L’avion porte les marquages du 40th Flight Test Squadron. Ce jeudi 11 mars 2021 le premier exemplaire de F-15EX Advanced Eagle est arrivé sur le tarmac d’Eglin AFB en Floride. La veille l’avion avait été officiellement remis entre les mains de l’US Air Force dans l’usine de l’avionneur Boeing. À terme le Pentagone entend acquérir 144 de ces avions de nouvelle génération.

Tout a donc commencé mercredi 10 mars quand l’avion a officiellement été remis entre les mains de l’US Air Force. Cela s’est déroulé à Saint-Louis dans le Missouri. C’est là que le célèbre constructeur a ses chaînes d’assemblages dédiées au secteur de la défense. Une cérémonie sobre dictée par la crise sanitaire et les obligations de distanciation sociale.
Le lendemain l’avion a quitté cette usine où il est né. Les deux pilotes d’essais à son bord étaient membres des 40th Flight Test Squadron et 85th Test & Evaluation Squadron.

Le vol fut assez court entre le Missouri et la Floride, moins de deux heures et demi. Les deux pilotes se sont posés à Eglin AFB, le nid désormais du nouveau F-15EX Advanced Eagle. L’avion sera suivi dans quelques semaines d’un second avion identique. Quand aux six autres avions de présérie ils doivent arrivés sur place d’ici à mi-2023.

D’ici là ils vont subir toute une batterie de tests, dans toutes les conditions possibles. L’US Air Force veut s’assurer que le nouvel avion de Boeing saura être le digne successeur du McDonnell F-15C/D Eagle qu’il est censé être. Car le secret du F-15EX Advanced Eagle est bien là : il doit permettre avant tout de protéger l’espace aérien souverain des États-Unis en renfort des chasseurs furtifs Lockheed-Martin F-22A Raptor.
On ne le rabâchera jamais assez : F-15 C/D Eagle et F-15EX Advanced Eagle sont certes cousins, mais très éloignés, et de deux générations bien différentes. L’Advanced Eagle appartient à la génération 4.5.

On remarquera sur cette photo le nombre de points d’emport sous l’avion.

Pour le constructeur aussi cette expérimentation par l’US Air Force est importante. Elle doit permettre d’aider à l’exportation du nouveau chasseur. L’Indonésie est très attirée par lui et l’avionneur américain veut le vendre aux Indiens. Autant dire que les informations données par les pilotes de l’USAF seront scrutées de très près.
Affaire donc à suivre.

Publicité

8 COMMENTAIRES

  1. La concurrence avec le Rafale risque de se compliquer , Certes le F-15EX n’est pas combat proven, pour l’instant et surement encore pour un bout de temps,
    Les politiques Américaines et Françaises ( je n’ose pas dire européennes au vu du contexte aéronautique actuel avec nos voisins d’outre Rhin vont surement jouer leur rôle.)

  2. Je suis en tout cas ravi de voir que cet appareil en tout point exceptionnel va prolonger sa carrière.
    Certes, bien des choses évoluent sous le capot, mais ces lignes ont toujours été d’une grande pureté.
    Pour paraphraser une célèbre constructeur : un bel avion est un avions qui vole bien.
    Et l’Eagle, il aura toujours une « f–king » gueule 😉 (désolé pour le gros mot …)

  3. Un avion légendaire qui renaît de ses cendres tel le phénix !
    A mon humble avis le meilleur avion américain actuelle quand on regarde les coûts de fabrication et les coûts d’heures de vol. Le rafale a du souci à se faire sur les futurs contrats.

  4. Cette mitraillette [pistolet mitrailleur] à missiles conviendrait parfaitement aux besoin du Canada pour la protection de notre vaste ciel canadien malheureusement ce n’est pas moi qui décide….

    • Le constructeur Boeing ne le qualifie pas de furtif évidemment mais de discret. Un peu comme l’est notre Rafale français. C’est à dire que les lignes de l’avion ont été étudiées afin de réduire la signature radar sans pour autant que celle-ci soit considérée comme faible.

      • Arnaud Exact, je rajourterai que le revètement de l’appareil contribue aussi à la diminution de la signature radar.

Comments are closed.