Le drame s’est déroulé ce lundi 24 juin 2019 peu après 14 heures. Deux avions de combat monoplaces Eurofighter EF-2000 Typhoon appartenant à la Luftwaffe se sont écrasés non loin du lac Müritz dans le land du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale. Un des deux pilotes a été rapidement retrouvé sain et sauf tandis que le second n’a pas survécu, malgré son éjection. Une importante mission de sauvetage avait été entreprise.

Les deux avions participaient à une mission d’entraînement avancé. Ils appartenaient au Taktisches Luftwaffengeschwader 73 basé à Laage près de la ville de Rostock. On ignore encore les causes exactes de l’accident si ce n’est qu’il est établi que les deux Eurofighter EF-2000 Typhoon se sont percutés en plein ciel. Quelques secondes plus tard les deux pilotes s’éjectaient. La scène a été vue directement par le pilote d’un troisième avion qui volait à leurs côtés. Ce dernier a orbité sur zone jusqu’à l’arrivée des premières équipes de secours.

Les deux avions se sont écrasés à dix kilomètres environ l’un de l’autre. Le premier est tombé dans une forêt au bord du lac Müritz déclenchant au passage un incendie de végétation. Le second de son côté s’est crashé en lisière d’un village, sans toutefois fort heureusement faire de dégât ni de victime.

Une fois sur place les pompiers locaux ont pu maîtriser le feu et aider à la sécurisation des restes du chasseur. Des commandos de récupérations et de sauvetage au combat se sont rendus sur place à l’aide de deux hélicoptères NH-90TTH. Ces machines appartiennent au Heersflieger. Ils ont notamment récupéré le premier pilote qui était vivant et en bonne santé malgré que son parachute se soit entortillé dans les arbres près du village de Nossentiner Hütte.  Le Bundeswehr n’a pour l’instant pas communiqué sur le pilote décédé dans cette collision, se bornant à répéter qu’il avait pourtant réussi son éjection.

Si on excepte la collision avec un Learjet 35 il y a quasiment cinq ans jour pour jour il s’agit là du plus grave accident pour des Typhoon appartenant à nos voisins allemands. Une double enquête a d’ores et déjà été demandée par les autorités fédérales allemandes, à la fois militaire et pénale. Des enquêteurs dépêchés par Berlin sont attendus sur place en fin d’après midi.

Photo © Bundeswehr.

 

 

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. S’il vous plaît Arnaud, n’utilisez plus ce « malgré que » ! Soit « malgré quelque chose », soit « malgré le fait que », ou encore « bien que ». Mais « malgré que » n’existe pas !

    Pour en revenir au sujet, c’est une bien triste nouvelle pour la chasse allemande. Un pilote tué, l’autre probablement blessé, deux chasseurs en moins alors que la Luftwaffe se fait tailler par la presse pour le manque de disponibilité de son matériel (mais elle n’est pas la seule : les chars qui ne sont pas étanches, les navires et surtout les sous-marins sans pièces détachées sont la cible des quolibets dans la presse d’outre-Rhin…)

      • Libre à vous bien entendu, même si je trouve que « ça pique aux yeux », quand même.
        Je n’étais pas sûr que vous connaissiez cette règle de grammaire, maintenant je saurai que vous le faites volontairement – esprit de contradiction bien gaulois, soit dit en passant 😀

  2. Il y eut en son temps l’affaire des F104, à présent celle des Typhoon ! A mon époque, les bandits savaient piloter les ME 109, les ME 110 et les Stukas ! A présent ils semblent avoir des difficultés à piloter les jets ha ha ha ! Pourtant ils furent les premiers à faire voler et combattre le ME 262 ! Condoléances à la famille du pilote qui n’a pas survécu ! A cette époque, un de mes oncles n’était pas un ‘malgré que’ mais un ‘malgré nous’.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom