L’annonce faite ce mercredi 19 juin 2019 en début d’après-midi était très attendue. La commission d’enquête internationale pilotée par les Pays-Bas a mis en lumière les responsabilités de quatre hommes appartenant à la mouvance séparatiste pro-russe du Donbass. Ils auraient permis l’acheminement et le tir du missile SA-17 Grizzli qui a abattu le Boeing 777-200ER malaisien. Pour mémoire cette attaque avait causé la mort de 298 passagers et membres d’équipage.

Il aura donc fallu près de cinq années pour établir les responsabilités des uns et des autres. Cinq années durant lesquelles les familles des victimes ont su faire correctement pression sur les enquêteurs pour qu’ils relâchent nullement leurs investigations. Désormais les quatre suspects sont connus et les mandats d’arrêts internationaux délivrés à leur encontre.
Ces hommes se nomment Sergueï Dubinski, Igor Guirkine, Leonid Karchenko et Oleg Poulatov. Tous sont citoyens russes sauf le troisième qui est ukrainien. Les quatre suspects se cacheraient actuellement au Donbass, hors de tout contrôle du droit et de la justice internationales. Peu de chances également que Moscou ne livre ces quatre individus aux enquêteurs.

Les enquêteurs internationaux ont donc peu d’espoir de les voir présent lors de leur procès. Celui-ci se tiendra sans doute en leur absence. Officiellement la Russie ne reconnait toujours pas ses tort ni ceux de ses troupes dans la destruction du vol MH17. D’ailleurs Moscou s’en tient toujours à l’hypothèse selon laquelle le Boeing 777-200ER aurait été descendu par un Sukhoi Su-25 ukrainien. C’est d’ailleurs bien connu que le Frogfoot est un redoutable chasseur et pas du tout un avion d’attaque…
Toujours est-il que ces révélations risquent bien en plein milieu du salon du Bourget jeter un certain froid sur le domaine aéronautique. Et pas uniquement russe.

Très rapidement la possibilité d’un tir de missile sol-air avait été envisagée. On sait désormais que c’est un SA-17 Grizzli de facture ex-soviétique qui a tué les 283 passagers et 15 membres d’équipage de l’avion de ligne de la Malaysia Airlines. Or des batteries de ces missiles ont fréquemment été déployés par les séparatistes russes au Donbass.

Désormais c’est donc bien une guerre diplomatique qui va se jouer entre Amsterdam et Moscou autour de l’extradition des quatre responsables supposés. Mais surtout désormais le mystère est levé : le Boeing 777-200ER a bel et bien été abattu d’un tir de DCA alors qu’il survolait l’Ukraine. On peut retourner la question dans n’importe quel sens, c’est bien un crime de guerre dont se sont rendus coupable les séparatistes russes du Donbass.

Photo © Wikimédia Commons.

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. « appartenant à la mouvance séparatiste pro-russe » : trois russes, tous trois membres du GRU. Il faut appeler un chat un chat : « appartenant aux forces d’occupation russes ». Car c’est bel et bien la Russie qui a abattu cet appareil, et personne d’autre…

    • Je ne pense pas que ce soit les dirigeants de la Malaysia Airlines qui aient choisi la trajectoire de l’avion au dessus de l’Ukraine. Ce sont les contrôleurs ukrainiens puisque c’est leur espace aérien.

      Et je rappelle que la Malaysie a été tenue à l’écart de l’enquête (comme la Russie) alors qu’elle a perdue des ressortissants, ce que ne manque pas de dénoncer le Président Malaysien.

      Bref, pas clair du tout du tout.

  2. De toute façon quoi que nos dirigeants ou enquêteurs apportent comme preuves, les Russes et auparavant les Russes d’URSS ont toujours nié où trouver des excuses bidon pour les avions civils qu’ils ont abattus de la fin de la guerre à la fin de l’URSS.

    Il y a peu des TU-95 ont violer l’espace aérien japonais, aurait-il dû être abattu comme l’aurait sûrement fait l’État Russe si un avion militaire de surcroît destiné à l’armement nucléaire aurait violé l’espace aérien Russe, il suffit de lire les affirmations de RT ou Sputnik pour comprendre qu’ils auraient été abattus.

    Comme parfois je me demande à quoi jouent les militaires Russes qui envoient des TU-160 dans la Manche tout transpondeur éteint, recherche-t-il l’abordage pour accuser l’Occident de vouloir agresser la Russie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom