendredi 3 mai 2019 au soir un avion de ligne Boeing 737-800 appartenant à la compagnie aérienne américaine Miami Air a raté son atterrissage sur le tarmac de la base aéronavale de Jacksonville avant de terminer sa course dans les eaux du fleuve Saint Johns. Heureusement il n’y a que quelques blessés légers parmi les 143 passagers et membres d’équipage. Désormais les équipes de secours assistés de l’US Navy font tout pour éviter une pollution des eaux dans cette zone protégée du sud des États-Unis.

C’est donc aux alentours de 21 heures 40 que l’avion s’est présenté au seuil de la piste principale de NAS Jacksonville. À son bord se trouvaient 136 passagers et sept membres d’équipage. Les premiers d’entre-eux étaient tous des militaires américains, des fonctionnaires civils du Pentagone, ou bien leurs familles. Il faut dire que l’avion de ligne avait été affrété par l’US Department of Defense afin de réaliser ce vol depuis la base de Guantanamo à Cuba.
C’est justement parce que des familles se trouvaient à bord que l’US Navy n’a pas pu utiliser un de ses Boeing C-40A Clipper et a dû avoir recours à un avion de ligne loué. Miami Air une compagnie avec laquelle la marine américaine a l’habitude de travailler.

Lorsque le Boeing 737-800 en question a raté son atterrissage, vraisemblablement en raison d’une trop mauvaise visibilité au sol, il a donc terminé sa course dans les eaux du fleuve côtier Saint Johns. Par chance celles-ci sont peu profondes et donc l’eau ne s’est pas massivement engouffrée dans la cabine de l’avion de ligne. L’équipage a pu le faire évacuer sans encombre. Dans le même temps les équipes de secours de l’US Navy assistées d’unités civiles des pompiers et de la police de Floride sont arrivés très vite sur zone.
L’US Coast Guard également avait dépêché un hélicoptère Sikorsky MH-60T Jayhawk qui a servi à l’éclairage du site de l’accident.

Au total 26 personnes ont été hospitalisées donc cinq enfants. Selon Miami Air et l’US Navy il n’y aurait que deux blessés réellement sérieux dont le copilote de l’avion. Ce dernier souffrirait d’une fracture sur un bras et d’un léger traumatisme de la face. La majorité des hospitalisations concerne des hypothermies légères. Aucun pronostic vital n’a été engagé.
L’avionneur Boeing a d’ores et déjà annoncé envoyer au plus vite une équipe d’experts sur zone tandis que les agents fédéraux du NTSB sont chargés des investigations.

Malheureusement comme souvent avec les réseaux sociaux et les journalistes peu regardants sur la véracité des faits beaucoup d’âneries ont été dites suite à l’annonce de cet accident. À commencer bien évidemment par des parallèles hasardeux avec l’affaire des 737 Max. Ici il s’agit d’un 737-800 donc d’une génération plus ancienne ne disposant du fameux logiciel du MCAS impliqué dans les deux récentes catastrophes aériennes. En fait, et malheureusement pour les sensationnalistes, il ne s’agit là que d’une bête sortie de piste. Elle est impressionnante car elle finit dans les eaux d’un fleuve mais il ne faut pas lui donner plus d’importance qu’elle n’en a. Et de plus rappelons-le le bilan humain est très satisfaisant avec «seulement» deux blessés un peu plus lourds que la moyenne.

Photo © police de Jacksonville.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom